Le blog de Pascal Olivier

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 14 septembre 2014

Soutien aux chrétiens d’Orient : manifestations le 14 et le 21 septembre

Après la légitimation par le pape de l’usage de la force contre l’Etat islamique, les patriarches et les catholicos orientaux réunis le 27 août dernier au patriarcat maronite de Bkerké au Liban nous somment de procéder à l’éradication de l’Etat islamique. Il y avait réuni les représentants des cinq Eglises d’Antioche (deux de rite byzantin dont l’une orthodoxe et l’autre catholique, trois de rite syriaque dont deux catholiques et une pré-chalcédonienne), les représentants de deux Eglises arméniennes, le catholicos de la Grande Maison de Cilicie (Eglise pré-chalcédonienne) et le catholicos arménien-catholique, le représentant de l’Église chaldéenne de l'Orient (catholique). Au Levant et en Mésopotamie les catholiques sont majoritaires, nous ne sommes pas en Egypte, ce qui explique la prédominance des Eglises catholiques, cinq sans compter la latine.

L’heure est grave. Que des patriarches et catholicos riches d’une longue expérience de prudence humaine, de trésors de diplomatie et parfois même de duplicité, expérience qui leur a souvent permis durant quatorze siècles de plier tel le roseau sans se briser, en soient unanimement à appeler à la guerre et à l’éradication du califat naissant est un événement majeur sans précédent dans l’histoire.

L’objectif de ces manifestations est notre entrée en guerre pour briser l’Etat islamique. La France doit comme sa sœur russe renouer avec sa tradition de protection des chrétiens d’Orient. Il incombe à la Russie et à la France de réparer les « quatrièmes croisades » réitérées à l’envi par l’Oncle Sam, Oncle Sam dont la vilenie n’a d’égal que celle de la Venise de 1204. Le problème de ces manifestations est le risque d’irénisme, l’une d’elles ayant pour mot d’ordre : « Non au choc des civilisations ! ». Comme si l'Histoire n'avait pas infligé à Francis Fukuyama un cinglant démenti à sa théorie de fin de l’Histoire et pas montré que la thèse d'Huntington était plus opératoire !

Malgré tout l’important est d’y être et de contribuer à ne pas dédouaner l’islam de la catastrophe. Dalil Boubakeur s’est livré à un exercice d’équilibriste dans son Appel de Paris en faveur des chrétiens d’Orient, appel qui n’a néanmoins pas été signé par l'UMF et l'UOIF. Il arrive cependant à Dalil Boubakeur, entre deux pirouettes, de faire preuve d’une sincérité fulgurante quand par exemple il affirme que l’islam est une religion d’agression.

D’autres voudraient qu’on s’allie avec les complices de l’Etat islamique. C’est ainsi que le sénateur Nathalie Goulet très inquiète des risques d’attentat en Europe propose rien de moins qu’une sorte de Patriot act qui réduirait nos libertés publiques. Qui plus est un Patriot act à l’échelle européenne en incluant la Turquie !!!! Turquie qui vient de refuser de faire partie d’une coalition contre son protégé, l’Etat islamique. Dans un commentaire d’une brève de Nouvelles de France, Nathalie Goulet se prétendait ouverte à la discussion. Elle n’a jamais répondu à ce que je lui ai écrit :

« Madame le Sénateur,

Je n’ai pas très bien compris ce que vous vouliez dire en écrivant : « Au niveau européen, en incluant la Turquie…». Vous voulez associer la Turquie néo-ottomane et jihadiste (elle aide les islamistes égorgeurs de chrétiens en Syrie et les milices de Mistrata en Libye à prendre le dessus sur les berbères de Zenten ) à l’Europe !

Comme je sais que vous avez des amitiés pour la Turquie génocidaire (persister dans le négationnisme c’est perpétrer le crime de génocide), je suis inquiet. La négation et l’impunité du génocide des Arméniens, des Syriaques, des Assyriens et des Grecs pontiques, c’est-à-dire la destruction des chrétiens d’Asie mineure est ce qui autorise aujourd’hui la destruction des chrétiens de la zone arabe de l’ex Empire ottoman et favorisera le carnage que vous semblez redouter en Europe.

A vous lire. »

Bref, encore une fois c’est Eric Zemmour qui a mis les pieds dans le plat. Quand les chrétiens d’Orient auront été chassés du monde arabe comme l’ont été naguère les juifs, que l’Europe sera devenue à son tour la cible des jihadistes, se posera alors la question de la présence des musulmans en Europe. C’est ce que j’écrivais à Florian Philippot il y a presque deux ans, je citais Régis Debray qui concluait un colloque (de 2007) en déclarant que la survie des chrétiens d’Orient était un enjeu de civilisation, que s’ils ne pouvaient pas en Orient être des citoyens à part entière, il n’y aurait pas d’avenir en Europe pour les musulmans. Eric Zemmour affirme que ces gesticulations de mahométans en faveur des chrétiens d’Orient (maintenant que le mal est fait) ne sont dictées que par la peur de voir leur présence en Europe compromise.

La manifestation d’aujourd’hui 14 septembre, soutenue entre autres par Virginie Tellenne (Frigide Barjot), aura lieu sur la place de la République de 14 à 16 heures.

La manifestation de dimanche prochain 21 septembre à l’appel de Civitas aura lieu à 14 heures place de l’Opéra.

Salut et fraternité, Pascal Olivier.

mardi 1 juillet 2014

Reconquête républicaine à Aix-en-Provence : le porc va faire son retour dans les crèches

Le 26 avril dernier nous apprenions par un article de La Provence que l’entreprise Les Petits Chaperons Rouges en charge des crèches d’Aix-en-Provence excluait par principe le porc des menus destinés aux enfants.

Les conseillers municipaux du groupe Rassemblement Bleu Marine de la ville ont semble-t-il réussi à faire bouger les lignes. Ils ont posé une pertinente question orale lors de la séance du Conseil municipal du 26 mai dernier. Josyane Solari, par ailleurs membre du Directoire de Reconquête républicaine et du Comité directeur du Siel, avait écrit le 2 mai une lettre argumentée au maire.

La réponse du maire, Maryse Joissains-Massini, est plutôt positive. Elle va dans le sens de la réintroduction du porc dans les crèches de la ville. Les menus des crèches devraient être complétés de porc à la rentrée.

La présence d’élus patriotes, même d’opposition, dans les Conseils municipaux, contribue à la reconquête républicaine en cours. Par ailleurs, nous les engageons vivement dans toutes les villes dans lesquelles ils siègent à vérifier la provenance de la viande qui est servie aux enfants dans les cantines et à privilégier des viandes venant d’abattoirs conventionnels, c’est-à-dire qui ne produisent que pour la filière classique (ni halal ni caschère). Ainsi, en l’absence d’étiquetage indiquant le mode d’abattage, ils auront la certitude qu’il ne s’agit pas de viande issue de l’abattage rituel recyclée dans le circuit traditionnel. Les conseillers municipaux patriotes contribueront ainsi à ne pas encourager une cruauté injustifiable, une tromperie commerciale, une fiscalité islamique et un risque sanitaire auquel les enfants sont particulièrement exposés. Voici ce qu’en dit magistralement Alain de Peretti, vétérinaire. Reconquête républicaine programmera pour la rentrée une conférence sur ce thème à Aix-en-Provence.

vendredi 23 mai 2014

Reconquête républicaine appelle à un vote patriote le 25 mai prochain

L’Union européenne, construction a-démocratique, despotisme doux et éclairé selon Jacques Delors, chausse-pied de la mondialisation libérale sous égide américaine et instrument d’asservissement des peuples européens sous protectorat, nous prive de nos prérogatives légitimes de peuple souverain. Le traité transatlantique négocié en catimini par l’UE, sans aucun contrôle démocratique, va finir d’anéantir ce qui nous reste d’industrie, d’agriculture, de culture et soumettre nos nations et nos Etats millénaires à la loi d’airain du marché et des multinationales.

L’euro, mark bis, en creusant les écarts de compétitivité transforme la France et le Sud de l’Europe en un vaste mezzogiorno. «La construction européenne est le temps qui permet à l’Allemagne de recouvrer sa souveraineté pendant que le France perd la sienne» (Marie-France Garaud). La promesse de l’euro a été l’expédient qui a permis à l’Allemagne de faire accepter sa réunification. Une décennie de politique du franc fort destinée à converger avec le mark en vue de l’euro nous a coûté la bagatelle d’un million d’emplois. Comble de l’ironie, nous avons ainsi avec cette politique désastreuse pour notre compétitivité indirectement contribué à financer la réunification allemande !

L’euro est une monnaie politique avec un vice de conception dénoncé dès l’origine en 1992 lors du débat autour du référendum de Maastricht par Chevènement, Séguin et Pasqua. Dix sept nations différentes par la culture, la langue, l’histoire, les structures économiques avec chacune une monnaie qui en est le corollaire ne peuvent avoir la même monnaie qu’à la condition de ne plus faire qu’un.

C’est évidement totalement utopique. Utopie confirmée par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe qui a jugé qu’il n’y a pas un peuple européen et donc pas de démocratie européenne et que par conséquent le dernier mot doit revenir au Bundestag. La nation est le lieu dans lequel s’exerce la démocratie mais aussi la solidarité. L’Allemagne n’est pas disposée pour le Péloponnèse, la Calabre, l’Algarve ou le Connemara à consentir les mêmes sacrifices que pour les länder de l’Est. Toute intégration monétaire a pour effet mécanique un enrichissement des zones les plus en pointe et un appauvrissement des zones les moins développées. L’Allemagne devrait transférer annuellement 10 à 12% de son PIB pour soutenir le reste de la zone euro, ce n’est pas envisageable, nos amis allemands ne saigneront pas leur pays pour cette utopie.

Reconquête républicaine appelle à un vote patriote le 25 mai prochain, vote massif qui devrait provoquer un choc salutaire. Envoyer des députés patriotes à Strasbourg contribuera en outre à enrayer le processus d’adhésion bien engagé de la Turquie, processus auquel l’UMP fait semblant de s’opposer tout en œuvrant à son avancement.

Seules les listes Bleu Marine-Front National et celles de Debout la France de Dupont-Aignan répondent aux critères patriotiques énoncés plus haut. Elles ont en prime, ce n'est pas négligeable et ce n'est pas un hasard non plus, l'immense avantage de refuser un Meilleur des Mondes  cher à la cléricature libéralo-anomiste, l'hubris de la loi Taubira qui abolit l'altérité des sexes dans la filiation. Le FN s'est clairement prononcé pour l'abrogation de la loi. Dupont-Aignan s'est prononcé pour une union civile, ses huit listes ont signé la charte de la Manif pour tous et de l'Avenir pour tous.

Pour le Directoire de Reconquête républicaine, Pascal Olivier

vendredi 16 mai 2014

Dévoiement de la Journée de la Jupe : salutaires réactions de Marine, Renaud et d’autres…

La journée de la jupe (canal historique) née en réaction à la pression mahométane semblait marquer le pas. Qu’à cela ne tienne, il suffira de «réfléchir sur les différences filles/garçons» comme le propose le Lycée Georges Clemenceau de Nantes, de faire porter une jupe aux garçons ainsi que du rouge à lèvres comme le proposent 27 lycées de l’académie de Nantes ! Certains doivent ricaner, leur victoire est totale.

Marine Le Pen qui n’a pas cherché à couper les cheveux en quatre a fait une réponse simple et salutaire à Roland Sicard : «Ecoutez je crois qu’on a touché le fond, très objectivement en matière de défense des valeurs de notre civilisation, de notre culture, on a touché le fond. Que le ministère de l’Education propose aux garçons de mettre une jupe à l’école pour lutter contre la discrimination, il n’y a plus qu’à tirer l’échelle.Tout ça parce qu’on est incapable en réalité de s’attaquer au vrai problème. Le vrai problème c’est une immigration massive, un fondamentalisme islamique qui monte en puissance et qui crée un certain nombre de difficultés dans des quartiers. C’est sûr que c’est plus facile de forcer les garçons à mettre une jupe, que de permettre aux jeunes filles de pouvoir en porter une en luttant contre ceux qui voudraient les en empêcher».

Renaud Camus n’a pas mâché ses mots non plus : «Peut-on rêver symbole plus parlant de la castration à l’œuvre dans le Grand Remplacement que cette affaire de jupe et de rouge à lèvres ? Je ne vois guère d’aussi fort, dans le genre, que l’interdiction faite aux garçons, en Suède, de pisser debout. Il s’agit toujours, pour nos maîtres, de dire aux peuples dont ils ne veulent plus : mourrez, mourrez, disparaissez, faites-vous oublier, oubliez-vous vous-mêmes, mais avant cela buvez jusqu’à la lie la coupe du ridicule et de l’humiliation».

Les alter-résistants ne sont pas en reste. La Manif Pour Tous appelle le ministre de l’Education nationale à retirer son soutien à cette invitation déplacée. L’Avenir pour Tous de Frigide Barjot par la voix de son secrétaire général Xavier Bongibault demande un rendez-vous au recteur de l’académie de Nantes dans ces termes : «A l’heure où la loi Taubira a ouvert le principe de la non-différenciation sexuelle face à la procréation et où l’idéologie dominante voudrait remplacer l’altérité sexuelle par une identité de genre, ce happening semble être, aux yeux de nombreux français, une nouvelle action tendant à prôner l’effacement de l’altérité sexuelle sous couvert d’une lutte, indispensable, contre les discriminations en raison du sexe».
C’est beau comme du Sylviane Agacinski.

vendredi 9 mai 2014

Pour une philanthrôpia étendue aux animaux

En réaction aux propos de l’écologiste Sandrine Bélier qui faisait des jihadistes « français » en Syrie des victimes de la France, j’avais écrit un petit billet qui a provoqué des réponses naturophiles, voire naturolâtres et un tantinet misanthropes, ici et ici.

Les animaux que nous sommes font partie intégrante de la nature. Il n’est pas scandaleux que nous puissions avoir quelques effets sur elle, pour le meilleur de préférence (ce qui n’exclut malheureusement pas le pire). La nature de son côté n’est pas si bien faite et ne fait pas si bien les choses. Travailler à dévier la trajectoire d’un éventuel astéroïde qui aurait la mauvaise idée de s’abattre sur la Terre relève d’une aventure prométhéenne, l’ubris en moins. Mais c’est en revanche dépasser toute mesure que d’avoir rendu folles les vaches en les transformant en carnivores. Le constat de cette démesure ne dispense pas pour autant d’une légitime et saine méfiance quant aux apologétiques célébrations de la chaîne alimentaire, et surtout quant aux analogies, transpositions et modèles qu’elle inspire à certains pour notre organisation sociale et politique. L’état de nature ce n’est pas tout à fait les droits naturels inscrits dans la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.

« Parle et je te baptise » disait François d’Assise au cruel et redoutable loup de Gubbio devenu végétarien grâce à la bonté du saint homme. Autres temps, autres mœurs, aujourd’hui l’assujettissement des animaux est sans précédent dans notre histoire. Faut-il faire remonter ce « péché originel » envers les animaux à Descartes avec son animal-machine, voire comme le fait Elisabeth de Fontenay au christianisme qui aurait selon elle contribué à trop privilégier le propre de l’homme, homme fait à l’image de Dieu ?

« Il faut que la question animale redevienne une question sociale, comme elle l’était pour Michelet, pour Hugo qui, hommes de progrès, requéraient qu’on élargît la cité afin d’y accueillir les bêtes (…) Ce que nous faisons à tous les vivants doués de sensibilité et porteurs de mondes, il faut en effet savoir que c’est à nous-mêmes qu’en fin de compte nous le faisons. » (Elisabeth de Fontenay)

Plutarque concevait une philanthrôpia étendue aux animaux. Il pensait en outre qu’il y a des hommes et des animaux bons pour les hommes et les animaux et des hommes et des animaux mauvais pour les hommes et les animaux. Voilà qui avait au moins le mérite, devenu rare, de ne pas penser forcément les animaux en opposition à l’homme.

Cette question de l’animalité et du rapport aux animaux est centrale et risque de nous occuper durablement. Le principal écueil à éviter est de tomber dans les ornières d’un humanisme sans humanité (envers les animaux) ou d’un animalisme misanthrope.

Je conseille la lecture du livre d’Elisabeth de Fontenay, Le silence des bêtes, la philosophie à l’épreuve de l’animalité, somme de 800 pages parue en 1998, qui interroge la philosophie sur cette question, des présocratiques jusqu’à Derrida ainsi que Sans offenser le genre humain, Réflexions sur la cause animale, paru en 2008, dix ans après Le silence des bêtes. A lire également, de Jacques Derrida, L’animal que donc je suis, publication posthume (2006) qui regroupe les textes d’une série de conférences données par l’auteur.

jeudi 24 avril 2014

Islam et écologie : convergence des fascismes verts

Sandrine Bélier, écologiste, tête de liste EELV dans l’Est pour les élections au Parlement européen, affirme sans rire que les jihadistes français en Syrie sont des victimes de la France !

Bel exemple de solidarité entre fachos, l’écologie étant la chose la plus droitière et la plus obscurantiste après l’islam. Il n’est pas nécessaire de rappeler le rôle déterminant de l’écologie dans le pangermanisme, le darwinisme social (par définition anti-social), l’eugénisme, le racialisme, l’antisémitisme et l’idéologie völkisch qui a culminé dans le nazisme.

Détestable est cette fascination des écologistes pour les prédateurs. Ces païens, réactionnaires et obscurantistes en diable sont à l’opposé de l’humanisme et des Lumières. Dame Nature est leur déesse. Il y a en eux une régression, un ensauvagement, un antéchristianisme, un culte du prédateur.

«La nature est bien faite et fait bien les choses». A rapprocher du discours de certains documentaires animaliers qui présentent les prédateurs comme d’indispensables éboueurs qui débarrassent la nature des faibles et des malades. Une idéologie apparentée se retrouve chez des partisans de l’immigration sauvage et clandestine, parcours semé d’embuches qui présente l’avantage de sélectionner les plus agressifs. Les Verts sont naturellement les plus farouches partisans de la réintroduction du loup en France comme de l’entrée de la Turquie en Europe. Quant à l’islam «idéologie politique d’agression», c’est le représentant du culte musulman en France qui le dit lui-même.

Au soir du 25 mai prochain nous saurons le rapport de force entre d’un côté les patriotes de progrès avec les listes emmenées par Florian Philippot et Laure Ferrari (FN et DLR) et de l’autre côté la liste des obscurantistes fascistes Verts emmenée par Sandrine Bélier.

mercredi 9 avril 2014

Voile islamique : le périple égyptien de Sarkozy à l’origine du crash du vol 604 ?

Le 15 mars 2004, Jacques Chirac ratifiait la loi dite d’interdiction du voile islamique à l’école. Lucette Jeanpierre nous a rappelé dans un article que les mahométans n’ont jamais digéré cette loi votée il y a dix ans. Très belle victoire, obtenue de haute lutte par des laïques et des républicains parmi lesquels des rédacteurs de Riposte laïque, des amis de RL, les deux fondateurs de RL Pierre Cassen et la regrettée Brigitte Bayle. La contribution épistolaire de Régis Debray à la commission Stasi, Ce que nous voile le voile, la République et le sacré avait marqué les esprits.

Nicolas Sarkozy, dans un premier temps vent debout contre le projet, vira sa cuti quand Chirac trancha en faveur d’une loi. Pour ne pas être en reste et reprendre la main sur une question qui risquait de lui échapper, pour contenter à la fois les partisans de la loi et les mahométans, l’impétueux ministre de l’Intérieur se rendit au Caire pour obtenir une onction de la supposée plus haute autorité de l’islam sunnite, le grand imam de la mosquée al-Azhar, Mohammed Tantaoui. Qu’un ministre de l’Intérieur de la République aille à Canossa, à quelques milliers de kilomètres de la capitale, en s’abaissant à quémander un soutien à un imam nommé par le président égyptien, n’est pas l’aspect le moins infamant de cette affaire !

Sarkozy obtint de Mohammed Tantaoui un «blanc-seing» très diplomatique qui fut aussitôt contesté par des oulémas d’al-Azhar et par le mufti d'Egypte, Ali Gomaa, présent aux allocutions publiques de MM. Sarkozy et Tantaoui. Il mit en garde la France contre une telle loi.

La visite officielle de Sarkozy prit fin le 30 décembre 2003. Le 3 janvier 2004 le vol 604 de Flash Airlines transportant 134 français sur 135 passagers plongeait dans la mer Rouge peu après son décollage de Charm el-Cheikh.

J’ai toujours eu l’intime conviction que les deux évènements étaient liés, rien depuis dix ans n’est venu ébranler cette conviction, au contraire.

Le rapport factuel fait par la commission d’enquête égyptienne est contesté. Les conclusions du rapport final sont floues, elles se contentent de donner des pistes. La thèse de l’erreur humaine est privilégiée par le NTSB et le BEA. L’avocat des familles déplore que les autorités égyptiennes n’ont fourni que des transcriptions (incomplètes) des boites noires et refusé de fournir une copie des enregistrements sonores.

Dans les causes possibles, la fiche Wikipédia, bien documentée, concernant l’hypothèse d’un attentat dit ceci :

«Un attentat : dû à l’explosion d’une bombe, à un système de radioguidage ou à l’action du pilote. Le crash a eu lieu alors que Tony Blair, cible éventuelle, était à Charm el-Cheikh. Les soupçons ont été alimentés par l’empressement des autorités égyptiennes à affirmer que la thèse de l’attentat était exclue. De plus, un groupe terroriste nommé Ansar el Haq, inconnu par ailleurs, a revendiqué un attentat contre l’appareil et menacé d’en réaliser un autre contre un avion d’Air France si le voile islamique était interdit en France. La thèse terroriste est contredite par le fait que les restes des corps ne portent pas de traces de brûlure, et par le fait que la revendication a été jugée peu crédible par la DST. De plus, depuis le vote d’une loi sur les signes religieux en France, aucun avion d’Air France n’a été victime d’un attentat.»

Il n’y a pas de trace de bombe, mais il ressort des rapports que l’attitude du pilote et du co-pilote fut pour le moins inappropriée, voire étrange. Pour mémoire, il y a un précédent, le vol 990 d’EgyptAir qui s’est écrasé dans l’océan Atlantique le 31 octobre 1999. Les enquêteurs américains ont conclu que cet accident a été sciemment provoqué par le copilote, tandis que les enquêteurs égyptiens ont conclu que l'avion s'est écrasé à la suite d'une défaillance mécanique. Certes aucun avion d’Air France par la suite n’a été victime d’un attentat mais nous avons eu la séquence de nos otages retenus en Irak libérables en échange d’un retrait de la loi sur les signes religieux à l’école. Je me souviens d’un François Fillon, ministre de l’Education, qui rétropédalait, envisageant de vider la loi de sa substance en autorisant le voile pour raison culturelle.

La question du voile est évoquée dans les hypothèses à cause de la revendication qui en a été faite auprès du bureau de l’AFP du Caire le 5 janvier 2004. Le périple égyptien de Sarkozy quatre jours avant le crash n’est en revanche pas évoqué. Et pourtant, on aurait voulu retirer au ministre des Cultes le bénéfice de ce que la plus haute autorité mondiale de l’islam sunnite ne pouvaient pas décemment lui refuser, diplomatie oblige, que l’on ne s’y serait pas pris autrement.

lundi 7 avril 2014

Gouvernement Valls : ça sent le Sapin pour le «hollandisme révolutionnaire»

Les rocardiens Manuel Valls à Matignon et Michel Sapin à Bercy, nous voilà parés pour le virage «social-démocrate» annoncé par François Hollande ! Sauf qu’en France, pays latin, il n'y a pas, il n'y a pas eu et il n'y aura pas de social-démocratie, comme il y en eut naguère en Allemagne, au Royaume-Uni et en Scandinavie. Nous sommes passés d'un syndicalisme révolutionnaire, de combat, l'anarcho-syndicalisme, à un syndicalisme indépendant des partis politiques (Charte d'Amiens de 1906). Le syndicalisme révolutionnaire faisait lui-même débat au sein de la classe ouvrière (avec en filigrane la question de l’autonomie ouvrière) comme l’atteste la controverse entre Pierre Monatte et Errico Malatesta. Malgré les relations incestueuses entre le PCF et la CGT, nous n'avons jamais eu l'équivalent d'un Labour ou d'un SPD, relais d'un syndicalisme de masse.

Le virage «social-démocrate» n’est donc que le faux-nez d’une politique ultra-libérale, droitière et anti-nationale amorcée en 1983. Michel Rocard le mentor de Valls et de Sapin déclarait le 2 septembre 2010 à l'université d'été du Medef : « L’urgence est qu’il va falloir finir par tomber d’accord pour dire : les souverainetés nationales ont dépassé leur stade d'efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance ». Ce cri du cœur a été prononcé en plénière par Michel Rocard, en début d’après-midi, les joues rosies (in vino veritas !), assis à la tribune à côté de Pascal Lamy lui-même assis à côté de Dominique Reynié un tantinet gêné par autant de franchise. Quant à Pascal Lamy proche de François Hollande, il a plaidé mercredi dernier pour des «petits boulots» payés en dessous du Smic. «Pascal Lamy à l’O.M.C. et DSK au F.M.I. les socialistes français sont à la tête du capitalisme mondial» avait naguère fait remarquer Jean-Pierre Chevènement.

Lors d’une autre université d’été, celle du MRC, le 14 septembre dernier, Manuel Valls avait clairement annoncé la couleur (un peu avant la 52e minute) : «Cher Jean-Pierre, je connais tes qualités de théoricien et d’animateur d’idées. Je suis avec attention les travaux menés au sein de la Fondation Res Publica que tu présides. Mais j’avoue qu’une de tes dernières publications, « Les scenarii de dissolution de l’Euro » m’a laissé perplexe. Non, je ne crois pas que l’euro soit responsable de la crise que nous vivons. Il est la traduction et le symbole du projet Européen. Il est aussi un signe qui dit que l’Europe est unie dans la nouvelle compétition internationale». La confiture ce n’est pas pour les cochons, cette étude commandée à Jacques Sapir et Philippe Murer, Les scenarii de dissolution de l'euro, est un précieux outil pour les patriotes, Florian Philippot et Marine Le Pen ne s’y sont pas trompés. DLR et le FN auraient intérêt à annexer ce document à leur programme.

Les choses sont on ne peut plus claires. Ils ont l’intention de nous sacrifier sur l’autel du veau d’or qu’est l’euro. Michel Sapin et Manuel Valls sont les prêtres les mieux indiqués pour accomplir cette immolation.

Le «hollandisme révolutionnaire», prophétie d’Emmanuel Todd, faisait le pari qu’avec un inévitable effondrement de l’économie, François Hollande, le bébé Jospin-Delors, serait alors dans l’obligation de défaire l’euro et la construction européenne tels que nous les connaissons. Todd saura à l’avenir qu’il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour la fausse gauche de retrouver le chemin de la République.

vendredi 21 mars 2014

Crimée : une Russie puissante pour une Europe dans l’Histoire

La Russie est de retour en Crimée, le peuple de Crimée est de retour à la maison. L’émotion est grande, semblable à celle qui inspira ces vers à Voltaire, lorsqu’à l’issue de la guerre russo-turque de 1768 les Russes mirent fin au khanat de Crimée :

Combattons, périssons, mais pour notre patrie.

Malheur aux vils mortels qui servent la furie

Et la cupidité des rois déprédateurs !

Conservons nos foyers ; citoyens sous les armes,

Ne portons les alarmes

Que chez nos oppresseurs.

Où sont ces conquérants que le Bosphore enfante ?

D'un monarque abruti la milice insolente

Fait avancer la Mort aux rives du Tyras ;

C'est là qu'il faut marcher, Roxelans invincibles ;

Lancez vos traits terribles,

Qu'ils ne connaissent pas.

Frappez, exterminez les cruels janissaires,

D'un tyran sans courage esclaves téméraires ;

Du malheur des mortels instruments malheureux,

Ils voudraient qu'à la fin, par le sort de la guerre,

Le reste de la terre

Fût esclave comme eux.

La Minerve du Nord vous enflamme et vous guide ;

Combattez, triomphez sous sa puissante égide.

Gallitzin vous commande, et Byzance en frémit :

Le Danube est ému, la Tauride est tremblante ;

Le sérail s’épouvante,

L’univers applaudit.

Ceux qui aujourd’hui poussent des cris d’orfraie à la suite du salutaire retour de la Crimée au sein de la mère patrie sont ceux-là mêmes qui, en 1999, dans le cadre d'une offensive de l'OTAN sans mandat onusien, ont applaudi aux bombardements de Belgrade par l'aviation turque. La Serbie à peine sortie de cinq siècles de nuit ottomane, et après avoir vaillamment combattu à nos cotés durant les deux guerres mondiales se retrouvait aux prises avec les successeurs des collabos et convertis de la Porte et sous les bombes de ses anciens bourreaux non repentis.

Mais aujourd’hui le temps de l'hyper-puissance américaine est révolu. Nous entrons désormais, avec le grand retour de la Chine (son PIB dépassera celui des Etats-Unis en 2020), dans un monde bipolaire. Monde lourd de menaces analogue à celui de 1914, prémices d’une guerre de trente ans qui dévasta l'Europe. Cette guerre fut l'épilogue de la première mondialisation, celle sous égide britannique, hégémonie que menaçait l’essor fulgurant de l’Allemagne impériale. Lire l’excellent livre de Jean-Pierre Chevènement, probablement le meilleur qu’il ait écrit : 1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire ? Ed. Fayard.

Afin d’éviter ce dangereux face à face sino-américain qui consacrerait notre sortie définitive de l’Histoire, l’Europe à travers ses puissances continentales (France, Allemagne et Russie) doit devenir un acteur stratégique indépendant, condition indispensable à un monde multipolaire. Monde multipolaire qui n’est pas en soi une garantie de paix mais qui pourrait contribuer à une paix, même relative. C’est cette indépendance que l’hegemon américain s’évertue à casser en cherchant à isoler et à affaiblir la Russie, entre autres en s’appuyant sur l’islam en Asie centrale, au Proche-Orient, dans le Caucase et dans les Balkans. La sempiternelle obsession des puissances maritimes anglo-saxonnes, jadis l'anglaise aujourd'hui l'américaine, est d'empêcher l’essor d'une puissance continentale comme la France, l'Allemagne ou la Russie. Afin que la France ne reprenne pas trop du poil de la bête, Lloyd George avait refusé en 1919 à Clemenceau la sujétion de la puissance allemande. Ceci allait coûter très cher vingt ans plus tard. Au sortir de la seconde guerre, cette fois-ci ce sont les Américains qui à travers leur agent Jean Monnet feront le nécessaire pour contenir la France. « La construction européenne est le temps qui permet à l’Allemagne de recouvrer sa souveraineté pendant que le France perd la sienne » (Marie-France Garaud).

Loin des vieilles lunes absconses, abracadabrantesques et obsédantes d’un improbable « complot judéo-maçonnique », le problème est américano-islamique et accessoirement allemand, le moins que l’on puisse dire est que l’Allemagne n’est pas très coopérative !

La Russie nous montre le chemin, son retour est la meilleure nouvelle de la décennie écoulée. La troisième Rome (Moscou) a semble-t-il abandonné durant la parenthèse soviétique le dessein de replacer la croix orthodoxe au sommet de la coupole de Sainte-Sophie, autrement dit de restituer la deuxième Rome (Constantinople) à l’Europe, mais il n’en demeure pas moins que l’accès aux mers chaudes est pour la Russie, hier comme aujourd’hui, un intérêt vital.

lundi 24 février 2014

Ce que disait vraiment la banderole en arabe de la Manif pour tous

Il n’est pas inutile de revenir sur la question de la banderole en arabe placée quasiment en tête lors de la gigantesque manifestation de la Manif pour tous du 2 février dernier.

Si le fait que la banderole était écrite en arabe a fait couler de l’encre, il est étonnant que personne n’ait relevé que le sous-titrage en français dans une fonte plus petite et plus maigre (hiérarchie inversée oblige, l’arabe prime) ne correspondait pas au texte arabe qui le surplombait.

C’est ainsi qu’à propos de cette banderole Elisabeth Lalesart dans Boulevard Voltaire se disait indignée de la présence de «Français musulmans» à la Manif pour tous et que quelques jours plus tard Kamel Bechikh interrogé dans Boulevard Voltaire sur cette même banderole dans un entretien réalisé par Nicolas Gauthier trouvait naturel que les «Français musulmans» défendent la famille traditionnelle.

Or si l’on peut aisément dédouaner Elisabeth Lalesart et Nicolas Gauthier d’une quelconque mauvaise foi, ils ne sont pas à ma connaissance arabisants, que penser de l’attitude de Kamel Bechikh ? Il parle des «Français musulmans» tout en précisant que les «musulmans de France» sont Français. Habile, très habile, parce que justement le slogan écrit en arabe est extrêmement compromettant, il n’y est pas question de «Français musulmans», mais des «musulmans de France». La différence est de taille !

Le sous-titre en français est le suivant : «Les Français Musulmans Disent NON au mariage homosexuel». La traduction du slogan écrit en arabe est la suivante : «Les musulmans de France n’accepteront pas la législation du mariage homosexuel». Il y a dans la phrase une faute de grammaire et l’arabe utilisé n’est pas des plus soutenu.

La vérité est écrite en arabe. «Musulmans de France» c’est autant ceux qui sont français que ceux qui ne le sont pas. L’appartenance à la oumma prime sur l’appartenance à la France, hérétique nation de citoyens. Alors que le sous-titre en français se conjugue au présent (les Français musulmans disent non...), l’utilisation du futur dans la version arabe prend un tour inquiétant (Les musulmans de France n’accepteront pas...).

Au-delà du débat sur la loi Taubira et plus largement au-delà de la nécessité de sauvegarder la famille, dernière institution, dernier lieu de solidarité encore à l’abri de la destruction et de la marchandisation, il convient de s’interroger sur la signification d’une manifestation de près d’un demi million de personnes issues de la «France bien élevée» (Gabrielle Cluzel) emmenée par une poignée de mahométans visiblement pas très patriotes et pas très cultivés, la hiérarchie inversée étant le propre de la barbarie. Il convient de s’interroger sur l’interdiction qui avait été faite l’an dernier comme cette année aux manifestants catholiques d’afficher leur visibilité tout en mettant en avant la visibilité d’une poignée de mahométans. J’y reviendrai dans de prochains articles.

mardi 4 février 2014

Jeûne de Béatrice et de Josyane : premières victoires de deux femmes admirables

C’est au soir du Jour de Colère, le 26 janvier dernier place Vauban, lorsque Béatrice Bourges annonça son jeûne afin de provoquer la destitution de François Hollande en vertu de l’article 68 de la Constitution que notre amie Josyane Solari prit la décision d’accompagner Béatrice.

Les sœurs d’armes ont d’ores et déjà accompli une œuvre salutaire. Elles ont contribué à enrayer un infernal processus de répression. Elles ont par leur action pacifique mis à mal la désinformation, elles ont désarmé les effets des provocations policières de la place Vauban destinées à accomplir la politique du pire. Ce n’est pas un hasard si malgré l’envie d’en découdre affichée par Manuel Valls, hier 2 février, le demi-million de participants de La manif pour tous a pu défier le pouvoir sans qu’on ait à déplorer le moindre incident. La Manif pour tous peut dire merci à Béatrice et à Josyane ! Ce n’est donc pas un hasard si deux femmes fragilisées par leur action ont fait l’objet d’autant de persécutions et de voies de fait de la part des autorités durant leur jeûne public.

Il ne faut pas perdre de vue que nous avons à faire à un pouvoir qui ne dispose pas de marge de manœuvre. Il est acculé comme une bête blessée. Il est prêt à toutes les extrémités.

Le «hollandisme révolutionnaire», exercice divinatoire d’Emmanuel Todd, est resté à l’état de vœu pieux. Avec un inévitable effondrement de l’économie, François Hollande, le bébé Jospin-Delors, aurait été dans l’obligation de défaire l’euro et la construction européenne tels que nous les connaissons, de restituer la France à la France en quelque sorte. L’effondrement est bien là mais le reste de la prophétie n’est, hélas, pas près de s’accomplir.

Pire, la renégociation du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire, dit «pacte budgétaire», qui nous prive de notre souveraineté budgétaire, l’une des principales prérogatives du Parlement, était une promesse du candidat Hollande. Promesse non tenue, évidemment ! Ce traité n’est pas constitutionnel, il a été adopté par le Parlement grâce à un un tour de passe-passe du Conseil constitutionnel. «Les membres du Conseil ? On les dit serviles, mais ils ne sont qu’obéissants !» disait François Mitterrand. Lire ici le texte d’Anne-Marie Le Pourhiet et ici celui de Marie-France Garaud. Ce mépris de la Constitution est un manquement du Président de la République qui pourrait se révéler incompatible avec l’exercice de son mandat.

Par leur jeûne, Béatrice et Josyane ont éclairé une carence institutionnelle et vont probablement contribuer à la combler. L’article 68 de la Constitution qui permet la destitution du Président de la République par le Parlement constitué en Haute Cour en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat ne peut s’appliquer en l’absence d’une loi organique. Ce jeûne est ainsi à l’origine d’une proposition de loi organique qui a été déposée aujourd’hui 3 février par Jacques Bompard. A suivre...

Auparavant, Jacques Bompard et Gilbert Collard avaient déposé le 22 avril 2013 une proposition de loi constitutionnelle organisant le référendum révocatoire du Président de la République. Il s’agit d’une autre piste très intéressante qui est le corollaire logique de la révision constitutionnelle du 6 novembre 1962 instituant l’élection du Chef de l’Etat au suffrage universel direct. Jean-Pierre Chevènement avait fait part d’une proposition similaire lors de sa remarquable et remarquée audition par la Commission de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la Ve République (commission Balladur) le 19 septembre 2007. Voir ici de 15.30 mn à 17.30 mn.

François Hollande a été élu par défaut. Les manœuvres de Nicolas Sarkozy, qui n’avait aucune chance d’être réélu, ont empêché Marine le Pen d’accéder au second tour, la privant d’une possible victoire. Il s’en est même vanté en déclarant que François Hollande avait été élu grâce à lui !

Un électorat important de François Hollande, la France catholique, principalement de l’Ouest, celle qui avec la démocratie chrétienne ou sa version gauchiste (CFDT et PSU) avait choisi le carcan européiste et son «despotisme doux et éclairé» (Jacques Delors), s’est levé pour défendre la dernière institution, le dernier lieu de solidarité encore à l’abri de la destruction et de la marchandisation, la famille.

Un autre électorat de François Hollande, l’agrégat de minorités diverses et variées, adoubé par Terra Nova en lieu et place d’une classe ouvrière qui vote à droite et à «l’extrême droite» vient de voler en éclats. Les mahométans (93% ont voté Hollande) qui ricanaient sous cape de voir les autochtones émasculés par les dogmes sociétaux de la cléricature libéralo-anomiste et islamophile, ne rient plus du tout et voient rouge maintenant qu’ils ont le soupçon que l’on cherche à émousser le machisme de leurs chères petites têtes brunes.

Le jeûne de Béatrice et de Josyane a permis de placer dans le cadre institutionnel l’indispensable départ de François Hollande. Reste aux parlementaires à prendre leurs responsabilités pour éviter à la France une épreuve de force avec le peuple, voire un chaos que personne ne souhaite. Il faudra suivre pas à pas l’évolution de chacun des parlementaires des deux chambres, en faire la publicité. Nous savons déjà que Jean-François Copé, Christian Jacob et Henri Guaino ont pris fait et cause pour François Hollande. Dont acte. Et merci à Béatrice et à Josyane !

mardi 21 janvier 2014

Soutien, les yeux ouverts, de Reconquête républicaine à Jour de colère

Reconquête républicaine a fait le constat que la France est entrée dans une période révolutionnaire depuis le printemps dernier. Nous assistons à une convergence de toute une nation contre un régime illégitime et honni.

L'exaspération des Français à l'encontre de l'euro et de la construction européenne (UE) ne cesse de croître, perçus de plus en plus et à raison comme le carcan responsable de leurs souffrances.

Le libéralisme financier (anglo-saxon) qui nous gouverne, est compris en France, majoritairement, comme la théorisation de rapports sociaux défavorables au peuple et à la souveraineté populaire telle que décrite par l’abbé Sieyès.

L’islam, messianisme politique guerrier (cf Père Édouard-Marie Gallez), et qui depuis quelques temps fait office de glaive réorganisateur de la mondialisation libérale, est perçu par 75% de nos compatriotes comme incompatible avec la République et par conséquent avec la France qui s’y incarne.

L’Etat est central dans notre vision sociale et culturelle, le rétablir dans toutes ses prérogatives et dans son contrôle par le corps social est pour nombre de Français la clef du problème politique.

La coagulation des colères n’est pas exempte d’ambiguïtés. Certaines sont contradictoires, voire opposées. D’où les manœuvres du pouvoir (affaire Dieudonné par exemple) afin de discréditer, de déstabiliser et enfin de réprimer le peuple. Il s’agit de faire avorter un mouvement révolutionnaire en le transformant en jacquerie, par définition sans lendemain, ou en guerre de tous contre tous en soufflant sur la braise du communautarisme.

Reconquête républicaine a la conviction que Jour de colère est mû par l’amour de la France et des Français. C’est pourquoi nous le soutenons, les yeux ouverts, malgré les réserves énoncées. L’amour de la France aura, tôt ou tard, raison des manigances du pouvoir.

Mais il faudra pour y parvenir que la colère se mue en programme politique, en un programme de salut public. Voici quelques orientations :

- Sortie de l’euro qui creuse les écarts de compétitivité, détruit notre industrie et plombe notre économie (voir l’étude commandée par la fondation Res Publica à Jacques Sapir et Philippe Murer, Les scenarii de dissolution de l'euro).

- Sortie de l’UE, construction a-démocratique inspirée par Jean Monnet, agent des Américains, pour aliéner les nations, cadres naturels dans lesquels s’expriment la démocratie et la solidarité.

- Sortie de l’Otan et alliance stratégique avec la Russie qui combat l’offensive islamique et a renoué avec sa traditionnelle politique de protection des chrétiens d’Orient.

- Budget de la Défense au moins égal à 3% du PIB, seuil en dessous duquel une nation ne peut être souveraine. Le budget militaire aujourd’hui réduit à moins de 1,5% du PIB fait craindre un renoncement à notre force de dissuasion nucléaire. Rocard et Juppé ont réclamé sa disparition. Le PS et EELV ont signé un contrat de gouvernement prévoyant le renoncement à notre force de frappe et à notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

- Arrêt de l’immigration de peuplement et mise en place d’une re-migration pour les colons qui ne veulent pas s’assimiler.

- Abolition des privilèges des «maîtres» qatariens, séoudiens, koweïtiens etc... Dénonciation par la France des conventions fiscales qui favorisent une captation des biens immobiliers au détriment de nos concitoyens.

- Interdiction de l’islam qui n’est ni un culte ni une Eglise au sens où nous l’entendons et qui par conséquent ne peut prétendre bénéficier des largesses «concordataires» de la Loi de 1905. Ce qui n’empêche pas la liberté de croyance et certaines pratiques dans la sphère privée, celles qui ne tombent pas sous le coup de la loi.

- Abrogation de la Loi Taubira (mariage homo) symbole de l’aliénation «sociétale» et des principales lois dites «mémorielles».

A suivre...

Pascal Olivier pour le Directoire de Reconquête républicaine.

jeudi 16 janvier 2014

Reconquête républicaine : révolution dans la révolution

Il y a quelques semaines naissait Reconquête républicaine. Elle faisait le constat que la France était entrée dans une période révolutionnaire depuis le printemps dernier et proposait en filigrane une action tournée vers une approche globale des agressions dont la France fait l’objet, sachant que l'islam en est une létale. En effet, comment combattre le glaive islamique sans combattre le prescripteur spirituel, le goupillon terranoviste, qui œuvre à nous soumettre à ce glaive tout en nous inoculant le peste «sociétale» ?

Parmi les dix fondateurs de Reconquête républicaine il y avait six directeurs ou ex-directeurs de Résistance républicaine ainsi que des responsables locaux. Aujourd’hui nous nous scindons en deux, non pas en raison d’un désaccord sur le fond mais en raison d’une approche différente des moyens à mettre en œuvre au service de notre cause. Il y aura d’un côté ceux qui garderont le nom de Reconquête républicaine et de l’autre ceux qui ont choisi de s’appeler Reconquête tout court. Nous espérons qu’ils ajouteront un qualificatif à ce titre, ne serait-ce que pour éviter de sérieux risques de confusion.

Reconquête républicaine est donc aujourd’hui dirigée par une pentarchie dont les deux co-fondateurs de Résistance républicaine que sont Gérard Couvert et Pascal Olivier. Deux directeurs sont par ailleurs membres de DLR. Pascal Olivier a été huit ans membre du MRC, de 2004 à 2012. Gérard Couvert a fait partie du Pôle républicain jusqu’au congrès de Saint-Pol-sur-Mer en 2003 avant de rejoindre DLR avec les signataires de la motion Morvan. Les autres membres du Directoire sont Josyane Solari ex-responsable locale de Résistance républicaine, Marie-Françoise elle aussi ex-responsable locale de RR et Franck ex-directeur de RR.

Notre nation est aujourd’hui confrontée à une crise existentielle majeure provoquée par ceux-là même qui nous gouvernent. L’euro, mark bis, en creusant les écarts de compétitivité est en train de transformer la France et le Sud de l’Europe en un vaste mezzogiorno. La pression de l’immigration est parvenue à un seuil insupportable pour le corps social, amplifiée par celle exercée par l’islam sur la société française.

L’instrumentalisation de ces phénomènes par les forces politiques et économiques, la présentation fallacieuse de la réalité par les autorités nous conduisent à un point de rupture civilisationnelle. Peu à peu il devient certain que l’aboutissement recherché est une désintégration du fait national français, écueil prépondérant sur la voie de la création d’un espace dépolitisé et déréglementé en Europe de l’Ouest.

Depuis une petite dizaine d’années, dans le domaine de la critique ou de l'alerte contre l'islamisation de notre société et contre l'islam en général, des structures, sites ou associations, se sont formés et agissent :

- ré-information, information, documentation

- canalisation de l’ire, de la rancœur, de la peur

- organisation d’une mobilisation des citoyens (inefficace tant qu’il n'y pas pas de base théorique pour donner un cap) 

- actions publiques telles que tractages, réunions, manifestations, activisme informatique.

Alors que 75% de nos concitoyens pensent comme nous que l’islam est incompatible avec la République, comment se fait-il que nos ennemis accumulent victoires sur victoires pendant que nous subissons défaites sur défaites ? Ne pas avoir voulu faire le lien avec les autres agressions dont est l’objet notre nation, avoir utilisé un ton outrancier en substitution d’une carence théorique nous ont coûté très cher. Nous ne pouvons plus nous permettre des approximations sémantiques, historiques, intellectuelles.

Par ailleurs comment se fait-il qu’au cœur de notre mouvement, dans ce qui devrait être le Saint des Saints de la République, l’idée même de République soit remise en cause et subisse une contestation soutenue (cf différents débats dans Riposte laïque) ? On ne peut pas dire que les questions «sociétales» ne nous regardent pas et se prétendre républicain. On ne peut pas écrire que la laïcité est la séparation du sacré et du profane, ce qui reviendrait à dénier à la République toute dimension sacrée et transcendante et se prétendre républicain. Prétendre l'être dans ces conditions est une contrefaçon qui ne peut que porter préjudice à l'idée de République.

Reconquête républicaine a la conviction qu’il ne peut pas y avoir de maniement du glaive et à fortiori de victoires sans onction spirituelle. D'où la nécessité urgente pour la Résistance d'établir un corpus doctrinal d'où naîtra le monde de demain, la néo-République de demain. Il nous manque une patrologie en quelque sorte.

C'est ce travail de positionnement et de création d'un corpus argumentaire complet, voire global, que nous souhaitons initier dans notre association. Le travail de terrain est ingrat, chronophage, épuisant et peu efficace ; Reconquête républicaine ambitionne un autre champ de bataille, il est nécessaire d'agir différemment, de déployer un ensemble idéologique aujourd'hui inexistant ou épars.

C’est à cette tâche que Reconquête républicaine va s’atteler : définir un projet global, démonter les mécanismes destructeurs de notre culture , retrouver le fil de notre évolution naturelle.

Pascal Olivier et Gérard Couvert pour le Directoire.

lundi 2 décembre 2013

Naissance de Reconquête républicaine : la République notre Royaume de France

Naissance ou renaissance ? Les fondateurs de Reconquête républicaine réunis il y quelques jours en Assemblée générale constitutive se sont donné pour objectif de promouvoir et de défendre l’héritage républicain français.

«Reconquête» parce que la République n’est plus. Il y a 45 ans (1968) une contre-révolution réussie déguisée en révolution nous en faisait sortir, en même temps qu’elle nous faisait sortir de l’Histoire et nous pressait de goûter aux délices de Capoue sociétaux venus d’outre-Atlantique. Exit Michelet et le roman national, bonjour Frisco et sa Gay Pride ! L'instruction civique est supprimée des programmes scolaires dès 1969 par Edgar Faure.

Sujets du Saint-Empire néo-libéral, il n’était plus guère utile de préparer les futurs citoyens à exercer leur pouvoir souverain. La démocratie sera suspendue un certain 4 février 2008 à Versailles. « Ce que l'individu gagnait en liberté, le citoyen n'allait-il pas bientôt le perdre en fraternité ? Et les citadins, en égalité ? Derrière une Love Parade ouverte à tous les exclus, des free parties sans interdits, se faufilaient, sans mot dire, le trader, l'insatiable show-biz et le tout-à-l'ego.» (Régis Debray). Les barricadiers allaient fournir le personnel de la cléricature gaucho-libéralo-anomiste, un goupillon sans dieu prescripteur spirituel de l’inversion des valeurs vertueuses.

Mais à tout goupillon son glaive. C’est l’islam qui en fera office. La mondialisation sous égide américaine commence en 1945. Le 14 février de la même année est scellé sur le Quincy un Yalta américano-salafiste. Le leadership régional de l’Arabie séoudite devient «intérêt vital» des Etats-Unis. L’Oncle Sam a sacrifié les chrétiens d’Orient sur l’autel de ses intérêts et réserve aux Européens un sort similaire. Le retour du califat n’est plus de l’ordre de la fiction.

Barack Obama dans son discours du Caire et par deux fois le département d’Etat nous ont fait des remontrances nous reprochant nos lois contre le voile islamique. Les Etats-Unis qui cherchent par tous les moyens à nous imposer la Turquie ont contribué à la création d’un Etat musulman au cœur de l’Europe, la Bosnie, plaque tournante du jihad et ont favorisé une influence islamique et turque jusque sur les rives de l’Adriatique. Il s’agit de recréer une séparation entre le protectorat ouest-européen et le monde orthodoxe slave pour empêcher le continent européen libéré du mur de Berlin de devenir un acteur stratégique indépendant.

«La République, notre Royaume de France» écrivait Charles Péguy, cette quatrième dynastie de France (qui se confond avec le peuple) a réussi ce qu’aucune autre avant elle n’avait réussi, même durant les croisades.

Avec le cri de Valmy, « Vive la nation ! » elle a éclairé le monde. Elle a indirectement mis fin au califat (632-1924) et contribué, beaucoup plus directement, à l’établissement d’Etats-nations, véritables hérésies au regard de l’islam. Auparavant seuls les Mongols, pas encore islamisés, avaient pu suspendre le califat durant deux petites années par la prise de Bagdad en 1258.

La magnifique bataille de Lépante (en Grèce, aux confins des golfes de Corinthe et de Patras), au cours de laquelle nous avons brillé par notre absence, occupés que nous étions à nous lier d’amitié avec la Porte et à nous entre-tuer en France dans d’interminables guerres de religion, n’a même pas permis la libération de la Grèce. On ne l’a même pas envisagée ou imaginée alors que la défaite ottomane permettait de pousser jusqu’en Orient et de délivrer Constantinople, Antioche, Jérusalem et Alexandrie !

Il a fallu attendre que le souffle de la Révolution nous donne la victoire au Pont d’Arcole et à Rivoli (Première République) et que les sept îles ioniennes, possession de Venise, deviennent trois départements français de Grèce pour donner le la à ce qui permit de mettre fin à cinq siècles de souillure ottomane en Grèce.

L'islam est un messianisme politique guerrier à prétention universelle (cf. E.M Gallez) qui ne ne peut être combattu que par un autre messianisme à vocation universelle. Seule l'idée de nation (à la mode française, donc républicaine et révolutionnaire) a pu en avoir raison. Le christianisme (qui nous est cher) ne joue pas dans la même cour avec «Mon royaume n'est pas de ce monde» ou «Il faut rendre à César....». Le Père Lelong n’avait-il pas déclaré à Jean-Pierre Péroncel-Hugoz : «Je préférerais voir les chrétiens du Liban morts plutôt que de savoir qu’ils on dû tuer leur prochain pour survivre» !

La laïcité (loi de 1905) n'est pas non plus très efficace parce qu’inadaptée à une «religion» plutôt séculière et sans grande spiritualité. En revanche l'islam est un danger mortel pour la laïcité. C’est ce qu’ont compris nos amis René Marchand et Pascal Hilout, «L’islam n’est pas un culte ou une Eglise au sens où nous l’entendons» (RM), «Face à la question islamique, la laïcité n’est d’aucun secours» (PH). Le mariage musulman par exemple n’est pas autre chose qu’un mariage civil concurrent.

Il convient ici de dénoncer les pseudo-républicains qui facilitent le travail de sape de l’islam en prétendant que la laïcité est la séparation du sacré et du profane alors qu’elle n’est que séparation des Eglises et de l’Etat. Ces scélérats dénient ainsi à la République toute dimension sacrée et transcendante, ce qui revient à la délester de toute valeur ordonnatrice et de communion.

«Si l'égalité des citoyens existait dans la cité grecque ou dans la République romaine, elle laissait de côté les métèques et les esclaves. C'est le christianisme qui a donné à l'idée de l'égalité cette force propulsive universelle qui existe aussi dans l'Islam, mais l'égalité des musulmans ne vaut que dans « l'Oumma » alors que c'est la Révolution française qui a laïcisé l'idée chrétienne en disposant que tous les Hommes, partout, naissent libres et égaux en droit.» (Jean-Pierre Chevènement).

Cette oumma a vocation à se confondre avec la terre entière. La souveraineté appartient à un dieu législateur et non pas au peuple. Voilà qui tranche singulièrement avec l’article III de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 : «Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.» Il n’est pas étonnant que par la Déclaration du Caire de 1990 l’OCI (ONU confessionnelle dans l’ONU composée de 57 Etats islamiques) ait au nom de la charia, répudié la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 constitutive de l’ONU.

Contre l’ordre impérial mondialisé américano-salafiste, il nous faut défendre la France et au delà l'ancien monde grec et romain avec son prolongement orthodoxe et catholique ainsi que les Lumières qui sont à la fois prolongement-dépassement du christianisme et retour aux sources antiques. On a accusé les auteurs des Lumières de semi-pélagisme comme on a jadis accusé les moines provençaux de la même hérésie, preuve s’il en fallait qu’il s’agit du même corpus civilisationnel. Car si l’Europe n’est pas un peuple et pas une nation, elle est une civilisation, merveilleuse alchimie de Rome, d’Athènes et du christianisme. Sous la soutane il y a la toge aime à rappeler l’ami Gérard Couvert. Lorsque Gramsci affirme que la France est plus l'héritière de Rome que l'Italie, il ne fait pas autre chose que de laïciser l’idée que la France est la fille ainée de l’Eglise. «Fille de sainte Geneviève et de Diderot» écrit Régis Debray. «Un peuple qui égale l’humanité et une nation à laquelle on peut s’attacher par l’esprit et par le cœur aussi fortement que par les racines» écrit Emmanuel Lévinas.

Au printemps dernier le magnifique peuple français a manifesté son intention d’entrer à nouveau dans l’histoire. Un anti-68, une contre-révolution a-t-on claironné sans percevoir qu’une contre-contre-révolution est une révolution. Par une ruse de l’histoire nous sommes entrés en période révolutionnaire par le truchement de l’opposition à une loi «sociétale» (passée en force), chère à la cléricature du Saint-Empire néo-libéral. Le peuple français révolutionnaire et anticlérical est de retour !

Ceux qui se parent des atours de la République pour mieux nous aliéner sont des «républicains de papier», usurpateurs et rentiers de la République. La mystique républicaine, disait Péguy, c’était quand on mourait pour la République. La politique républicaine, c’est quand on en vit.

Laissons un moment la parole à F. Furet et à M. Ozouf qui, bien que disant la Révolution finie, discréditée et vaincue, écrivaient : «Il arrive pourtant à nouveau qu'on use du mot République comme d'un mot-programme, d'un mot combat supposé réveiller et galvaniser les énergies. Se dire républicain, c'est alors bien plus que donner son assentiment au régime (…) C'est dans un monde hédoniste, individualiste, menacé d'engourdissement civique et de platitude, manifester son attachement à un modèle de participation politique et d'intégrité morale (...) C'est célébrer la communion sociale et poursuivre la critique du libéralisme si centrale dans la politique française».

La France est soumise, humiliée, martyrisée, sacrifiée, remplacée. Il faut la libérer, la décoloniser, reconquérir les places de sûreté islamiques, notre souveraineté culturelle, monétaire, budgétaire, la démocratie, bref la République. La reconquête est en marche, le peuple s’est levé et va bientôt annoncer au monde le retour de la France !


Pascal Olivier
pour les fondateurs de Reconquête républicaine.

jeudi 17 octobre 2013

Quand Résistance républicaine assimile l’action des Veilleurs aux prières de rue mahométanes

La médiatisation, grâce à Riposte laïque et notamment à Maxime Lépante, de la confiscation de l’espace public par les prières de rue mahométanes est un haut fait de la Résistance. Il a suscité le débat, poussé les collabos dans leurs derniers retranchements, obligé les autorités à agir (en façade) et permis à Marine Le Pen de s’emparer avec efficacité et panache de la question.

Ce travail, commencé il y a quatre ans déjà, est en passe d’être saboté par ce qui semble être une nouvelle orientation de Résistance républicaine. Un article publié dans le site de RR assimile l’action des Veilleurs à l’occupation mahométane ! On est jamais trahi que par les siens ! Nos ennemis ne pouvaient rêver meilleure banalisation de leur offensive.

On aurait pu être rassuré par l’immaturité politique qui émane de la lecture de ce texte simpliste en se disant qu’il n’engage que son auteur, qu’il a été publié un peu par hasard, par accident ou par complaisance. Il n’en est rien puisque Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, défend les mêmes thèses dans les commentaires du billet. Qui plus est l’auteur est supposé être membre du Directoire et le trésorier de RR !

L’auteur qui a commis ce «texte» ne semble pas avoir compris grand chose à l’action des Veilleurs qui ne prient pas et ne manifestent pas. Un commentateur lui a fait une réponse argumentée à laquelle je vous renvoie.

On peut reprocher aux Veilleurs leur irénisme ou leur naïveté et lorsqu’ils commettent la faute de se compromettre avec Fils de France on a raison de les tancer, Christine Tasin ne s’en est d’ailleurs pas privée. Mais les Veilleurs qui sont pacifiques et plutôt légalistes subissent comme tous les Résistants la répression injustifiée de la puissance publique et les attaques des milices du pouvoir. Les mêmes miliciens qui avaient attaqué nos camarades toulousains emmenés par notre ami Gérard Couvert (co-fondateur avec Christine Tasin et moi-même de Résistance républicaine) lors de la célébration du 140e anniversaire de l’avénement de la IIIe République le 4 septembre 2010 attaquent les Veilleurs. Ils le font cette fois-ci sous la bannière LGBT, ils se livrent à des voies de fait et à des violences en toute impunité. Jamais ces miliciens ne se sont inquiétés de l’occupation mahométane de l’espace public. Ils en sont complices. La seule visibilité admise est celle du fascisme islamique.

Les Veilleurs ne sont évidement pas des hors-la-loi comme l’allègue le site de Résistance républicaine. Si c’était le cas ils auraient obtenu gain de cause depuis belle lurette. «Violer la loi crée des droits» comme le dit avec talent Renaud Camus. Les Veilleurs sont des alter-résistants envers lesquels nous nous devons d’être solidaires, ne serait-ce qu’en raison de la répression injustifiée qu’ils subissent.

mercredi 14 août 2013

Le père du Pacs et du mariage gay est un néo-Versaillais soumis au glaive islamique

Jean-Pierre Michel sénateur PS a été le rapporteur du Pacs à l’Assemblée nationale et le rapporteur du mariage homo au Sénat. Il est favorable à la PMA et à la GPA. Il a quitté le parti de Jean-Pierre Chevènement en 2002 en désaccord avec l’idée d’une union des républicains des deux rives. Au dessus de la gauche et de la droite il y a la République disait, à raison, le Che. Aversion pour la droite et lobbying gay seraient donc la ligne de Jean-Pierre Michel.

Premier secrétaire général du Syndicat de la magistrature (1968), il le soutient à l’occasion de l’affaire du «mur des cons». Il estime que « les personnalités raillées n'ont que ce qu'elles méritent ». Pour mémoire, était épinglé sur le mur, Jean-Pierre Escarfail, père d’une jeune fille violée et tuée par Guy Georges !

Il a refusé au collectif de la Manif pour tous sa demande d’audition par la commission des lois du Sénat. «Vous représentez la pire des homophobies» a-t-il écrit. Cela ne l’a pas empêché de recevoir avec déférence le représentant de la pire homophobie, la vraie cette fois, celle de l’islam, en la personne de Mohamed Moussaoui.

Dans un précédent article, j’avais évoqué cette instructive audition qui laissait entendre que le mariage mahométan est en définitive un mariage civil concurrent du nôtre. Dans les questions qui suivirent cette audition, Jean-Pierre Michel, par une courte intervention (au tout début de la vidéo), botte en touche sur cette grave question du mariage civil concurrent mais glisse quand même (saluons le courage !) une remarque sur les mariages islamiques qui ne respectent pas toujours l’obligation préalable du mariage en mairie. Une semaine plus tard, il s’est pour cet «écart» excusé en se roulant dans le pipi et en affirmant «Je tiens à saluer M. Mohammed Moussaoui qui nous a porté par une intervention très républicaine» (sic !). Le même «très républicain» Moussaoui en réponse à une sénatrice n’a pas exclu que le «mariage pour tous» puisse provoquer une demande d’extension à la polygamie (vers la 20e minute des questions).

Jean-Pierre Michel a publiquement soutenu son attaché parlementaire qui avait fait scandale en écrivant sur Twitter : « Bonaparte tira des coups de canon face aux ennemis de la République ! Valls devrait faire de même, concernant le Printemps français ! ». « Une boutade » ont-ils marmonné pour se défendre. On a du mal à croire à une plaisanterie. Valls a répondu favorablement en envisageant le plus sérieusement du monde une dissolution du très pacifique Printemps français après que Jean-Pierre Michel eut asséné au Sénat : «La loi ne se réfère pas à un ordre naturel. Elle se réfère à un rapport de force à un moment donné. Et point final.» Non pas Bonaparte, plutôt Adolphe Thiers qui écrasa le peuple patriote avec l’aide de l’ennemi. Gare aux nouveaux Versaillais !

En bon entrepreneur communautaire, Jean-Pierre Michel est naturellement partisan du «droit de vote pour tous», (droit de vote des étrangers). Il a regretté de ne pas pouvoir assister à la cérémonie organisée au Sénat par sa collègue Esther Benbassa, ennemie de la nation.

Etre républicain exige de ne pas se prononcer pour une loi uniquement parce que l’on est philosophiquement d’accord avec son contenu, mais que l’on juge de l’opportunité de cette loi. Je m'inspire des propos d'une ex-camarade (républicaine, elle) devenue députée : «Le principe dʼégalité n'oblige pas à un traitement identique de situations différentes. La laïcisation républicaine signifie que lʼEtat prend en charge une question en vue du bien commun. Cette loi (Taubira) répond-elle à une demande impérieuse du corps social ? Il ne me semble pas que les Français lʼaient réclamé de manière urgente. La nouvelle loi reconnaît-elle un besoin social qu’il nʼétait plus possible de réfréner ? Associations et porte-parole virulents ont sans doute largement confisqué l'opinion réelle du pays et trop impressionné les auteurs du projet.»

Il sʼagit bien dʼune loi dictée par un micro-lobby communautariste sans légitimité auprès de lʼensemble des homos et a fortiori auprès de l'ensemble des Français. Les entrepreneurs communautaires (Crif, Ccif, Gays, etc...) font leur beurre sur le dos d’une communauté qu’ils ne représentent pas. C’est une victoire pour le lobby gay et une défaite pour les homos comme l’a bien résumé Adrien Abauzit dans Boulevard Voltaire. C’est une victoire de Terra Nova qui favorise les questions «sociétales» comme dérivatif à la question sociale. C’est une victoire à la Pyrrhus qui se paiera très cher. Avec de la chance, républicains et patriotes abrogeront cette loi. Si nous ne réussissons pas c’est la charia qui s’en chargera.

lundi 15 juillet 2013

Empêcher que le mariage homo ne finisse dans le sang d’une nouvelle nuit des longs couteaux

Le fascisme est un syncrétisme entre la gauche et la droite duquel la composante de gauche a été liquidée. Nous devons cette définition originale et pertinente du fascisme à l’historien anarcho-marxien Daniel Guérin qui s’était posé la question des similitudes entre deux fascismes fort différents, l’italien universaliste et l’allemand raciste.

Notre ami Jacques Philarcheïn, philosophe marxien, à travers son non moins pertinent concept de Triplice de l’horreur ou encore de «capitalislamogauchisme» a vulgarisé l’idée d’une alliance Capital-Islam-Gauchisme.

L’islam est le glaive réorganisateur de la mondialisation libérale. Le gauchisme culturel (qui est à l’orthodoxie marxienne ce que sont les Témoins de Jéhovah au concile de Chalcédoine) est le prescripteur spirituel (inverseur des valeurs vertueuses) de cet attelage ; alliance contre-nature du sabre islamique et du goupillon sans dieu (cléricature gaucho-libéralo-anomiste). Ce dernier a même sa langue liturgique. Il use et abuse de certains épithètes comme «festif» ou «ludique», il a aussi ses mantras, le «vivre ensemble» en est un qui tourne en boucle comme pour mieux conjurer le sort.

Lorsque dames Barjot, Bourges et Boutin vont en croisade contre le mariage homo, elles font de l’anticléricalisme sans le savoir ! «Le cléricalisme voilà l’ennemi !» pourraient-elles s’écrier si elles prenaient conscience de la vraie nature de leur combat. Combat néanmoins parcellaire parce qu’elles n’ont pas compris que le bras armé du «capitalislamogauchisme» est l’islam conquérant. Elles ne l’ont pas compris parce qu’en apparence il y a en effet contradiction. Qu’y a-t-il de plus droitier, de plus rétrograde, de plus gauchicide que l’islam ? Rien. Il est en revanche plus étonnant que les troupes de Jean-Luc Mélenchon s’obstinent et s’échinent à réitérer l’expérience tragique du Parti Toudeh.

Si en France la liquidation de la «gauche» par le droitier islam est loin d’être achevée comme en Iran, elle a cependant bel et bien commencé malgré la complicité de façade et la soumission de ce goupillon sans dieu au glaive islamique. La première expression spectaculaire de ce processus est apparue pendant les manifestations anti-CPE de l’année 2006 attaquées par des «jeunes», mot euphémique qui désigne des voyous mahométans (islamo-racailles en terminologie marxienne) aussi sûrement que «classe moyenne» désigne les autochtones «blancs» des classes populaires. Le dernier épisode en date est la mairie de «gauche» d’Argenteuil attaquée par des mahométans et le commissaire de police frappé contraint de se réfugier dans la mairie en question.

Avec la Manif pour tous, pour la première fois depuis longtemps, a été rompue par des Français bien élevés, la suprématie des islamos-racailles et l’on n’a pas vu ces derniers s’attaquer à ce type de manifestation. En revanche la cléricature de «gauche» a utilisé la puissance publique pour la réprimer comme elle n’a jamais osé le faire dans les places de sûreté islamiques. On a même vu des Lacombe Lucien «bien de chez nous» attaquer la Manif pour tous au nom de l’anti-fascisme. Depuis la guerre d’Espagne c’est au nom de l’anti-fascisme que l’on réprime les peuples (lire ou relire Hommage à la Catalogne de George Orwell), François Mitterrand l’avait bien compris et mis en pratique, et depuis le choc pétrolier c’est au nom de l’anti-racisme que l’on réprime les patriotes.

Il y a eu également quelques mahométans «bien élevés» qui ont participé à la Manif pour tous. Mais comme le rapporte notre ami Bernard Dick leur banderole tranchait singulièrement. Il ne s’agissait pas d’un bon enfant «François ta loi on en veut pas» mais d’un inquiétant « Les musulmans de France n’accepteront jamais cela » qui plus est écrit en arabe.

Curieux paradoxe que cette cléricature de «gauche» qui prône un hédonisme de marché qu’elle présente comme le nec le plus ultra du progressisme, fait réprimer les vertueux qui s’y opposent et se soumet le plus docilement du monde au glaive islamique. Il faudra à l’avenir écrire sur cette question à la manière de la précieuse somme très documentée de l’historien Simon Epstein : Un paradoxe français, antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance.

Dans les territoires perdus de la République que sont les places de sûreté islamiques s’exerce une ultra violence envers les homos, des couples de même sexe ont dû fuir ou se faire exfiltrer par la police. S’il est vrai que la violence contre les homos a augmenté à l’occasion de la discussion de la loi dite abusivement du «mariage pour tous», il s’avère après coup que l’agression de Nice comme celle du XIXe à Paris ne viennent pas de cette partie de la population que Gabrielle Cluzel a appelé «la France bien élevée».

Renaud Camus à propos de la violence homophobe suscitée par la loi Taubira : « Elle prospère à l’occasion d’un projet absurde, qui n’a strictement rien à voir avec l’esprit et avec les plus vives traditions de l’homosexualité et les ridiculise. Ce projet s’appuie sur une conception totalement absconse et mécanique de l’égalité, la même qui a déjà détruit l’école et la vie culturelle. »

Comme Renaud Camus, Daniel Guérin ne faisait pas mystère de son homosexualité. Il avait eu en outre le bon goût d’épouser une femme et de ne jamais s’en séparer. Il avait compris dès la fin des années 70 le danger que représentait la réification de la question homosexuelle.

Extrait d’un article d’Alexandre Marchant : « Néanmoins, la fin des années 1970 et le début des années 1980 marquent pour Guérin une étape de déception vis-à-vis du mouvement homosexuel. En effet, il critique, comme Guy Hocquenghem au même moment dans La dérive homosexuelle (1977), la « ghettoïsation » du monde homosexuel sur lequel des frontières symboliques, héritières de la retombée de la politisation, se sont maintenant abattues en lui donnant une forme communautaire. L’homosexualité, définie comme une identité subversive et comme moyen de transformer une société, est devenue, par l’action des multiples mouvements militants qui s’en revendiquaient, une fin en-soi. Le discours homosexuel militant a réifié l’homosexualité en en faisant un objet de débats et de revendications sur la place publique. Guérin fustige également les débuts de la « commercialisation » du monde gay. Prolongeant ses réflexions sur la nature et le fondement de l’homosexualité, notamment dans Homosexualité et Révolution (1983), Guérin se réfugie dans ses souvenirs des années 1920 et 1930 où, selon lui, les identités homosexuelles et hétérosexuelles étaient loin d’être essentielles, exclusives et réifiées :« Il n’y a aucun doute que la discrimination est maintenant plus forte qu’à l’époque de ma jeunesse. Cette soi-disant révolution sexuelle n’a pas du tout été dans le sens que nous pouvions souhaiter »

Point n’est besoin de remonter jusqu’à Juvénal pour savoir que cette affaire de mariage homo peut très mal finir. Il suffit de lire les plus grands zélateurs de l’homosexualité qui pour certains font preuve d’une grande lucidité pour s’en rendre compte. La cléricature de «gauche» qui promeut «le mariage pour tous» tout en étant soumise au glaive islamique emmène les homos à l’abattoir.

En dédaignant le micro lobby communautariste LGBT, en marquant leur refus de l’aventure du basculement anthropologique inédit que serait le mariage homo et surtout le chamboulement de la filiation, les très peu bigots et néanmoins vertueux Jean-Pierre Chevènement et Nicolas Dupont-Aignan ont fait preuve de résistance républicaine.

vendredi 14 juin 2013

Pierre Mauroy, contre-panégyrique pour une crapule de droite

Pardon pour ce titre un tantinet provocateur mais devant l’avalanche de panégyriques suscitée par la disparition de Pierre Mauroy, il est nécessaire de rétablir quelques vérités.

Pierre Mauroy n’est pas l’homme de gauche authentique que prétendent ad nauseam les innombrables eulogies psalmodiées suite à sa disparition. Pierre Mauroy était l’homme de droite du Parti socialiste. La confusion vient du fait qu’il a été le premier chef de gouvernement de la gauche au pouvoir en 1981 et que du coup son nom est accolé aux réformes qu’ont été les nationalisations, la retraite à 60 ans, les 39 heures, la cinquième semaine de congés payés et tant d’autres.

Très peu ont rappelé que la «parenthèse libérale» (dixit Lionel Jospin) ouverte en 1983 et jamais refermée depuis est en partie imputable à l’influence qu’a exercée Pierre Mauroy (et Jacques Delors) auprès de François Mitterrand. Il paraît même qu’il aurait mis sa démission dans la balance pour peser de tout son poids dans la décision du président de la République. Et quand on apprend par Jean-Pierre Chevènement que le Président a longtemps hésité avant de se laisser porter par le vent mauvais venu d’outre-Manche et d’outre-Atlantique (thatchérisme et reaganisme) on mesure mieux la responsabilité que Pierre Mauroy porte dans les malheurs qui nous accablent depuis 30 ans.

Jean-Pierre Chevènement, Laurent Fabius et Pierre Bérégovoy favorables à la sortie de la France du Système monétaire européen (SME, ancêtre de l’euro) avaient tenté de faire pencher la balance de l’autre côté, en vain. Ce fut la cause de la première démission du Che.

La suite fut l’Acte unique européen (signé en 1986, entré en vigueur en 1987) et sa cohorte de pas moins de 300 directives de dérégulation, la politique du franc fort qui nous a coûté la bagatelle d’un million d’emplois pour coller au mark en vue de l'euro, le traité de Maastricht qui nous prive d’une part importante de notre souveraineté et qui asphyxie notre économie et celles des pays du sud de l’Europe.

Le regretté Philippe Séguin, membre d’un parti classé à droite, était bien plus à gauche que Pierre Mauroy, plus patriote, plus démocrate, plus républicain. Le traité de Maastricht est l’anti 1789 proclama-t-il dans son mémorable discours à l’Assemblée nationale renvoyant ainsi les partisans du traité, dont Pierre Mauroy et Jean-Luc Mélenchon, dans le camp de la contre-révolution. Jean-Pierre Chevènement qui sait où il habite, ou qui du moins le savait, vota l’exception d’irrecevabilité soulevée par Philippe Séguin.

En 1979, à l'issue du Congrès de Metz, Pierre Mauroy avait passé alliance avec Michel Rocard, la deuxième gauche, autrement-dit la vraie droite. Le Ceres de Jean-Pierre Chevènement fit échec à cet attelage en soutenant François Mitterrand, il lui permit de demeurer Premier secrétaire et d’être le candidat du PS à l’élection présidentielle. Peine perdue, en 1983 la victoire du camp Mauroy-Delors est totale.

Jean-Pierre Chevènement avait écrit les deux programmes du PS dans l’opposition, celui de 1972 « Changer la vie » (il n’est pas l’auteur du titre, il faut rendre à Rimbaud ce qui est à Rimbaud...) et celui de 1980 « Comprendre, vouloir, agir ». Il aurait dû se méfier, quand on a choisi de changer la vie c’est qu’on a renoncé à changer le monde. Seulement un an après la fondation du PS au congrès d’Epinay en 1971, tous les renoncements du Parti socialiste étaient déjà inscrits dans cette formule.

Il n’est pas étonnant que l’un des hommages les plus appuyés vienne de l’inénarrable Alain Minc. «Ce n'est pas Pierre Mauroy qui aurait gardé Montebourg à l'Industrie !» a-t-il déclaré dans un cri du cœur. Soit Alain Minc a la mémoire courte et ne se souvient pas que Jean-Pierre Chevènement était ministre de l’Industrie du gouvernement Mauroy, soit il suggère à François Hollande et à Jean-Marc Ayrault de faire subir au supposé succédané du Che un sort similaire.

La confusion est telle sur ce qu’a réellement été Pierre Mauroy que même dans un parti patriote et plutôt de gauche comme le Front national un hommage appuyé lui a été rendu par Steeve Briois. Heureusement que les lapidaires condoléances exprimées par Marine Le Pen au nom de son parti se limitent à la stricte courtoisie et bienséance !

«La construction européenne est le temps qui permet à l’Allemagne de recouvrer sa souveraineté pendant que le France perd la sienne» (Marie-France Garaud citée de mémoire). Dans la continuité de l’œuvre de Jean Monnet agent des Américains, Pierre Mauroy avec Jacques Delors et beaucoup d’autres a grandement contribué à cette aliénation. Il faudra dans les premières heures qui suivront la Libération débarrasser le Panthéon des cendres de Jean Monnet, ennemi de la nation. En attendant, la classe ouvrière et plus largement les patriotes se doivent de rendre à Pierre Mauroy le contre-hommage qu’il mérite.

samedi 11 mai 2013

Quand la Licra verse dans l’hypercorrection «laïciste» !

Par une lettre ouverte datée du 5 mars dernier, Alain Jakubowicz président de la Licra, a saisi le Garde des Sceaux, dame Taubira, d’une question sur le serment des magistrats :

« Madame la Garde des Sceaux,

Comme vous le savez, la Licra mène depuis 1927, le combat des valeurs de la République et notamment de la laïcité, auxquelles nous vous savons particulièrement attachée.

C’est à ce titre que nous nous permettons d’attirer votre attention sur le serment des magistrats, en ce qu’il inclut l’engagement de «garder religieusement le secret des délibérés».

Ne pensez-vous pas que cette référence au religieux, dans notre République laïque, est équivoque et à tout le moins inopportune ?

Je vous remercie de nous faire connaître votre opinion sur la question.

Je vous prie de croire , Madame la Garde des Sceaux à l’assurance de ma déférente considération.»

D’après le dictionnaire de l’Académie française, de la 1re édition en 1694 à la 8e en 1935, l’adverbe « religieusement » signifie « exactement, scrupuleusement, ponctuellement ». Le président de la Licra va-t-il user de son ministère pour demander aux immortels de biffer cette signification de la 9e édition en cours de rédaction ? C’est le moment, ils en sont justement à la lettre r, plus exactement au mot « Recez ».

Le ridicule, voilà ce qui reste aux tartuffes vrais dévots du système et faux dévots de la laïcité. Ils peuvent encore tenter de mettre sur la paille une Fanny Truchelut, de poursuivre des Pierre Cassen et des Pascal Hilout. Il n’en demeure pas moins que cette farce fait penser à une fin de règne.

Religieusement laïques, les Résistants vaincront !

mardi 2 avril 2013

Il y a presque dix ans les glorieux Corses sauvaient la République, à vous l’honneur amis alsaciens !

Le 6 juillet 2003 les Corses étaient appelés à se prononcer par référendum. Il s’agissait de sortir la Corse de la République en la transformant en une sorte de territoire d’outre mer. Des pouvoirs législatifs à l’Assemblée de Corse ainsi que la fusion des deux départements étaient au programme.

C’était l’aboutissement du processus dit de Matignon qui avait provoqué la troisième démission de Jean-Pierre Chevènement. Ce funeste projet avait été concocté dans le cabinet du Premier ministre Lionel Jospin. Entre une poignée de brigands indépendantistes qui rêvait de mette la Corse en coupe réglée et le cabinet du Premier ministre, il y avait dans le rôle de l’intercesseur un ennemi de la nation, un contre-révolutionnaire, le Vert Alain Lipietz. C’était l’époque de la «gauche plurielle» qui se réduisait après le départ du Che en 2000 à une fausse gauche, à une droite réactionnaire en diable qui acceptait en 2000 à Lisbonne et en 2002 à Barcelone l’accélération du processus de privatisation des services publics de l’électricité et du gaz, de la poste et des transports.

Ce démantèlement de la République, donc de la France puisque la France s’incarne dans la République, la droite l’avait toujours rêvé, la «gauche» le faisait. Quelle aubaine pour la droite revenue aux affaires en 2002 ! Le successeur de Lionel Jospin, le «décentré» Jean-Pierre Raffarin s’était empressé de faire ajouter à l’article premier de la Constitution : «Son organisation (celle de la France) est décentralisée».

Sûrs par avance du résultat du référendum en Corse, Raffarin, Chirac et Sarkozy projetaient déjà d'étendre l'expérience à l'Alsace et à la Bretagne, pour commencer. C’était sans compter sur le miracle corse. Les très seuls Emile Zuccarelli député-maire de Bastia et Jean-Pierre Chevènement avaient gagné avec les Corses et pour la France contre tout l'establishment de gauche comme de droite, y compris le FN de Jean-Marie Le Pen qui à l'époque avait appelé à l'abstention.

Deux ans plus tard la France subissait une guerre de défédération contre-révolutionnaire. Ce soulèvement confessionnel de l’automne 2005 qui se solda par trois semaines de pogromes anti-républicains fut épargné à la Corse. Je me souviens que des boucheries halal de l’île furent attaquées. Etait-ce uniquement pour stopper net les premières tentatives de razzia en Corse ou également par solidarité avec le continent martyrisé, je ne sais. Identité et République ne sont pas aussi antinomiques que l’on veut bien le dire.

Les ennemis de la nation et de la République sont à nouveau à l’œuvre. François Hollande a pour projet de faire de Strasbourg une «eurométropole» avec des compétences piquées aux départements, à la région et cerise sur le gâteau à l'Etat ! Les conseillers généraux des deux départements alsaciens et les conseillers régionaux (le tout à forte majorité UMP) ont quant à eux adopté un projet de fusion de l'ensemble des trois entités en Assemblée territoriale unique et ils ont arrêté la date du référendum au 7 avril prochain. Bien que ce soit un projet né sous Sarkozy et porté par la droite alsacienne (ainsi que par les Verts toujours partants pour un mauvais coup contre la nation), les tenants du projet affirment s'inscrire dans l'Acte III de la décentralisation, promesse du candidat Hollande avec la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires.

Heureusement que dans sa grande sagesse notre peuple a fait ce qu’il fallait pour virer Sarkozy sans donner à la prétendue gauche la majorité des 3/5e qui lui aurait permis de commettre des dommages irréversibles. Le dernier projet de réforme constitutionnelle atteste que le droit de vote et d’éligibilité des étrangers ainsi que la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires sont pour le moment remisés.

Le Front National appelle comme nous à ce que l’Alsace demeure française. La conversion républicaine du FN est aujourd’hui patente. Pendant qu’on s’abaissait à manifester sur l’avenue de la Grande-Armée avec des voilées, Marine Le Pen, en femme d’Etat responsable et prévoyante, s’efforçait en Nouvelle Calédonie à propos du référendum d’autodétermination de rassembler les républicains de tout bord opposés à l’indépendance de l’île.

Amis alsaciens, vous avez comme l’ensemble des Français tout à perdre à ce que l’Alsace devienne un land. Le peuple de France attend de vous un NON salvateur !

Salut et fraternité.

Pascal Olivier

lundi 18 février 2013

A bas le mariage, vive le contrat et sus à la filiation !

«Il n'y a plus que les «homos» et les curés pour revendiquer de convoler», dit-on, en ne plaisantant qu’à moitié.

Il est difficile de comprendre l’ubris d’une partie du clergé de France. Pourquoi cette revendication de l’impossible mariage des prêtres alors qu’il serait réaliste d’envisager l’ordination d’hommes mariés, pratique qui a eu cours dans le passé et qui est toujours très répandue dans les Eglises orientales, catholiques comprises ?

Le Pacs a été concocté sur mesure pour offrir aux couples de même sexe un cadre protecteur. Avec la loi Tepa, Sarkozy a été jusqu’à une stricte égalité fiscale entre le conjoint survivant et le pacsé survivant, soit une exonération totale des droits de succession. Les donations entre vifs, époux ou pacsés, sont quant à elles taxées selon un même barème.

Mais le Pacs qui n'est pas autre chose qu'un contrat (un contrat peut être unilatéralement dénoncé) a introduit la répudiation dans le Code civil. Dalil Boubakeur ne s'y était pas trompé en prenant acte de sa création. Le mariage mahométique est un contrat et non un sacrement ! Il aurait été plus sage de réserver le Pacs aux seuls couples de même sexe au lieu de l’étendre à tous par souci de ne pas «discriminer». Du coup 94% des pacsés sont des couples mixtes !

Le mariage civil était à l’origine une sécularisation du mariage religieux. Voilà ce qu’en disait Portalis rédacteur du Code civil de 1804 au Premier Consul : «le mariage n’est pas seulement institué pour les époux ; l’époux n’est là que le ministre de la nature pour perpétuer la société. La société, dans ce contrat, vient s’enter sur la nature ; le mariage n’est pas un pacte, mais un fait ; c’est le résultat de la nature qui destine les hommes à vivre en société.»

Le mariage civil est malheureusement lui aussi en passe de devenir un contrat, finalement assez peu protecteur. Jusqu’à très récemment le «fautif» ne pouvait pas demander le divorce, maintenant il le peut. Si ce n’est pas tout à fait une répudiation ça y ressemble quand même. Mariage et Pacs vont finir par ne plus faire qu’un. Exit l’institution du mariage, vive le contrat ! J’ai entendu parmi les défenseurs du «mariage pour tous» à l’Assemblée nationale nombre d’orateurs affirmer que le mariage civil n’est pas autre chose qu’un contrat.

Le mariage musulman l’est aussi comme l’a affirmé le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, invité à s’exprimer au Sénat le 12 février dernier sur le «mariage pour tous». Il a même précisé que le mariage musulman n’est ni sacré, ni rituel, qu’il est un contrat civil, à tel point que le mariage d’un musulman (avec une femme) à la mairie peut-être «religieusement» enregistré sans autre formalité et cérémonie à la seule condition que deux témoins mâles mahométans aient assisté à la célébration. Nous sommes donc en présence de deux mariages civils concurrents ! L’islam est avant tout un système politique et très accessoirement une spiritualité ce qui n’empêche pas une sacralisation de ce système politique. Cette concurrence se manifeste, entre autres, par la transgression, très largement pratiquée, du passage obligatoire en mairie avant le mariage «religieux». Lequel de ces deux mariages civils finira par l’emporter ?

Sylviane Agacinski a elle aussi été entendue sur la même question au Sénat le 14 février dernier. Voici quelques extraits de son très remarqué exposé :

«La filiation n’est pas une forme vide. Elle se réfère à la réalité du rapport entre les générations qui elle-même repose sur la procréation bisexuée. La filiation symbolise et représente l’interdépendance des sexes dans cette transmission, dans ce passage de génération en génération».

«Ce modèle de la filiation n’est ni logique ni mathématique, ce n’est pas 1+1. C’est biologique et par conséquent qualitatif, c’est homme et femme, parce que ces deux catégories qui n’ont de sens principal que dans la procréation ne sont pas interchangeables. Un couple non pas hétérosexuel comme on le dit, mais un couple mixte. Ce schéma serait remis en cause par l’adoption conjointe par deux parents de même sexe, ou par l’adoption plénière de l’enfant du conjoint au sein d’un couple de même sexe». Dans ce denier cas ce serait rajouter une mère à une mère ou un père à un père.

«Ce n’est plus le sexe qui fait le parent, père ou mère, c’est la sexualité ; c’est ça la proposition de la théorie des genres. On serait donc mère en fonction de sa sexualité, et non pas parce qu’on est femme. La question se pose alors de savoir si, dans le droit civil, la sexualité peut ou doit remplacer le sexe, et si l’on ne serait pas conduit alors à définir la personne en raison de son orientation sexuelle, et non plus en fonction de son sexe, des homo-parents ou des hétéro-parents».

Un mariage pour les couples de même sexe sans le volet adoption conjointe et sans la possibilité de l’adoption plénière de l’enfant du conjoint nous épargnerait en effet un chamboulement complet de ce qu’est la filiation tout en permettant aux conjoints de bénéficier des quelques avantages que confère encore le mariage.

Quant au mariage civil concurrent, le grand chef des savants mahométans, al-Qaradawi, discute jurisprudence pour déterminer s’il vaut mieux pendre, lapider, jeter d’un promontoire ou brûler vif les homosexuels.

lundi 26 novembre 2012

Monsieur Philippot, le chevènementisme c’est bien, à condition de séparer le bon grain de l’ivraie !

Cher Florian Philippot,

Ayant quitté le MRC depuis peu, après y avoir passé huit ans, je m’adresse au chevènementiste déclaré que vous êtes et néanmoins platonique, puisque vous n’avez jamais adhéré. Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, je précise d’emblée que c’est en ami que je m’exprime, tout heureux de constater que le Front National, par une ruse de l’histoire, est devenu l’héritier de la tradition jacobine, le seul parti d’envergure réellement républicain et de gauche en France.

J’ai appris que vous avez usé de toute votre influence pour empêcher votre parti de se joindre à l’événement fondateur qu’a été la marche contre le fascisme islamiste appelé par Résistance républicaine, association dont je suis le co-fondateur. Vous avez, la veille de la marche, par de multiples textos, appelé les cadres du FN qui voulaient participer à la marche à ne pas le faire. Certains sont venus malgré vos injonctions, qu’ils en soient ici remerciés. Le Siel de Paul-Marie Coûteaux n'y a pas participé, bien que le RIF ait soutenu nos précédentes initiatives et que Paul-Marie Coûteaux ait avoué sur les ondes de Radio Courtoisie partager nos analyses sur l'islam. Rassemblement Bleu Marine oblige ? Le Rassemblement Bleu Marine appelé à s’élargir ne pourra pourtant pas passer à côté de la Résistance légitime du peuple français, amorcée le 10 novembre dernier, contre le fascisme islamiste et l’islamisation de la France ! Le mot «islamiste» aurait pourtant dû vous rassurer puisque vous faites vôtre le travers chevènementiste qui consiste à considérer que le problème est l’islamisme et l’islam la solution !

Il s’agit du Chevènement millésime 1999 qui en initiant la Consultation a cru qu’on pouvait faire avec l’islam ce que Napoléon avait réussi en faisant modifier la loi mosaïque pour que les juifs puissent devenir nos frères égaux en droits et en devoirs. Le Che avait été jusqu’à prendre des libertés avec l’article 2 de la Constitution et avec la loi Toubon en faisant imprimer des documents officiels de la République en arabe.

JPC avait espéré qu’un islam de France compatible avec la République entraînerait par exemplarité le monde musulman vers la modernité. Le contraire s’est produit. L’avancée de l’islam en France et en Europe conforte et accentue les régressions dans le monde musulman et en Europe. C’est traditionnellement par la conquête de la périphérie que l’islam réislamise son centre. L’hubris de cette folle espérance a fini en némésis !

Le texte issu de la Consultation, devenu entre-temps Principes et fondements juridiques régissant les rapports entre les pouvoirs publics et le culte musulman en France est aujourd’hui largement transgressé et trahi. La demande d’un moratoire pour suspendre la loi de 1905 faite par Dalil Boubakeur, premier signataire du texte, en dit long sur l’insincérité de sa signature ! Les représentants de l’islam dit «modéré» sont les relais en France des demandes de l’OCI pour la reconnaissance internationale d’un délit de blasphème contre l’islam. Par la Déclaration du Caire de 1990, l’OCI, ONU confessionnelle dans l’ONU composée de 57 Etats islamiques, a de facto, au nom de la charia, répudié la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 constitutive de l’ONU.

Le recul du poids de l'Eglise a été le résultat d'oppositions actives. Du temps où il y avait une gauche en France, du temps où la France était un pays laïque, on y défonçait les portes des congrégations religieuses et on expulsait de France moult religieux (30 000 d’après certaines sources) pour des péchés contre la laïcité et la République bien plus véniels que ceux dont se rendent coupables messieurs Moussaoui et Boubakeur.

Or, les récentes notions d’islamophobie (inventée par l’ayatollah Khomeiny principalement contre l’opposition féministe à l’islam) et la très peu pertinente discrimination entre islam et islamisme ont été mises en place pour discréditer et empêcher les oppositions à l’islam. Bruno Etienne à l’origine du glissement sémantique du mot «islamisme» était malgré tout un locuteur de français qui savait qu’islam, islamisme et mahométisme sont synonymes (cf Voltaire, Renan, Hugo, etc.), il prenait donc le soin, du moins au début, d’adjoindre l’épithète «radical» à «islamisme».

«L'islamisme ne peut exister que comme religion officielle ; quand on le réduira à l'état de religion libre et individuelle, il périra. L'islamisme n'est pas seulement une religion d'Etat, comme l'a été le catholicisme en France, sous Louis XIV, comme il l'est encore en Espagne, c'est la religion excluant l'Etat.(...) L'islam est la plus complète négation de l'Europe ; l'islam est le fanatisme, comme l'Espagne du temps de Philippe II et l'Italie du temps de Pie V l'ont à peine connu». (Ernest Renan. Discours au Collège de France en 1862). Eh oui, l’islam est avant tout une religion politique, donc d’abord une religion de la sphère publique et accessoirement une religion de la sphère privée. Les prescriptions islamiques vont de la direction des affaires du Monde jusqu’à un protocole précis pour s’essuyer le cul !

Il est inutile de me répondre que l’écrasante majorité de nos compatriotes mahométans est distanciée, c’est faux ! En 2008 un sondage CSA/le Monde des religions indiquait que 54% des musulmans étaient pour l’application de la charia, 70% pour le voile islamique et 78% favorables au financement des mosquées par l’Etat ! Plus récemment 40% des Tunisiens et Franco-tunisiens de France - les Tunisiens ont pourtant la réputation d’être les plus modernes - ont voté islamiste, beaucoup plus ( 50% dans le Sud et 46% dans le Nord de la France) si l'on se réfère au portail officiel du gouvernement tunisien.

Les assassinats de Mohamed Mérah ont eu pour conséquence de faire de lui un héros et un martyr et d’aggraver les actes antisémites. L’assassin a réussi au delà de ses espérances puisque la mère mahométane d’une des victimes qui avait élevé son fils dans l’amour de la France est rentrée dans le rang, elle revêt désormais le voile islamique qu’elle a réussi à introduire jusqu’aux Invalides !

Il y a cinq ans, Régis Debray concluait un colloque en déclarant que la survie des chrétiens d’Orient était un enjeu de civilisation, que s’ils ne pouvaient pas en Orient être des citoyens à part entière, il n’y aurait pas d’avenir en Europe pour les musulmans. Les «révolutions arabes» sont en train de déboucher sur la liquidation des chrétiens comme naguère la «modernisation» de la Turquie avait débouché sur leur éradication.

Il existe un travers du chevènementisme que vous n’avez heureusement pas, vous ne considérez pas que l’immigration est une chance pour la France, vous voulez la réduire de 200 000 à 10 000 par an. Mais même sans immigration supplémentaire, le mal est déjà fait, nous n’échapperons pas à une libanisation, à une balkanisation, sans que la République ne divorce d’avec le mahométisme. Le plus tôt sera le mieux !

Salut et fraternité
Pascal Olivier

lundi 19 novembre 2012

Du silence des médias sur notre marche contre le fascisme islamiste et vers la Libération

Cette marche appelée par Résistance républicaine contre le fascisme mahométique est une première en France. Loin d’être anodine, elle avait même de l’allure, l’allure d’une armée de libération en marche. Nos slogans étaient durs, implacables, justes et inattaquables.

Si le succès de cette marche et la teneur des slogans avaient été divulgués au grand public, les mahométans n’auraient pas laissé passer, ils auraient exigé une condamnation de la part des autorités. Les autorités ne peuvent décemment pas prendre le contre-pied d’une critique de l’islamisme, mais en ne le faisant pas ils s’exposent à une confrontation avec les mahométans. Pour pouvoir nous fondre dessus il faudrait prononcer contre nous une formule d’excommunication, du genre «extrême-droite», «fasciste». Or c’est justement comme cela que nous qualifions l’islam.

Lors de l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers il y eut une certaine inertie, un silence, avant que les médias ne se déchaînent. Ce fut fait quand il s’est avéré qu’on ne pouvait plus occulter l’événement et qu’il était évident que les mahométans ne laisseraient pas passer. Il fallait donc que le pouvoir prenne l'initiative de la contre-offensive, la répression a été impitoyable, on a été jusqu’à envisager la dissolution des différents pôles de la mouvance identitaire !!!

L'écran de fumée sarkozyste s'étant estompé et la guerre que nous livre l'islam étant trop avancée et visible, le pouvoir ne peut pas faire autrement que de réprimer l’islamisme, à la marge, comme dans le dernier épisode canno-strasbourgeois. Mais pour donner des gages aux mahométans, pour montrer que ce n'est pas une guerre contre l'islam, que le pouvoir combat «tous les extrémistes», qu'il est le «juste milieu», il a besoin de pouvoir réprimer des Résistants, un peu comme Moubarak en Egypte qui ne réprimait pas les islamistes auteurs de pogromes contre les coptes sans mettre également en prison des coptes qui soit n'avaient rien fait, soit avaient eu le tort de ne pas se laisser massacrer. Le pouvoir a donc intérêt à laisser le monopole de la Résistance aux identitaires pour mieux dénigrer, disqualifier et réprimer.

S’il est plus facile, avec une bonne dose de malhonnêteté tout de même, de faire passer de jeunes identitaires pour des «fachos d’extrême-droite», avec nous c’est une autre paire de manches, nous sommes des républicains trans-courants et les fondateurs de RL et de RR viennent plutôt de la gauche, voire de l’extrême gauche. Les autres opérations de Résistance républicaine et de Riposte laïque auxquelles le Bloc identitaire a refusé de s’associer, comme la célébration du 140e anniversaire de l’avénement de la IIIe République le 4 septembre 2010, ont de la même façon été systématiquement boudées par les médias.

En revanche les opérations Saucisson-Pinard du 18 juin 2010 et Les Assises sur l’islamisation du 18 décembre 2010 ont été abondemment couvertes parce que comme le Bloc Identiaire était associé à ces deux événements, on pouvait lui en attribuer la paternité, y aller du couplet sur l’extrême-droite, le fascisme et tutti quanti. Des journalistes, pourtant spécialisés, vont jusqu’à faire du BI l’inventeur de ces opérations alors que l’initiative venait de RL et de RR. Si le BI ou le FN participent à notre prochaine marche, on peut être certain qu’elle sera largement couverte avec tout le dispositif de disqualification attenant.

Plus curieuse a été l’attitude du premier site politique de France, F.Desouche. Sans aller jusqu’à l’omerta ambiante, cet événement sans précédent n’a jamais été en Une, il n’a jamais quitté la colonne «En bref» malgré près de 1 200 commentaires ! C’est qu’à F.Desouche comme chez les identitaires, on a rien à reprocher à l’islam mais on combat l’islamisation parce que «on est chez nous». Les occupants du toit de la mosquée de Poitiers n’ont pas manqué de rappeler qu’ils n’avaient rien contre l’islam. C’est peut-être ce qui a gêné le Bloc identitaire, une marche contre le fascisme islamiste c’est plus large qu’une opposition à l’islamisation. Les opérations Saucisson-Pinard et Les Assises sur l’islamisation devaient lui sembler mieux correspondre à cette ligne.

Marine Le Pen qui a visiblement et fort heureusement abandonné cette ligne - je ne l'ai plus jamais entendue répéter que «le voile et la polygamie c'est très bien, mais pas chez nous» - qui nous a largement pillé sur le voile, le halal, l'occupation de l'espace public, nous lui en sommes reconnaissants, n’était pas à nos côtés. Etaient également absents ces justes qui se sont pourtant prononcés bien avant Marine Le Pen pour l’interdiction du voile sous toutes ces formes, y compris dans la rue, en signant la pétition initiée par Anne Zelensky, Annie Sugier et Pierre Cassen : je pense entre autres à Yvette Roudy, à Corinne Lepage, à Jean-Pierre Plancade, à Antoine Sfeir, à Pierre-André Taguieff, à Jean-Paul Brighelli, à Ivan Rioufol, à Michèle Tribalat et à tant d’autres.

Ce n’est que partie remise, et cette fois-ci, il serait salutaire que les républicains notoires que sont Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Myard, André Gerin et Marine Le Pen ne manquent pas à l’appel !

Le 10 novembre dernier sur le boulevard Auguste-Blanqui (il doit être fier de nous là où il est), a marché l’avant-garde d’un peuple qui va briser ses chaînes.

dimanche 22 juillet 2012

Ni laïcité, ni même concordat, Manuel Valls et François Hollande confirment que l’islam est en France la religion d’Etat. 

Manuel Valls a assimilé la libre critique des religions à un sacrilège en déclarant le 6 juillet dernier, dans son discours d'inauguration à la Grande mosquée de Cergy, que «toute attaque contre une religion est une attaque contre la République». Il s’est soumis le 21 juillet dernier à une prescription coranique en prenant part à des agapes nocturnes que les mahométans qualifient de «rupture du jeûne», il a en outre, à cette occasion, en mangeant halal, participé à un rite sacrificiel. Nous avons la certitude à Résistance républicaine que le ministre de l’Intérieur ne participera pas officiellement au sacrifice de la messe en communiant à l’occasion des prochaines célébrations de la Nativité ou de Pâques et que les auteurs de critiques même très véhémentes et soutenues contre le christianisme continueront de recevoir honneurs, lauriers et subventions pendant que ceux qui critiquent l’islam continueront de recevoir des coups. 

Non seulement la laïcité est bafouée mais son invocation ne sert plus qu’à dispenser l’islam des contraintes d’un régime concordataire. L’islam acquiert jour après jour le statut de religion d’Etat. Au pays de Clermont-Tonnerre il est loin d’être envisagé que l’islam se soumette à notre substrat culturel, voire à nos lois, l’islam étant  par dessus tout une loi. C’est en acceptant de modifier la loi mosaïque que les juifs sont devenus nos frères égaux en droits et en devoirs. Résistance républicaine salue au passage la décision du tribunal d’Orenbourg qui interdit la vente sur le territoire de la Russie de 65 livres islamiques parmi lesquels les hadith-s de Boukhari, ceux de Muslim et la Sira. Résistance républicaine continue de demander que soit interdit de célébration, d’apologie, de récitation, de lecture et d’enseignement tout un corpus de textes islamiques que même les musulmans les plus «modérés» se refusent à répudier comme l’a démontré la tentative de dialogue qui a tourné court entre nous et l’imam Chalghoumi. 

Quel est le sacré en France ? Autrement dit où est le sacrilège et où est le sacrifice ? Que peut-on moquer ou critiquer ? Pour quelle cause accepte-t-on de mourir ou de tuer ?  Une partie de la réponse a été donnée plus haut. L’autre partie nous est donnée par François Hollande : les familles des trois militaires assassinés par Mohamed Merah n’ont pas été invitées au défilé du 14 juillet, alors que c’est la tradition, pour les parents de soldats morts pour la France. 

Nous sommes malgré tout sereins parce que nous faisons confiance au peuple de France qui sait se montrer courageux dans les moments difficiles, bientôt des millions de chevaliers de la Barre se lèveront pour écraser l’infâme.

mercredi 13 juin 2012

Elections législatives : pourquoi il faut faire battre les camarades du MRC

Le MRC présentait une soixantaine de candidats dont 9 candidats d’union avec le PS. Il n’atteint pas le seuil nécessaire pour bénéficier du financement des partis politiques (50 candidats à 1%). Au delà des 9 candidats d’union, seule une vingtaine de candidats passe la barre des 1%.

Debout la République a présenté 300 candidats dont plus d’une centaine a atteint l’objectif. Nicolas Dupont-Aignan va être réélu, cette fois-ci sans aide, contre l’UMP, le PS, le FN, le FG et les Verts. Bravo pour cette autonomie, on ne peut pas en dire autant du MRC dont les 7 candidats présents au second tour ne l’auraient jamais été sans l’intercession du PS.

Un contrat de législature a été signé le 9 mars dernier entre le PS et le MRC. Il entérine un accord politique et électoral mais prend acte également de désaccords par exemple sur le nucléaire et la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires. Il reste cependant silencieux sur le droit de vote et d’éligibilité des étrangers, il est vrai que sur cette question Jean-Pierre Chevènement avait le premier ouvert la voie du reniement. Ici et ici.

Les candidats du MRC clament a qui mieux mieux leur loyauté envers les 60 engagements de François Hollande alors que le numéro 41 porte sur le nucléaire, le numéro 50 sur le droit de vote et d’éligibilité des étrangers, le numéro 56 sur la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires. Bastien Faudot, secrétaire national du MRC, chargé des élections, confirme : «Dimanche prochain, les citoyens devront se mobiliser pour que les 60 propositions du Président de la République se traduisent en 60 réalisations» !

La palme revient à Julien Landfried, candidat parachuté dans la 13e circonscription des Hauts-de Seine (Antony, Châtenay-Malabry, Bourg-la-Reine, Sceaux) . Il déclare qu’il votera «sans hésitation» pour le droit de vote et d’éligibilité des étrangers.

Dans un article publié dans Rue 89 on découvre comment JL perçoit la circonscription : « C’est une réserve indienne ! Il n’y a presque pas d’immigration. Dans les gares RER, on n’a pas l’impression d’être dans le réseau francilien, on dirait La Défense». JL a grandi en banlieue parisienne, mais à Grigny, dans l’Essonne « C’est pas le même genre » rajoute-il. Je ne sais pas à quelles heures JL fréquente les transports mais passons. Grigny, cette «zone de non droit», ce «quartier sensible», expressions euphémiques pour désigner les territoires perdus de la République que sont les places de sûreté islamiques, serait donc la norme pour Julien Landfried ! C’est à Grigny que pendant les «événements» de l’automne 2005 un imam et son fils ont tiré au fusil de chasse sur les représentants de la puissance publique. L’expression «pogromes anti-républicains» inventée pour la circonstance par Alain Finkielkraut convient tout à fait. Je la préfère à «émeutes» qui fait la part trop belle à ces bribes de guerres de défédération contre-révolutionnaires. «Emeutes» renvoie indûment à la poésie de notre tradition révolutionnaire, à Victor Hugo, à 1848.

Je n’ai guère apprécié le sourire appuyé, presque énamouré de JL à l’adresse d’une voilée dans les rues de la Butte-Rouge à l’occasion de son porte à porte scénographié. Le minimum pour un homme de gauche aurait été un regard désapprobateur. Mettre en avant la photo de cette scène sur son blog de campagne n’a rien d’innocent. Le bougre sait où se trouve son vivier électoral, 93% des mahométans ayant voté Hollande d’après un sondage OpinionWay portant sur 10 000 sondés.

JL vient en touriste dans le sud du 9-2, «la réserve indienne», prêcher la bonne parole et assurer qu’il sera loyal à Hollande et à ses 60 engagements. Il votera donc sans état d’âme pour le droit de vote et d’éligibilité des étrangers et pour la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Il contribuera ainsi à mettre un point final à notre République une et indivisible. Il n’y a pas si longtemps il s’était aventuré dans une autre «réserve indienne», au Local chez Batskin, pour présenter son opuscule Contre le communautarisme dans lequel il évoque, à raison, la genèse nazie de la Charte des langues régionales. «La réserve indienne» vaut bien une messe !

Julien Landfried est au coude à coude avec Patrick Devedjian, l’élection se jouera sur le fil du rasoir. Les patriotes (5,5%) peuvent faire échec au renégat. Patrick Devedjian est opposé au vote des étrangers même s’il édulcore sa position en la justifiant par la non-réciprocité.

Sur les 7 candidats MRC présents au second tour deux sont assurés de leur élection. Il s’agit dans la 10e circonscription du Val de Marne de Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin-Bicêtre, Président du MRC. Un duel l’opposera au maire Front de Gauche d’Ivry si ce dernier ne se désiste pas. Jean-Luc est le seul candidat pour lequel on pourrait voter puisque le MRC bien qu’islamophile, est moins immigrationiste que le FG et surtout opposé au «sanspapiérisme», cheval de bataille du FG.

Le deuxième est le sympathique Christian Hutin, député sortant, maire de Saint Pol-sur-Mer dans la 13e circonscription du Nord. Il a obtenu près de 48%. Son adversaire FN ne fera pas le poids.

Dans la 7e circonscription du Var, s’affronteront dans une triangulaire, l’UMP, arrivé en tête, le MRC et le FN.

Dans les trois circonscriptions restantes, des duels opposent les candidats MRC à des candidats de droite.

Dans la 4e circonscription de l’Aisne Marie-Françoise Bechtel première vice-présidente du MRC a toutes les chances d’être élue.

Dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort, le maire MRC de Belfort, Etienne Butzbach, devrait selon toute vraisemblance être élu.

Dans la 2e circonscription de la Drôme, Catherine Coutard, candidate du MRC, fait jeu égal avec la droite (33%). Les patriotes détiennent avec près de 20% la clef de l’élection.

Pour mémoire, le 18 janvier dernier, Jean-Pierre Chevènement faisait part de son choix pour la présidentielle : dans l’hypothèse d’un second tour Sarko/Marine il aurait appelé à voter Sarkozy. (vers 1:08:30)

vendredi 20 avril 2012

Pourquoi nous quittons le MRC et appelons à voter Marine.

Nous sommes quelques uns à avoir claqué la porte du MRC après y avoir milité de huit à dix ans.

Notre dernier congrès en juin 2010 avait pris l’engagement de soutenir un candidat républicain. En soutenant François Hollande le bébé Jospin-Delors, le MRC se renie. Jean-Pierre Chevènement avait déclaré que Hollande ferait un bon président par temps calme. C’est probablement cette pensée qui a inspiré à Jean-Luc-Mélenchon son célèbre «capitaine de pédalo». Bref, nous attendions un Clemenceau pour affronter le tsunami qui vient et nous voilà à la remorque d’un Deschanel qui s’est empressé de rassurer la City.

Nous quittons également le MRC parce que la démocratie délibérative que nous prônons pour que vive la République est paradoxalement interdite au sein de notre parti. Ma contribution à notre dernier congrès, en 2010, mise en ligne sur le site du MRC après maintes péripéties n’a pas reçu l’en-tête du congrès, n’a pas été envoyée aux militants et n’était pas dans le dossier remis aux congressistes. La lire à la tribune afin de compenser la dissymétrie de traitement avec les autres contributions n’a pas non plus été possible, la lecture ayant été interrompue par le jeune prétentieux qui présidait la séance.

La critique de gauche de l’islam n’est pas la bienvenue au MRC. Je me rappelle de notre ambiguë solidarité envers Robert Redeker menacé de mort et obligé de vivre reclus après son article sur l’islam publié dans le Figaro. Robert Redeker avait pourtant été en 2002, en Haute-Garonne, président du comité de soutien à la candidature du Che. JPC vota de justesse la loi sur la dissimulation du visage (loi contre la burqa) sans doute pour ne pas faire mauvaise figure au sein de son groupe RDSE au Sénat alors qu’il avait osé, au début de l’affaire, mettre sur le même plan la burqa et la Gay Pride ! Nous n'avons même pas salué au nom du MRC la création d'une commission parlementaire sur le voile intégral. Notre secrétaire nationale aux Droits des femmes a dû, toute honte bue, renoncer à son communiqué ! En revanche il n’y a pas eu d’entrave à l’anachronique mise au pilori de Pie V ! Je me souviens du congrès de la Bidassoa en 2004, peu après la loi de mars 2004 sur la laïcité qui mettait fin à 15 ans d'errements post-jospinien sur le voile à l'école, congrès où durant 20 minutes nous entendîmes à la tribune un discours fustigeant les encycliques papales des XVIe et XVIIe siècles ! Oui, le Che pense que l’islam est plus propice à la laïcité que le christianisme, il l’a répété à Alger et à Oran ! Si dire que «la laïcité c’est la Grèce plus le Christ» comme le pense Emmanuel Levinas n’est pas la tasse de thé du Che, il pourrait néanmoins méditer cette sentence de son ami Régis Debray : «L’incarnation rédemptrice : année zéro du militant laïque, A.D.N. de notre génétique morale». Notre loi de 1905 trouve son origine entre 325 et 451, soit quelque part entre le concile de Nicée et celui de Chalcédoine. Comment le Che peut-il se féliciter au nom de la laïcité que Chirac et Jospin aient fait le nécessaire pour que les origines chrétiennes de l’Europe soient biffées du projet de Constitution européenne et affirmer page 391 de son livre Défis républicains que la France est une puissance musulmane depuis deux siècles ? Deux poids, deux mesures !

Un plat de substitution halal nous fut proposé, un soir de banquet «républicain», au cours de notre Université d’été à Méry-sur-Oise ! C’était la République qu’on assassinait !

J’ai tenu bon tout ce temps parce que je pense qu’on peut plus facilement espérer une rédemption à la bêtise et à l'irénisme de la gauche (quand elle est sincère) qu'aux calculs froids et cyniques de la droite. JPC ne veut pas voir qu’un Mohamed Merah n’a fait que remplir son devoir religieux - il aura probablement sa rue dans une capitale arabe comme Khaled Kalkal a sa rue au Caire. Il a éliminé des traîtres à la oumma, des supposés musulmans qui avaient le tort de servir dans une armée de mécréants, la nôtre. Il a rempli son devoir religieux en tuant des juifs. En faisant cela il n'a fait qu'imiter le «beau modèle», Mahomet, et contribuer à accélérer le jour du jugement dernier. Il ne peut y avoir de jugement dernier avant que le dernier juif ait été exterminé, comme il est écrit dans le livre le plus saint et le plus fiable de l’islam après le Coran, les Hadith-s de Boukhari. Aujourd’hui l’extermination des juifs est réclamée par la tête de proue de l’islam mondial, le prédicateur Al-Qaradawi. « Si l'islam mondial avait un chef, ce serait lui » écrivait Xavier Ternisien. C’est ce partisan de la solution finale qui honore de sa présence le rassemblement annuel de l’UOIF au Bourget et qui a rassemblé deux millions de personnes sur la place Tahrir. Comparer cela avec Action directe, comme l’a fait le Che, il fallait oser ! De même il avait relativisé le terrorisme islamique en parlant de terrorisme chrétien à propos de la Fraction armée rouge (bande à Baader) ! Dans le même registre, comparaison n’est pas raison, JPC veut voir dans l’hiver islamiste qui prend tout naturellement la suite du printemps arabe une sorte de démocratie islamique un peu comme une démocratie chrétienne, un MRP ! 71% de salafistes et de frères musulmans en Egypte comparés au MRP ! Pauvres coptes ! Pauvres femmes !

En décembre dernier quand j’ai senti que le Che commençait à mettre en sourdine ses convictions pour pouvoir rallier la fausse gauche, je lui ai adressé une supplique. Je l’ai publié dans Riposte Laïque où la culture du débat est reine parce que je ne pouvais plus le faire sur le blog de JPC, mon compte ayant été supprimé depuis le mois de mai par le même censeur évoqué plus haut. Même le camarade Elie Arié, ancien secrétaire national aux questions de santé, a vu son commentaire censuré quand il a osé émettre une critique sur Ségolène Royal.

Notre fédération des Hauts-de-Seine a souffert de quelque chose à la croisée du népotisme, du mépris de classe et d’un élitisme mal pensé. Des militants bien implantés localement et élus ont dû céder leur place à des parachutés, de jeunes diplômés ambitieux appartenant à la cour du Che. Le témoignage de Malek Boutih sur les cadres du PS est transposable au MRC. C’est ainsi que notre fédération a perdu son siège de conseiller régional, l’ambitieux ayant préféré rallier les Verts pour assurer ses arrières. Bis repetita, nous avons un parachuté pour les prochaines législatives, le chérubin qui a servi de porte- parole à JPC durant sa courte campagne, le fameux censeur dont on parlait plus haut. On peut le voir sur son blog prendre la pose à côté de l’inquiétante Martine Aubry. Je me rappelle que c’est un commentaire faisant le rapprochement entre Christine Lagarde et Martine Aubry qui m’interdit définitivement le blog du Che. Dans sa déclaration de candidature il a déjà remisé son appartenance au MRC en se présentant comme le «candidat du PS et de la gauche» (sic). Le pharisien finira au PS avec la suffisance du parvenu et l’intransigeance du converti. Il a pour habitude d’arborer fièrement sa formation HEC. Eh oui, nous avions Edith Cresson et Rachida Dati sorties de ce BTS-force-de-vente pour happy few, nous avons maintenant Julien Landfried !

Marine avait clairement affiché son intention de gouverner avec Jean-Pierre Chevènement. Il lui opposa une fin de non recevoir. Si, après l’inévitable recomposition de la droite, ce refus du rassemblement des patriotes de tout bord débouche, par malheur, sur une droite dure et pas forcément patriote, JPC en portera sa part de responsabilité.

Pour l’heure il n’y a que deux patriotes candidats, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan. Sur la question islamique Marine aurait pu mieux faire, mais que penser du manque de courage de NDA ? Comment pouvez-vous, cher Nicolas, signer une proposition de loi pour l’abolition de la corrida et accepter que 51% des bêtes abattues en France le soient sans étourdissement ? Bientôt il n’y aura plus que les mahométans qui auront le droit de tuer. Ne voyez vous pas que derrière cette affaire se profile insidieusement non seulement la question d’une fiscalité islamique mais surtout la question du monopole de la violence légitime ? Le végétarien que je suis en est réduit, à contre-cœur, à défende la corrida et la chasse, un comble ! Je voterai donc pour Marine et appelle à voter pour elle.

Après le récent départ des camarades Pierre Cassen de la CGT et de Jacques Philarchein de FO, en route vers un Printemps français ! La gauche se meurt sous les coups de la fausse gauche mais elle ressuscite là où on ne l’attendait pas. Le discours de Lille de Marine commençait et se terminait par les paroles du Chant du Départ, paroles adoubées par Robespierre bien qu’écrites par le girondin Marie-Joseph Chénier. L'hommage rendu dans ce discours de Lille aux patriotes de la Commune de Paris est une agréable surprise...

Salut et fraternité
Pascal Olivier

mardi 27 mars 2012

L’assassin de Toulouse aurait-il bénéficié d’un traitement de faveur parce que mahométan ?

En 1981 la peine de mort est abolie en France. Elle a cependant perduré, la sentence n’étant plus prononcée dans les prétoires mais à la télévision par la magie performative d’un acte de langage. Le vocable «forcené» prononcé au journal de 20 heures valait sentence de mort. Cela ne veut pas dire qu’il y avait systématiquement exécution de la peine. Mais si le «forcené» ne cessait pas d’être forcené on ne peut pas dire que la police ou la gendarmerie poussait le zèle jusqu’à prendre des risques pour l’appréhender vivant.

Tel ne fut pas le cas à Toulouse où l’on déplore cinq policiers blessés. Des armes non létales ont été utilisées durant l’assaut. Il semble bien que cette fois-ci l’on ait pris plus de risques que pour un «forcené» lambda. Mesrine et HB n’ont pas bénéficié de cette «discrimination positive». L’assassin de Toulouse n’étant pas «l’ennemi public» pour tout le monde, il valait mieux, en cette période électorale, éviter de provoquer un «mouvement d’humeur» dans les territoires perdus de la République.

Les territoires perdus de la République livre écrit en 2002, presque dix ans déjà, sous la direction d’Emmanuel Brenner avait pour sous-titre Antisémitisme, racisme et sexisme en milieu scolaire. Dix-sept ans plus tôt en 1985 Jacques Berque rendait son rapport au ministre de l’Education nationale, Jean-Pierre Chevènement, enthousiaste et empressé de mettre en application les recommandations du rapport. On y parlait non plus de «culture d’origine» mais de «culture d’apport», non plus d’assimilation mais d’intégration !

Dix-sept ans plus tard le constat était accablant, le traitement de faveur envers «les cultures d’apport islamo-méditerranéennes» débouchait tout naturellement sur antisémitisme, racisme et sexisme. Vingt-sept ans plus tard, aujourd’hui, alors que les Franco-tunisiens et les Tunisiens de France votent islamiste plus qu’en Tunisie, nous sommes au bord des «guerres de défédération» qu’évoquait Régis Debray dans sa contribution épistolaire à la commission Stasi en 2003.

Un vent de révolte et de libération souffle sur l‘Europe. Ayant pris la mesure de la résistance des peuples européens le président turc Abdullah Gül exige à Iaroslavl plus d’émigration vers l’Europe pendant que son premier ministre Recep Tayyip Erdoğan sillonne la même Europe en martelant que l’assimilation est un crime contre l’humanité.

Il est question que la dépouille de l’assassin, assassin de nationalité française né en France, ayant vécu en France, ayant été scolarisé en France en bénéficiant du prestige qui prévaut autour de sa «culture d’apport», soit inhumée en Algérie afin d’éviter que sa tombe ne devienne un lieu de pèlerinage !

A l’origine de nos maux les mots de Jacques Berque ou la faute de Jean-Pierre Chevènement est un opuscule que j’ai commencé à écrire. Vous l’aurez compris la rupture est consommée avec mon parti le MRC. Nous sommes quelques-uns à avoir claqué la porte. Vous en saurez plus en lisant le texte de rupture.

lundi 12 décembre 2011

Droit de vote et d’éligibilité des étranger : Un seul sénateur a sauvé l’honneur de la gauche !

Un seul sénateur a sauvé l’honneur de la gauche en votant contre la proposition de loi constitutionnelle visant à accorder le droit de vote et d'éligibilité aux étrangers.

Un seul, et il ne s’agit pas de Jean-Pierre Chevènement, mais de Pierre-Yves Collombat, sénateur PS du Var. Le 10 juillet 1940, ils étaient 21 sénateurs de gauche dont 7 de la SFIO à avoir refusé les pleins pouvoirs à Pétain. Le 8 décembre 2011, il n’en reste plus qu’un ! Gloire à Pierre-Yves Collombat dernier patriote de gauche de la Haute Assemblée !

Il a même contribué à réaliser une partie de ce que j’avais demandé dans ma supplique à Jean-Pierre Chevènement, relever le débat en faisant pièce aux contre-vérités historiques assénées par le rapporteur de la proposition de loi, Esther Benbassa ennemie de la nation. Qu’il en soit remercié.

Jean-Pierre Chevènement s’est défilé en ne prenant pas part au débat et au vote. Il aurait pourtant pu peser sur l’issue du scrutin. 173 voix contre 166, 4 voix auraient pu suffire à le faire basculer. La voix du Che plus quelques autres qu’il aurait pu glaner dans son groupe RDSE et parmi les centristes abstentionnistes. Il aurait ainsi contribué à ce qu’il appelait de ses vœux dans un article publié dans Rue 89 le jour même du débat au Sénat : «Pour gagner en 2012, la gauche doit retrouver le sens du peuple». On ne peut pas dire qu’il ait montré l’exemple !

Grâce à lui le peuple aura la confirmation quand la proposition de loi sera rejetée par l’Assemblée nationale, majoritairement à droite, que la fausse gauche est plus l’héritière d’Adolphe Thiers que la droite, que la fausse gauche est plus résolument que la droite dans le camp des jaunes briseurs de grève, favorable au «grand remplacement en cours» dirait Renaud Camus. Michèle Tribalat nous apprend dans un article publié dans Atlantico «Britanniques au chômage et immigrés au travail : la tension monte au Royaume-Uni» que «l’emploi des personnes nées à l’étranger s’est accru de 181 000 alors que celui des Britanniques nés au Royaume-Uni s’est effondré (-311 000)».

Cette action d’éclat, cet acte civique et patriote que JPC s’est refusé à faire aurait donné un coup de fouet à sa campagne et aurait donné du relief aux atones intentions de vote qui lui sont attribuées. Mais peut-être ne veut-il pas faire trop d’ombre à François Hollande. Il se préfère dans le rôle d’accoucheur de Président que dans celui de Président. Avoir été la sage-femme qui a mis au monde le bébé François Mitterrand et avoir assisté la fausse couche de l’avorton Ségolène Royal n’a pas suffi à échauder le Che. Il en redemande. Ce n’est pas pour autant que le PS lui sera reconnaissant, bien au contraire.

Ce n’était pas non plus le moment pour bousculer le PS puisqu’il semble que des tractations sont en cours avec le MRC en vu d’un accord électoral pour les prochaines législatives. Cette fois-ci le MRC ne pourra pas faire autrement que de se renier, il ira à Canossa sans accord politique avec le PS, les Verts lui ayant soufflé la politesse.

Hier dans le 12-13 de France 3, le Che nous a fait le cadeau d’une révélation. A la 19e minute, à une question du journaliste sur le vote des étrangers faisant partie des 110 propositions du candidat Mitterrand, il fit cette réponse : «Je me rappelle d’une négociation de réactualisation du projet de Programme commun où Georges Marchais nous avait mis en garde, les socialistes, contre, justement, le droit de vote aux élections locales, en nous expliquant qu’à Champigny et dans certaines communes de l’Ile-de-France ça créerait des groupes de pression qui seraient des électeurs agissant en bloc et qui prendraient les maires en otage. Eh bien je pense à la lumière de l’expérience que j’ai moi-même comme maire pendant plus de 20 ans et comme ministre de l’intérieur, je pense que ce risque n’est pas tout à fait nul».

Pascal Olivier

mardi 6 décembre 2011

Supplique à Jean-Pierre Chevènement

Cher camarade, cher Jean-Pierre,

Le 8 décembre prochain au Sénat, en faisant progresser le processus pour le droit de vote et d’éligibilité des étrangers, la fausse gauche portera gravement atteinte à ce qui fonde la France, et au delà, à ce qui fonde une bonne partie de l’humanité, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. Son article III est tout particulièrement visé : «Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément».

Tu as dans ton livre-programme, Sortir la France de l’impasse, brillamment expliqué en quoi cette «citoyenneté de résidence», purement idéologique, introduite par le traité de Maastricht et clairement rejetée par les Français le 29 mai 2005, n’a pas de surcroît à être étendue aux résidents extra-communautaires. Tu as parfaitement démontré en quoi la chimérique monnaie unique, cause des graves tourments que subissent les peuples européens, était également le produit de l’idéologie d’apprentis sorciers qui faisant fi de nations millénaires pensaient qu’en l’absence d’un corps politique européen, un cratos pouvait créer un demos. Il s’agit donc bien d’une seule et même question, la contre-révolution en marche, il s’agit d’étouffer le cri de Valmy, de tourner la page de notre Grande révolution qui a éclairé et éclaire le monde.

«Le saucissonnage de la citoyenneté» comme tu le dis si bien n’est qu’une étape vers la création d’un «contre-citoyen», autrement dit d’un sujet du monde post-démocratique en gestation, sujet totalement indépendant de la nationalité. Les conclusions du Conseil européen de Tampere des 15 et 16 octobre 1999 vont dans ce sens : « Le statut juridique des ressortissants des pays tiers devrait être rapproché de celui des ressortissants des Etats membres. Une personne résidant légalement dans un Etat membre pendant une période à déterminer et titulaire d’un permis de séjour de longue durée devrait se voir octroyer dans cet Etat membre un ensemble de droits uniformes aussi proches que possible de ceux dont jouissent les citoyens de l’Union européenne ».

Une partie importante de la fausse gauche est favorable à cette «citoyenneté européenne» de résidence et demande que les extra-communautaires jouissent des mêmes droits que les communautaires, donc y compris du droit de vote et d’éligibilité à l’élection du Parlement européen. L’autre partie de la fausse gauche, plus prudente, préfère procéder par étapes en commençant par les municipales. Les ennemis de la nation n’ont pas encore vraiment trouvé la faille pour exiger la même chose pour les législatives et les présidentielles, mais ce n'est pas vraiment nécessaire puisque l'échelon national est appelé à disparaître...

Aussi, je suis peiné et consterné d’apprendre que tu ne prendras pas part au débat et au vote sous prétexte de ne pas te «laisser instrumentaliser» ! Seul toi peux peser sur le débat. Il doit bien se trouver à gauche une poignée de sénateurs sincères que tu pourrais convaincre, et à droite parmi ceux tentés par la pseudo-modernité de cet abandon de souveraineté, une autre poignée de sénateurs que tu pourrais également convaincre. Cela suffirait à faire capoter ce funeste dessein des ennemis de la nation. Tout au moins cela servirait à relever le débat. Je pense en disant cela, entre autres, au rapporteur de la proposition de loi scélérate, Esther Benbassa, appartenant au régressif, obscurantiste et réactionnaire EELV. Elle a tout simplement omis dans sa présentation historique lors de l’examen en commission le fameux article III de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen !

Tu demandes à François Hollande d’acquérir une stature d’homme d’Etat en s’affranchissant des turpitudes de son parti et de celui des Verts. Charité bien ordonnée commence par soi-même, n’es-tu pas candidat ! Pourquoi cette désertion ? Si tu penses que faire bouger les lignes sur cette question à gauche est une cause désespérée, pourquoi au moins ne pas sauver l’honneur de la gauche par ta participation au débat et au vote ? Il me semblait que tu avais fait tien l'aphorisme de Guillaume d'Orange emprunté à Charles le Téméraire : "Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer».

Salut et fraternité.

Pascal Olivier,
militant du MRC
co-fondateur de Résistance républicaine avec deux anciens camarades du MRC.

mercredi 30 novembre 2011

Les ennemis de la nation (PS et EELV) signent un pacte. La candidature de Chevènement renforce le camp des patriotes.

J’emprunte l’expression «ennemis de la nation» à Maximilien de Robespierre. Elle sied parfaitement au PS et à EELV signataires d’un pacte qui prend la forme d’un programme politique pour liquider la France.

Il s’agit d’occire le dernier fleuron de notre industrie, fleuron jalousé dans le monde entier, notre nucléaire civil qui contribue à notre indépendance énergétique, à notre souveraineté, à notre liberté. Il s’agit de renoncer à notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, de supprimer le droit de veto des cinq membres permanents du Conseil de sécurité. Il s’agit de la co-officialisation de 70 idiomes à égalité avec le français par la ratification de la Charte des langues minoritaires et régionales. Tout cela a au moins le mérite de la clarté.

Il se pourrait bien que le PS ainsi bardé rencontre quelques difficultés à berner une nouvelle fois le MRC et Jean-Pierre Chevènement. Le Che a demandé que tel Louis XI Francois Hollande déchirât ce pacte contraire aux intérêts de la France. JPC qui avait contribué à l’intronisation de Francois Mitterrand au congrès fondateur d’Epinay en 1971 et qui avait rédigé les deux programmes du Parti socialiste dans l’opposition en 1972 et 1980 avait été désavoué, trahi par le tournant de 1983. Beaucoup plus récemment un accord politique avait été signé fin 2006 entre le MRC et le PS. François Hollande était le premier secrétaire et Ségolène Royal la candidate à l’élection présidentielle. La bougresse n’avait pas attendu aussi longtemps que Mitterrand pour trahir. Ce fut fait entre les deux tours de la présidentielle . Elle fit siennes les thèses de la sortie du nucléaire en total contravention avec l’accord. Elle fila le parfait amour politico-idéologique avec un pseudo-philosophe très médiatisé pourfendeur de «l’idéologie française», aux antipodes du Che. Peu après, Royal et Hollande piétinèrent définitivement l’accord en se rendant coupables de crime conte la démocratie par le soutien, au moins implicite, au traité de Lisbonne, forfaiture de Sarkozy, coup d’Etat contre le souverain. Je pense comme Paul-Marie Coûteaux que tous ceux qui se sont rendus coupables et complices de ce crime devront rendre des comptes.

Le MRC était piégé par les très honorables accords politiques (et piètres accords électoraux) qu'il signait avec le PS. Gardien de l'orthodoxie socialiste républicaine, il est un reproche vivant pour le PS, sa conscience morale en exil, son «aiguillon républicain» comme le MRC aime misérablement à le répéter. Le MRC ne se reniait pas pour autant en signant avec le PS car ce dernier ne faisait pas de grandes difficultés pour faire mine de s’aligner sur les positions du MRC. Cela n’empêchait pas le MRC d’en sortir à chaque fois trahi et cocufié.

L’accord PS-EELV bouscule fort opportunément cette routine. Le Che n’a pas mâché ses mots : «Une secte (les Verts) fanatique, un mouvement anti-science, obscurantiste, régressif». Il espère encore que Hollande adoptera son «logiciel» après avoir renié celui des Verts. Il pourrait ainsi se retirer la conscience tranquille avec le sentiment du devoir accompli. Toujours cette fameuse stratégie d’influence. C’est lui qui a naguère convaincu la gauche de la nécessité de la force de frappe, la fameuse dissuasion nucléaire. Notre Cincinnatus national ne rêve pas d’être Président, même pas en se rasant, il n’en a pas non plus rêvé enfant. Il est candidat comme en 2002 par devoir et par défaut, «pour faire bouger les lignes». Les lignes ont bougé à gauche, mais pas dans le sens escompté.

En attendant la candidature du Che renforce le camp des patriotes. Sa voix porte. Elle amplifie celle ténue d’un Nicolas Dupont-Aignan et apporte, certes bien malgré lui, une onction à celle de la jeune Marine Le Pen. Celle-ci avait affirmé qu’elle se sentait proche de lui. De son côté les lignes ont bougé, la conversion républicaine de Marine est plutôt réussie. Eh oui on ne choisit pas toujours ses héritiers, encore moins ses compagnons et camarades de résistance. Et puisque comme le dit très justement JPC nous sommes en juin 40...

Le Che quant à lui et contre toute attente a fait bouger ses propres lignes. Partisan, en bon républicain, d’une citoyenneté de nationalité et non pas de résidence, il était par principe opposé au droit de vote des étrangers. Mais par l’effet d’un incroyable paralogisme il était malgré tout favorable au vote des étrangers : les ressortissants de l’Union européenne peuvent depuis le traité de Maastricht prendre part aux élections locales, les scandinaves peuvent voter, alors pourquoi pas les nord-africains plus proches de nous ? Dans son livre programme, Sortir la France de l’impasse, il écrit : «Ce n’est pas parce qu’on a commis une erreur qu’on doit la généraliser». Alléluia ! Il ne reste plus qu’à espérer que l’étape suivante soit un aggiornamento sur la question migratoire et la question islamique.

Pascal Olivier

dimanche 20 novembre 2011

Ce que ni Sarkozy ni le PS ne disent sur les dessous de la dette…

Nicolas Sarkozy achète du temps à prix d'or en tentant de maintenir l’euro sous perfusion jusqu’aux prochaines élections présidentielles et législatives. Il n’est pas dit qu’il y arrive. Il n’arrivera pas non plus, et là c’est une quasi certitude, à maintenir le triple A, maintien du triple A qu’il a pourtant donné pour seul horizon à son peuple, reconnaissant ainsi que c’est Standard & Poor’s qui dicte la politique de la France !

En attendant il a parfaitement réussi lors de sa conférence le 27 octobre dernier et lors du G 20 de Cannes à ne pas aborder la principale question, celle de la surévaluation de l'euro qui crée de la dette dans toute la zone sauf en Allemagne. La zone euro, on pourrait presque dire la zone mark, permet à l’Allemagne d’y réaliser 60% de ses excédents commerciaux (70% dans l’UE). On comprend mieux pourquoi l’Allemagne s’oppose à une dévaluation de l’euro. Sarkozy a préféré plus confortablement aborder la question de la sous évaluation du yuan.

Il a tenté de culpabiliser les Français : "Nous dépensons trop". C’est faux. Il n’y a pas d’augmentation des dépenses mais plutôt une baisse des recettes en raison de la désindustrialisation de la France. La part de l’industrie dans notre PIB est passé de 30% en 1982 à 13% actuellement. La cure d'austérité qu'il préconise est au contraire facteur de récession comme on peut en voir déjà les effets dévastateurs en Grèce. La rigueur est un facteur de ralentissement de l’économie qui engendre une baisse des recettes fiscales et du coup une augmentation de la dette. Sans politique de relance industrielle d'envergure il ne peut y avoir de protection sociale qui tienne.

Nicolas Sarkozy a soigneusement omis de dire que le quart de la dette est dû à une décennie de politique du franc fort destinée à converger avec le mark en vue de l'euro. Cette politique du franc fort nous a en outre coûté un million d'emplois. Nous avons ainsi avec cette politique désastreuse pour notre compétitivité indirectement contribué à financer la réunification allemande ! Un autre quart de la dette est à mettre sur le compte de l'euro trop élevé pour notre économie.

Une bonne partie du reste de la dette est imputable à la privatisation de la création monétaire, véritable pillage, conséquence de la conjugaison de la loi Pompidou-Giscard de 1973 (reprise par l'article 104 du traité de Maastricht puis par l'article 123 du traité de Lisbonne) et de la dérégulation générale et généralisée commencée dans les années 80. L’Acte unique européen (signé en 1986, entré en vigueur en 1987) s’accompagne de pas moins de 300 directives de dérégulation !

Cette loi de 1973 qui au départ avait pour fonction de réduire la création monétaire (vulgairement , actionner la planche à billets) facteur d’inflation, obligeait le Trésor à se financer soit auprès des banques, soit par le lancement d’emprunts nationaux. Cela pouvait avoir un sens tant que l’argent prêté par les banques était celui des déposants. Mais quand les banques empruntent à 1% auprès de la BCE (Banque centrale européenne) et prêtent aux taux assassins de 6% à l’Italie ou de 10% à la Grèce il s’agit à nouveau d’une création monétaire cette foi-ci privatisée assortie d’une mise en coupe réglée du pays emprunteur.

Alors que la crise est mondiale, que la cigale américaine avec sa banque centrale fait de la création monétaire à tire-larigot, que l’euro était sensé nous protéger, pourquoi la zone euro s’avère-t-elle le maillon faible de la planète ?

D’abord parce que historiquement toute intégration monétaire réussie s’accompagne d’une phase de protectionnisme. C’est le contraire qui s’est produit dans la zone euro, alors que Chinois et Américains faisaient du protectionnisme, la zone euro était offerte à tous les mauvais coups par une quasi absence de barrières douanières, la fameuse «concurrence libre et non faussée», autrement dit le renard dans le poulailler ou le loup dans la bergerie.

Mais surtout parce que l’euro est avant tout une monnaie politique avec un vice de conception originel dénoncé dès le départ en 1992 lors du débat autour du référendum de Maastricht par Chevènement, Séguin et Pasqua. 17 nations différentes par la culture, la langue, l’histoire, les structures économiques avec chacune une monnaie qui en est le corollaire ne peuvent avoir la même monnaie qu’à la condition de ne plus faire qu’un. Les concepteurs de l’euro le savaient. Ils voulaient forcer les choses. Faisant fi de nations millénaires, ces apprentis sorciers pensaient qu’en l’absence d’un corps politique européen, un cratos pouvait créer un demos !

Comble de l’ironie cette monnaie faite pour faire converger les pays les a fait diverger : excédent d’un côté et déficit, endettement et désindustrialisation de l’autre. Il faut dire que l’Allemagne l’a en permanence «joué perso». Opérer en Allemagne une déflation compétitive (baisse des salaires) au détriment de ses partenaires de la zone euro privés de la possibilité de dévaluer n'est pas très fair-play, d’autant plus que les pays du Sud de l’Europe ont des économies qui traditionnellement marchent à la dévaluation. Cerise sur le gâteau, l’Allemagne a toujours refusé que la BCE ait un autre mandat que celui de la lutte contre l’inflation, comme par exemple celui de favoriser la croissance et l’emploi. Et dire que la promesse de l’euro a été l’expédient qui a permis à l’Allemagne de faire accepter sa réunification !

Tous les cabris qui nous chantent que la solution est dans le saut fédéral sont des charlatans. L’Allemagne est très soucieuse de sa souveraineté. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a jugé qu’il n’y avait pas de peuple européen et par conséquent un déficit de démocratie européenne et que le dernier mot revient donc au Bundestag. La nation est le lieu de la démocratie mais aussi celui de la solidarité. L’Allemagne n’est pas disposée pour telle ou telle région d’Europe à consentir les mêmes sacrifices que pour les länder de l’Est. Il n’est pas impossible que pour éviter de payer elle sorte de l’euro après s’être copieusement payée sur la bête. Des marks auraient été discrètement imprimés au cas où.

Nicolas Sarkozy prétend aujourd’hui qu’avoir accepté la Grèce dans la zone euro fut une erreur. A partir du moment où l’euro avait un but politique et non pas économique la Grèce y avait toute sa place. Il semble que Sarkozy ait l’intention d’arrimer la France à l’Allemagne dans une zone euro débarrassée des pays du Sud. Si cela se confirmait, quelle erreur historique ce serait pour la France ! Elle perdrait dans cette nouvelle zone mark le peu d'industrie qui lui reste et subirait la concurrence des pays du sud de l'Europe dotés d'une nouvelle (ancienne) monnaie dévaluée. La France est le seul pays à avoir à la fois une façade maritime importante en Méditerranée et une façade au Nord avec la Manche et la mer du Nord. Son nom est germanique, seuls les Grecs qui ont la mémoire longue ont gardé dans leur langue les termes de Gaule et de Gaulois (les colons qui hantent nos banlieues nous appellent également des Gaulois, mais pour des raisons beaucoup moins amicales). Mais notre langue est latine et notre culture beaucoup plus gréco-latine que germanique. Gramsci pensait que la France était plus l'héritière de Rome que l'Italie. Cette digression pour dire qu'en plus des intérêts évidents qu'aurait la France à ne pas s'engluer dans une union monétaire réduite à la Hanse, la présence de la France dans une éventuelle union monétaire des pays latins et de la Grèce serait riche en symbole.

Mon économiste préféré, le brillant Jacques Sapir, envisageait (1) (2) (3) des solutions intermédiaires, comme celle que je je viens d'évoquer, pour préparer une fin de l’euro qui ne soit pas abominable. "Les solutions intermédiaires, par exemple l’établissement d’une monnaie commune avec certains pays dans le cadre d’un système de changes fixes mais révisables et un contrôle des capitaux, sont encore possibles. Mais, pour cela, il nous faut retrouver notre autonomie monétaire et financière. Cela veut dire retrouver notre monnaie, une opération bien moins difficile que l’on veut nous le faire croire."

Si Papandréou avait été patriote, voilà comment il aurait défendu les intérêts de son pays et par la même occasion celui des européens. Lisez cet article récent de Jacques Sapir, cela en vaut la peine : Comment Papandréou aurait pu éviter l'ukase du directoire Merkozie.

De tous les candidats à la présidentielle seuls trois d’entre eux ne se moquent pas du peuple sur cette question. Il s’agit de Jean-Pierre Chevènement, de Marine Le Pen et de Nicolas Dupont-Aignan. Peu de choses les différencie. Ce pourrait être le sujet d’un autre article.

Pascal Olivier

(Publié le 14 novembre 2011 dans Riposte Laïque

dimanche 6 novembre 2011

Hommage à Michelet en ce jour de massacre et de torture des ovins par les mahométans

Michelet

Ce 6 novembre 2011, ce jour de massacre et de torture (*) rituels des ovins par les mahométans, holocauste joyeusement fêté, est un jour de deuil pour les républicains et les démocrates. Voici donc en réaction un hommage fleuri à Jules Michelet, père de la zoophilie républicaine, héritage des Lumières. Michelet avait prophétiquement annoncé que persécuter les animaux c'est compromettre la démocratie. Comme ce bouquet déposé sur sa tombe (voir photo) on peut multiplier à l'infini des petits actes de désapprobation ou de résistance. On peut par exemple arborer un brassard noir, manifester sa désapprobation et sa tristesse auprès de collègues, de voisins etc...

Pascal Olivier

(*) Torture en raison de la dérogation à l'étourdissement avant l'abattage. 

mardi 13 septembre 2011

Le 11 septembre 2001 ou le déclin de l’Empire américain.

«Bien fait pour la gueule des Ricains» pensaient les camarades CGT de Pierre Cassen. C’est ce que j’ai pensé à l’époque et que je pense encore au delà de la naturelle compassion pour les victimes et pour le peuple américain. J’ai éprouvé un immense soulagement rempli d’espoir, presque une joie : les alliés islamistes des Américains se retournaient contre leur protecteur, le cauchemar allait enfin s’arrêter.

Le fait est qu’il y eut une pause (de courte durée) : les troupes d’Al-Qaïda arrivées en Bosnie à la faveur des manœuvres de l’Otan furent expulsées, il fut mis un arrêt à la progression militaire des Albanais dans l'Ancienne République Yougoslave de Macédoine bien que les Américains interdissent aux autorités de juger les terroristes albanais. La géopolitique américaine - décrite par Zbigniew Brzeziński dans Le Grand Echiquier - marquait le pas. Elle consistait, en favorisant une influence islamique et turque jusque sur les rives de l’Adriatique, à empêcher le continent européen libéré du mur de Berlin de devenir un acteur stratégique indépendant ; elle recréait une séparation entre le protectorat ouest-européen et le monde orthodoxe slave.

Je n’ai pu m’empêcher de penser à toutes les horreurs et à tous les malheurs qu’avait engendrés l’alliance stratégique conclue entre les Etats-Unis et ce que l’Arabie comptait de plus obscurantiste et de plus rétrograde, les Ibn Saoud. L’Arabie séoudite est le seul Etat du monde à porter le nom d’une famille ! Ce sont de riches séoudiens qui financent la construction des mosquées à la surface du globe ainsi que le jihad. Les auteurs de l’attentat étaient des séoudiens instruits appartenant aux classes aisées. J'aime à le rappeler aux niais ou aux malhonnêtes (les deux existent) qui professent que le terrorisme islamique prospère sur le terreau fertile de la misère et de l'ignorance. Ces alliés de l'Empire en Afghanistan, dans les Balkans et ailleurs ne supportaient plus la présence en Arabie séoudite - toute entière assimilée à une grande mosquée - de leurs amis les troupes «impies» américaines qui y avaient pris pied, depuis qu'ils avaient contre l'Irak, volé au secours de ce que la planète compte de plus rétrograde et de plus jihadiste : les théopétromonarchies. Il est vrai que la première armée du monde pouvait encore se permettre quelques reliquats de dignité. Ce ne fut pas le cas de nos gendarmes du GIGN humiliés par l’obligation de se convertir à l'islam pour pouvoir voler au secours des Ibn Saoud en donnant l'assaut contre ceux qui s'étaient emparés de la Grande Mosquée de la Mecque en 1979. C’était il y a 32 ans sous le règne de Giscard, la gauche n’y était pour rien !

On a beaucoup reproché à Bush junior ses «croisades» contre l’islam en réaction à l’attentat . Je ne voyais pas où il y avait croisade à part dans le discours, tout au plus une réitération moderne de la quatrième croisade contre nos frères orthodoxes dans les Balkans. La guerre de religion planétaire n’eut pas lieu, bien au contraire. Le coup venait d’Arabie séoudite, il ne lui fut pas rendu. Il n’y eut pas en retour pour laver l’affront quelques Tomahawks envoyés sur les deux mosquées (La Mecque et Médine). L’émasculation des deux élévations humaines les plus hautes de l’époque, les Twin Towers, est lourde de sens pour l’islam très attaché à sa suprématie érectile. Dans le monde musulman mosquées et minarets doivent impérativement dominer clochers et églises. L’Arabie séoudite avait même exigé (sans succès) que la mosquée de Rome soit plus haute que Saint Pierre du Vatican ! Le fait est qu’aujourd’hui la plus haute élévation construite par l’homme se trouve dans le Golfe, Burj Khalifa, une tour de 828 mètres à Dubaï !

En guise de «croisade» les américains nous gratifièrent d’une énième guerre du pétrole en Irak, l’un des Etats le plus séculier du monde arabe, à des années-lumière d’une quelconque responsabilité dans l’attaque du 11 septembre. Et voilà comment après avoir pris l’Afghanistan aux Russes pour le rendre à son obscurantisme, comment après avoir contribué à la création d’un Etat musulman au cœur de l’Europe, la Bosnie plaque tournante des attentats, comment après avoir arraché le Kossovo à la Serbie, l’Oncle Sam installait à la place de l’Irak trois satrapies islamiques qui excluaient de fait les chrétiens irakiens de ce berceau de la chrétienté. Jolie croisade en effet !

Divine surprise, nous n’étions pas très chauds en France et en Allemagne pour prendre part à cette guerre. Qu’est-ce qui avait donc tant changé depuis 1990-1991 date de la première «ratonnade électronique» (1) contre l’Irak, celle qui avait fait presque l’unanimité à l’exception très remarquée et remarquable de Jean-Pierre Chevènement ? Qu’est-ce qui mettait cette fois-ci Chirac et Villepin dans le camp des justes ? Etait-ce le résultat des signes de faiblesse qu’avait donnés les Etats-Unis avant le 11 septembre, faiblesse brutalement exacerbée par le sentiment de vulnérabilité occasionné par la première grosse attaque sur son sol depuis la seconde guerre mondiale ? Etre attaqué par des anciens alliés et ne pas être soutenu par d’autres est effectivement un signe que le maître n’est plus tout à fait le maître. On peut comprendre le ressentiment qu’ont éprouvé les Américains. Mais il ne faut pas se réjouir trop vite, cette apparente rédemption de Chirac et ce magnifique discours de Villepin à l’ONU cachaient autre chose. Cette fois-ci, en 2003, il ne s’agissait pas de faire la guerre aux orthodoxes ou de voler au secours des théopétromonarchies, on pouvait donc légitimement craindre en France une brutale réaction, voire un soulèvement de la part de ceux qui font allégeance à la «oumma». Chirac était en outre effrayé par la perspective de voir la Turquie récupérer une ex-province de l'Empire ottoman, Mossoul. C'était en effet la condition qu'avait posée la Turquie pour être de l'expédition. N’ayant pas obtenu gain de cause elle ne participa pas à cette guerre.

Avec l’avènement d’Obama il y eut le fameux discours du Caire qui consacra l’islam comme une religion de l’Empire un peu comme l’Edit de Milan de Constantin en 313 consacra le christianisme comme une religion de l'Empire avant qu'il ne devienne plus tard «la» religion de l'Empire. Les vassaux européens eurent droit à des remontrances sur la question du voile islamique. Un imam islamiste a même obtenu le droit d’ériger une mosquée dans le périmètre de «Ground Zero», alors que le seul édifice religieux détruit par l’attentat, une église orthodoxe grecque construite en 1916 et qui se trouvait au pied des tours jumelles est interdite de reconstruction comme si le pacte d’Omar s’appliquait d’ores et déjà dans le Nouveau Monde.

Nous nous sommes beaucoup émus de la relégation dans les programmes d'histoire de Clovis, de Louis XIV, de Napoléon etc.. Voici des extraits d’un câble diplomatique de l'Ambassade américaine en France classé confidentiel et dévoilé par Wikileaks, daté de janvier 2010 et intitulé, Stratégie d'engagement auprès des minorités :

« De plus, nous continuerons et renforcerons notre travail avec les musées français et les enseignants pour réformer le programme d’histoire enseigné dans les écoles françaises, pour qu’ils prennent en compte le rôle et les perspectives des minorités dans l’histoire de France ».

« Restant fidèle à l’histoire unique de la France et de ses traditions, l’ambassade de Paris a créé une stratégie d’engagement pour les minorités qui englobe, entre autres groupes, les populations musulmanes françaises.  »

«En s’appuyant sur notre travail avec les deux sites Web de premier plan axés vers les jeunes musulmans de langue française — oumma.fr et saphirnews.com – nous soutiendrons, formerons et investirons dans des médias et des militants politiques qui partagent nos valeurs.»

Le déclin de l’Empire américain n’est pas étranger au vent de liberté et de révolte contre l’islam qui commence à souffler en Europe. L’islam utilisé comme fer de lance religieux de l’Empire aiderait les Etats-Unis dans leur volonté de continuer à diriger seuls le reste du monde. Une course est engagée, pour nous libérer de l’islam, il faut nous libérer assez vite de l’Empire.

Pascal Olivier (Article publié le 12 septembre 2011 dans Riposte laïque)

(1) Expression empruntée de mémoire à Régis Debray .

mardi 9 août 2011

DʼEmile Henry à Anders Behring Breivik, splendeur et misère de la propagande par le fait.

De quoi l’action d’ Anders Behring Breivik est le symptôme ? Il semble qu’il n’y ait pas grand monde parmi ce qui nous tient encore d’élite pour poser sereinement la question. Je ne vois pas poindre un Georges Clemenceau ou un Maurice Barrès. L’un classé à l’extrême gauche, l’autre à l’extrême droite, tous les deux fort éloignés de l’idéal anarchiste, s’étaient pourtant émus du sort d’Emile Henry. Au delà de la compassion pour le sort du jeune homme, fils d’un communard condamné à mort, son acte interrogeait le temps. «Il n’y a pas d’innocents» avait-il répondu lors de son procès. Je ne vois pas poindre non plus un Jean Jaurès, pas plus anarchiste que les deux précédents mais opposé à la répression du mouvement ouvrier et aux «lois scélérates» promulguées à la suite de l’attentat d’Auguste Vaillant.

Quel est le socialiste qui aujourd’hui aurait le courage et la droiture comme le fit Jaurès à la Chambre de défendre contre la censure Le Père Peinard pourtant «consacré presque tout entier à injurier les députés socialistes» ? Il existe en revanche des partisans des «lois scélérates» qui aimeraient faire taire Riposte laïque. Il y a l’inénarrable Joffrin-Mouchard, mais aussi la LDH qui intente un procès à RL. Qui était le rapporteur devant le Sénat des  «lois scélérates» de 1894 limitant la liberté de la presse ? Ludovic Trarieux, fondateur et premier président de la LDH. Les chiens ne font pas des chats !

Il y a bien à gauche un Jean-Pierre Chevènement dont la filiation avec Clemenceau et Jaurès est patente. Il témoigna (1) en janvier dernier en faveur de notre ami Eric Zemmour. Ce dernier qui le tient en haute estime pense, probablement à raison, qu’il a manqué son rendez-vous avec l’histoire en 2002 par son positionnement sur l’immigration. Bien qu’opposé au «sanspapièrisme» et favorable à un contrôle des migrations, il est néanmoins partisan d’une certaine fluidification de celles-ci dans le cadre concerté d’un codéveloppement. Il refusa en 2002 le moratoire sur l’immigration que demandaient ses partisans de l’autre rive. Et que dire de son islamophilie inspirée par son ami et mauvais génie Jacques Berque dont le rêve peut se résumer à œuvrer à des «Andalousies toujours recommencées ». Funeste programme ! Quel malheur que le meilleur d’entre nous soit entravé de la sorte !

En cette fin du XIXe siècle la Question d’Orient bat son plein. C’est à gauche, paradoxalement parmi les anticléricaux, que la tradition française de protection des chrétiens d’Orient s’exprime le mieux. Clemenceau et Jaurès s’enflamment pour le sort des Arméniens. Il y eut également cette célèbre formule attribuée à Léon Gambetta : «l’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation». La droite comme à l’accoutumée se contente plus de rhétorique et peut clamer comme Barrès (lui est sincère) «Mon cœur ne met rien au dessus d’Antioche». Cela n’empêche pas cette droite sans foi ni loi de trahir par affairisme ou par égoïsme identitaire quand ce n’est pas par philexotisme ou par fascination pour la puissance, fût-elle celle de l’ennemi.

Aujourd’hui il se trouve dans le sillage d’Adolphe Thiers un Bernard Lugan pour reprocher à la gauche son messianisme d’antan. Qu’il soit rassuré, cette gauche patriote, progressiste et universaliste n’existe plus qu’à l’état de trace. C’est pourquoi il n’y a plus de réel débat politique. La droite a en face d’elle une fausse gauche qui fait des efforts désespérés pour se distinguer de la droite par une surenchère sur des positions sociétales (diversité, mariage homo, vote des étrangers etc...). Mais même sur ces questions la différence devient ténue.

Comment s’étonner dans ces conditions que l’on ait du mal ne serait-ce qu’à nommer les choses ? Il ressort des écrits d’ Anders Behring Breivik les habituelles confusions habilement orchestrées par nos ennemis, mais aussi parfois reproduites maladroitement et innocemment, y compris dans les rangs de la résistance parmi nos camarades et compagnons :

1- Les travaillistes et autres partis de gauche en Europe ne sont pas moins innocents des malheurs de la Norvège et du malheur du monde que d’autres partis classés à droite.

2 - Quelle idée d’aller raviver l’esprit des croisades ! Notre ami Radu Stoenescu a raison, les croisades étaient des réponses mimétiques au jihad mahométan (2). A cette époque le massif des Maures en Provence était libérée depuis peu et l’Espagne toujours occupée ! Les croisades ont fait plus de mal à nos frères orthodoxes qu’aux mahométans, ne libérèrent pas les contrées soumises au joug islamique et précipitèrent la chute de Byzance. Il fallut en outre attendre encore près de 4 siècles pour que l’Espagne soit totalement libérée ! Pas de trace en revanche dans les thèses d’ Anders Behring Breivik de notre réelle réussite contre l’obscurantisme islamique, celle que j'évoquais dans mon adresse à André Gerin et à Marine Le Pen (3) : «Le souffle de notre révolution, le cri de Valmy et il faut bien le dire 74 ans d'exportation du socialisme par la Russie avaient déstabilisé l'islam comme nous n'avions jamais réussi à le faire de toute notre histoire, même durant les croisades. Nous avions mis fin aux razzias et aux prises d'esclaves sur les côtes européennes, nous avions indirectement contribué à l'abolition du califat et plus directement à la création d'Etats-nations qui sont de véritables hérésies pour l'islam.» Les Balkans libérés de l'Empire ottoman, après 4 à 5 siècles de domination, cela n'avait  même pas été envisagé après la bataille de Lépante en 1571, victoire qui avait pourtant permis de mettre fin aux velléités de domination turque sur le bassin occidental de la Méditerranée. Malgré cela razzias et esclaves européens capturés en Europe (déjà jusqu’à même Oslo !) perdurèrent jusqu’en 1830. Jusque là on se contentait de l'action des Trinitaires et des Mercédaires, de leurs collectes pour racheter nos captifs, et parfois de bombardements par nos rois de la Tripolitaine ou d'Alger en représailles.

3 - Que dire de ces notions de «barbarie», de «guerre de civilisation» et de «guerre civile» ? Comment un Anders Behring Breivik ne pourrait ne pas se tromper quand même quelqu’un d’aussi avisé que le très grand Richard Millet (4), que je tiens en estime, utilise des notions en partie impropres ? S’il a raison de dire que ne peut être français quelqu’un qui continue à s’appeler Mohamed au bout de la troisième génération, rajouter qu’il s’agit d’un acte de «barbarie» ou de «guerre civile» est plus contestable.

- J'aimerais bien que nous ayons à faire seulement à des barbares. Si c'était le cas, cela se terminerait par un baptême à Reims, ou par quelque chose d'équivalent en plus moderne et républicain bien sûr, mais non moins chargé en signification et en symbole. L’islam bien que société de castes avortées, n’en demeure pas moins une société de castes qui instaure une hiérarchie entre mahométans et non-mahométans. C’est une formidable machine de guerre pour phagocyter des civilisations très supérieures à elle sans en assimiler l’âme ou l’essence. La hiérarchie inversée est certes le propre de la barbarie, mais elle ne dure qu’un temps. Avec les barbares il y a transmission, pas avec l’islam. C’est en quoi Nicole Caligaris fait un très mauvais procès à Richard Millet en lui reprochant de ne pas penser transmission (5). Continuer à s’appeler Mohamed au bout de la troisième génération est quelque chose entre une sédition et une conquête, c’est probablement ce qu’a voulu dire Richard Millet ; dans ce cas je ne peux qu’être d’accord avec lui. La grande civilisation perse s’est éteinte phagocytée lentement mais sûrement par l’islam, une partie importante du Mare Nostrum également. Aujourd’hui que les chrétiens d’Orient ne sont plus que des «Indiens d’Amérique» non protégés qu’il faudra bientôt mettre dans des réserves, que les juifs du monde arabe ne sont plus, que le monde musulman est retourné à l’obscurité, il faut éviter que ce ne soit bientôt nous, les Européens, qui remplissions le rôle jadis dévolu aux chrétiens d’Orient. Sortir de l’histoire et se laisser phagocyter avec le secret espoir que cela rendra meilleur son prochain est peine perdue. C’est méconnaître à la fois l’histoire et l’islam.

- Ce n’est pas non plus tout à fait une «guerre de civilisation». Nous sommes dans une politique d'Empire qui "intègre" le monde musulman. Le christianisme, formidable adaptation du judaïsme à Rome et à Athènes, a été rendu nécessaire par une politique d'Empire. Les philosophes de l'école d'Alexandrie, notamment, en firent les frais, ceci avec un texte aussi doux que l'Evangile. Je n'ose imaginer ce qui nous attend avec un texte aussi monstrueux que le Coran ! Il ne faut pas confondre guerre de civilisation et basculement civilisationnel. L'islam profondément inégalitaire et coercitif sied au monde post-démocratique que l'on nous prépare. Un Empire peut être démocratique en son centre, presque jamais à sa périphérie. S'il y a démocratie à Washington et à New-York on ne peut pas en dire autant de Bagdad. Nous nous situons géographiquement entre-deux, ce qui donne une bonne indication, une échelle, du degré de démocratie et de liberté de nos contrées. Français, Néerlandais et Irlandais savent ce que valent aujourd’hui leurs «souveraines» décisions ! Les ingérences inamicales de l’Ambassade des Etats-Unis en France ainsi que celle du département d’Etat dans notre Question islamique et les remontrances d’Obama dans le discours du Caire sur la question du voile à l’adresse des vassaux européens, sont éloquentes.

- Que penser de cette notion de «guerre civile» ? Quand des centaines de mahométans affrontent à Oslo la police le soir de Noël en vociférant le «takbir» (6) et que la police norvégienne pointe dans un rapport (7) que tous les viols élucidés l’an dernier dans la capitale sont le fait d’homme «d’origine non-occidentale», que c’est le cas depuis cinq ans, qu’une des victimes témoigne que son agresseur a pris le temps de lui expliquer que sa religion l’autorisait à commettre son acte, que les imams norvégiens justifient ces viols comme l’avait déjà fait le mufti d’Australie. S’agit-il de guerre civile ou d’application de la charia ? Je crains qu'une nouvelle fois nous soyons piégés par la sémantique de l'ennemi, ennemi qui a tout intérêt à faire croire à une guerre civile. On essaiera à coup sûr de faire prendre une guerre de libération pour une guerre civile. Bien qu’un tel affrontement puisse être aussi cruel qu'une guerre de défédération, les expressions guerre de libération, d'émancipation de décolonisation ou de reconquête conviennent beaucoup mieux. La présence de collabos auprès de nos ennemis ne suffit pas à en faire une guerre civile à part entière. Le jour où le peuple se soulèvera pour rejeter la charia, aujourd’hui introduite par légères touches successives, régulières et constantes, de quel côté se trouveront les 57 Etats de l’OCI et l’Oncle Sam ?

Régis Debray, en 2003, dans sa contribution épistolaire à la commission Stasi, Ce que nous voile le voile - La République et le sacré, avait écrit : «Même si on ne prévoit pas de guerres ethniques et religieuses en Europe avant 2030 (les conflits dits de défédération étant les plus cruels), il y a, dans l’immédiat du pain sur la planche ; le découper de travers ferait un mauvais début». Même si au train où vont les choses l’appel de 2030 sera devancé, ne pas découper le pain de travers voilà pour l'heure notre mission. Déjouer les pièges sémantiques et conceptuels de nos ennemis en fait partie. Anders Behring Breivik n’a fait que rajouter à la confusion. La critique de l’islam, du Coran et de Mahomet est plus que jamais nécessaire à nous comme aux musulmans pour nous libérer ensemble.

Pascal Olivier (Article publié le 8 août 2011 dans Riposte Laïque)

(1) http://www.chevenement.fr/La-lettre-de-Jean-Pierre-Chevenement-dans-le-proces-d-Eric-Zemmour_a1054.html

(2) http://ripostelaique.com/le-tueur-norvegien-un-jihadiste-anti-jihadiste.html

(3) http://blog.pascalolivier.fr/post/2011/07/18/Bravo-Andre-Gerin-et-Marine-Le-Pen%2C-mais-encore-quelques-efforts-camarades-%213

(4) Fatigue du sens de Richard Millet. Ed. Pierre-Guillaume de Roux 2011.

(5) http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/29/de-la-faible-vue-de-richard-millet-sur-la-peau-des-francais_1541844_3232.html

(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Allah_akbar

(7) http://rutube.ru/tracks/4493722.html?v=a8865f4141cb98dedbcbbbb00c02bc6c&autoStart=true&bmstart=1000

lundi 18 juillet 2011

Bravo André Gerin et Marine Le Pen, mais encore quelques efforts camarades !

André Gerin a eu le courage, lors de la conférence de presse donnée à la suite de la désignation de Jean-Luc Mélenchon comme candidat du PCF, de dire certaines vérités interdites.

http://www.blogandregerin.fr/2011_0...

La sanction est immédiatement tombée. SOS racisme, officine subventionnée, prétendument anti-raciste, commissaire politique ayant pour fonction de saper les fondements de notre nation en torpillant l'égalité au profit de la diversité et qui bénéficie d'une ignominieuse privatisation du Ministère public par des droits à ester en justice, a demandé au nom de je ne sais quel droit d’ingérence l’exclusion d’André Gerin du PCF.

André Gerin ne soutiendra pas Jean-Luc Mélenchon, bravo ! Que le mondialiste et européiste Jean-Luc Mélenchon ait choisi l’islam contre la République nous le savions (1). Qu’il regrette que nous ayons mis un arrêt en France aux invasions islamiques au VIIIe siècle nous le savions aussi (2). Il n’y a donc pas à être étonné par son soutien à l’expédition en Libye à l’instar d’un Bernard-Henri Lévy toujours présent dans les mauvais coups où il s'agit d'installer des satrapies islamiques. Après l'Afghanistan et les Balkans notre «Socrate» en pince pour un futur Emirat islamique de Cyrénaïque, non pas pour y ressusciter l’hédonisme professé par l’école fondée par Aristippe de Cyrène, n’est pas Michel Onfray qui veut, mais pour continuer à faire de l’islam le fer de lance religieux de l’Empire. Les Américains sont présents en Irak, que font-ils pour les chrétiens chassés de ce berceau de la chrétienté ? Rien. Que font-ils pour les chrétiens martyrs du Kossovo ? Rien, il s’y trouve pourtant la plus grosse base américaine construite depuis la guerre du Vietnam ! A quand une intervention pour voler au secours des coptes ? Ce n’est pas prévu, on préfère soutenir le Conseil national de transition à forte majorité islamiste en Libye, établir de cordiales relations avec les Frères musulmans en Egypte et déstabiliser la Syrie dont on sait pourtant que la seule opposition sérieuse est celle des Frères musulmans !

Cher André Gerin, vous dites :

«Nicolas Sarkozy et l’UMP surfent sur ces réalités. Ils préfèrent favoriser la lutte ethnico-religieuse que la lutte des classes d’un même combat français et immigrés.»

Mais non, ils préfèrent tout simplement l’islam parce qu’il n’y a rien de plus droitier, de plus inégalitaire et de plus gauchicide que l’islam. Réécoutez le discours-prière du «chanoine de Riyad» psalmodié dans la capitale du fanatisme, quelque chose entre une reddition et une conversion à un improbable syncrétisme à dominante islamique !

AG : «Nous tendons la main à l’immense majorité des français de confession musulmane pour une reconnaissance d’un Islam spirituel respectueux des principes de la République et de la laïcité.»

D’accord pour leur tendre la main, mais l’islam que vous appelez de vos vœux n’est pas l’islam. Mieux vaut le dire pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté.

AG : «Développer des accords et des aides massives avec les pays arabes devient urgent pour des politiques de coopération de co-développement afin de favoriser leur combat à la suite de la révolution du Jasmin. Il est temps de sortir des rapports de domination pour considérer ces peuples comme des peuples adultes.»

N’avez-vous pas remarqué que seuls les «révolutions» des pays arabes les moins islamisés ont notre faveur ? C’est un peu comme Bush père s’en prenant à l’un des pays arabes les plus sécularisés, l’Irak. Et que faire avec la pauvreté savamment entretenue par les richissimes élites du monde islamique ? Que faire avec les pétro-dollars recyclés dans le jihad et la construction de mosquées un peu partout à la surface du globe plutôt que dans le développement ? En vérité il s’agit de favoriser un mouvement de colonisation vers le dar al harb tout en finançant les complexes et les institutions qui permettent à ces colons un développement séparé. C'est après le premier choc pétrolier que l'immigration de travail est remplacée par l'immigration de peuplement, choc pétrolier dont le prétexte fut la guerre israélo-arabe, mais la véritable raison les effets de l'effondrement du dollar qui a suivi son détachement de toute référence à l'or et son flottement au début des années 1970. Le prix du pétrole quadrupla en trois mois ! Voici un extrait d’un discours de de Gaulle qui n’a pas pris une ride en 46 ans et sa prophétie d’une crise majeure réalisée.

Nous sommes depuis lors, et plus que jamais, confrontés, d'une part à la position seigneuriale des Etats-Unis qui veulent continuer à vivre au dessus de leurs moyens en payant en monnaie de singe (dollar) tout en s’opposant à l’émergence d’autres monnaies de réserve, et d'autre part à la volonté hégémonique du richissime monde musulman. La pauvreté savamment entretenue favorise une contre-colonisation du continent européen qui se retrouve en position de payer la jizya par le biais de son système social et de pratiquer contraint et forcé un "dialogue des civilisations" à sens unique, quelque chose qui ressemble, mais en beaucoup plus fort et en inversé, aux Capitulations de jadis. Nous ne sommes plus maîtres des flux migratoires. L'immigration légale est principalement liée à des droits, postérieurs au premier choc pétrolier, entre autres le rapprochement familial. L'immigration légale de travail est marginale. Le gros des clandestins correspond à une entrée légale dans le territoire par le visa touristique. La masse des visas touristiques se négocie souvent en même temps que les accords énergétiques. L'Algérie exige de l'Europe une fluidification des migrations .

Vous comprendrez bien, cher André Gerin, que notre vaillante laïcité ne pourra pas continuer à se dépatouiller contre tout cela sans que les notions d’émancipation, d’autodétermination, de résistance, de lutte de libération, de décolonisation ne viennent lui prêter main forte.

Et vous chère Marine Le Pen.

Aujourd’hui vous vous sentez proche d’un Jean-Pierre Chevènement (3). Que de chemin parcouru en moins de 30 ans ! On se souvient en 1984 d’un FN reaganien, libre-échangiste, anti-étatique et sans beaucoup de sympathie pour la «gueuse» et sa laïcité. C’était peu après la démission du très constant Jean-Pierre Chevènement en 1983 favorable à la sortie du SME (ancêtre de l’euro) et opposé au tournant libéral insufflé par un vent mauvais venu d’outre-Manche et d’outre-Atlantique. «La parenthèse libérale» avait dit Lionel Jospin, parenthèse jamais refermée depuis.

En 1984 le «coup de génie» de François Mitterrand consista à faire introniser votre père par l'émission L'heure de vérité en faisant le nécessaire auprès de François-Henri de Virieux. Quadruple avantage, tétaniser la droite qui ne pouvait passer alliance avec un parti diabolisé, mobiliser la gauche sur la voie de garage qu'est l'anti-fascisme (un os à ronger, une raison d'exister et de se sentir de gauche, du «théâtre» dixit Lionel Jospin) et pendant ce temps faire passer en toute impunité et tranquillité le train monstrueux de la mondialisation libérale - «L’anti-fascisme sans fascisme au service du grand capital» dira Alain Soral dans une de ses formules lapidaires dont il a le secret - et par dessus tout rendre inaudible toute expression patriotique et plus tard anti-libérale et critique sur la construction européenne parce que définitivement caricaturée par Jean-Marie Le Pen.

Alors bravo pour cette inespérée rédemption ! Bravo de distordre votre héritage pour l’adapter au siècle et au nécessaire sursaut patriotique. Vous avez compris que notre nation, la France, s’incarne dans la République. Peut-être avez-vous également compris avec le scénario à l’italienne qu’une alliance entre la droite dite populiste et la droite classique débouche immanquablement sur une politique européiste, libre-échangiste et otanesque.

Emmanuel Todd déplore que votre programme économique risque d’être le seul réaliste ! Il a probablement oublié que Jean-Pierre Chevènement et Nicolas Dupont-Aignan étaient candidats. Jacques Sapir vous cherche noise, mais c’est parce que votre programme économique ressemble, certes en beaucoup plus vulgarisé, à celui qu’il préconise. Jean-Pierre Chevènement crie au hold-up bien que son programme prévoie sagement une phase de négociation pour convaincre l’Allemagne avant un plan B qui est à peu de choses près votre plan A.

«Et sans doute notre temps préfère l’image à la chose, la copie à l’original...»(4). Si c’était vrai au XIXe et au XXe siècle du temps de «l’immense»(5) Feuerbach et du «lilliputien»(5) Guy Debord, c’est à dire du temps de l’analogique, quand les copies n’étaient que trahison de l’original, qu’en serait-il aujourd’hui à l’heure où le numérique fait que la copie sauvegarde, régénère, transcende l’original !

La droite était passée maître dans l’art de s’approprier par la rhétorique les thèmes de la gauche laissés en déshérence et ainsi de remporter les élections nationales : fracture sociale en 1995, sécurité en 2002, nation en 2007. Mais voilà que vous ne vous contentez pas comme la droite de rhétorique, vous faites valoir une prescription acquisitive sur les valeurs de la gauche. Cela fait drôle de vous voir laisser sur votre droite Mélenchon et Besancenot !

Mais peu importe : "A aucun d’entre vous je ne demande d’où il vient. L’essentiel est la direction dans laquelle nous voulons aller ensemble." Extrait du discours de Vincennes de Jean-Pierre Chevènement du 9 septembre 2001. Discours toujours d’actualité a rappelé très récemment Paul-Marie Coûteaux qui avait soutenu JPC en 2002 et qui avait prophétiquement annoncé l’inévitable rassemblement des patriotes dans une vidéo aujourd’hui censurée : http://www.youtube.com/watch?v=fwwq... Nécessité faisant loi ce rassemblement se fera «tôt ou tard» avait-il précisé. A moins que d’ici là Jean-Pierre Chevènement accomplisse miraculeusement son destin en réussissant à faire que la gauche se souvienne de son baptême en recouvrant la charge morale de la nation dont elle est historiquement la dépositaire. Tel est également mon espoir, volontariste, parce que je sais qu’il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour la fausse gauche de retrouver le chemin de la République. Le cri du cœur de Michel Rocard à l'université d'été du Medef en dit plus qu’un long discours : «Les souverainetés nationales ont dépassé leur stade d'efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance http://www.dailymotion.com/video/xe...

Bravo d’avoir affirmé dans l’entretien (6) recueilli par Christine Tasin et Pierre Cassen que «le voile n’a pas sa place dans la sphère publique en France». Parmi les présidentiables vous êtes la seule. Je me souviens de la déception de Christine Tasin après un entretien avec Nicolas Dupont-Aignan qui disait la même chose mais uniquement pour le voile intégral. Mais vous avez précisé «en France», à mon tour d’être inquiet. Mon aversion pour votre parti était motivée, entre autres, par son manque d’universalisme. Je me souviens de votre père, de Bruno Gollnisch et de vous-même opposés, comme malheureusement une bonne partie de la gauche, à la loi sur la laïcité de mars 2004. Vous trouviez rien à redire au voile, parfaitement respectable «en terre d’islam», mais pas chez nous parce que n’étant pas dans notre tradition. Le 10 septembre dernier sur France 2 au cours de l’émission «Semaine critique» je vous ai entendu dire quelque chose de ressemblant. On pourrait pousser plus loin le raisonnement : la répudiation, la polygamie et la lapidation sont respectables, mais pas en France !

Orient-Occident même combat, il n'y a pas de "terres d'islam" mais des terres et des peuples meurtris par l'islam. Il faut arrêter d’offrir à l’ennemi des victoires en légitimant sa sémantique. Ce terme qui interdit toute réversibilité de la catastrophe ne doit pas faire plaisir aux laïques et progressistes, aux coptes et aux chaldéens. Au nom de quoi la charia serait acceptable sur l'autre rive du Mare Nostrum ? Les résistants et résistantes, les combattants et combattantes de la liberté mêmes sous le joug depuis 14 siècles sont nos sœurs et nos frères. Entre un paysan sous son olivier en Provence, en Calabre, dans le Péloponnèse ou en Kabylie, il n'y a guère de différence sinon que pour ce dernier on peut déplorer qu'il vive sous un joug politico-religieux (l'islam) qui est une insulte à sa civilisation, celle de l'olivier. Quel bonheur ce serait qu’à Tunis les enfants de Didon, d'Hannibal et de Tertullien et qu’au Caire comme à Alexandrie les enfants de Pharaon, des Ptolémée et d'Athanase décident d'en finir avec le carcan islamique !

Le souffle de notre révolution, le cri de Valmy et il faut bien le dire 74 ans d'exportation du socialisme par la Russie avaient déstabilisé l'islam comme nous n'avions jamais réussi à le faire de toute notre histoire, même durant les croisades. Nous avions mis fin aux razzias et aux prises d'esclaves sur les côtes européennes, nous avions indirectement contribué à l'abolition du califat et plus directement à la création d'Etats-nations qui sont de véritables hérésies pour l'islam.

Aujourd'hui la régression est telle, que pour la première fois de notre histoire, les razzias viennent du cœur même de nos cités. L'enjeu est entre l'islam loi à prétention universelle et la vocation universelle de l’héritage des Lumières. Une défense identitaire se solderait tragiquement par la sauvegarde de seulement quelques isolats. Nous n’avons pas le choix, il faut œuvrer pour que les valeurs universelles dont nous sommes porteurs, celles de liberté, d’égalité et de fraternité règnent sur l'ensemble du Mare Nostrum.

Encore bravo chers André Gerin et Marine Le Pen ! Et, pourquoi pas, rendez-vous le 18 mars prochain devant le Mur des Fédérés pour célébrer l’héroïque résistance patriotique de nos aïeux communards ? (7).

Pascal Olivier (Publié le 18 juillet 2011 dans Riposte Laïque)

(1) http://ripostelaique.com/Jean-Luc-M...

(2) http://ripostelaique.com/le-propaga...

(3) http://www.francesoir.fr/actualite/...

(4) Feuerbach : préface à la deuxième édition de «L’Essence du christianisme» (1841), citation en exergue d’un chapitre de «La société du spectacle» (1967) de Guy Debord.

(5) Qualificatifs empruntés de mémoire à Régis Debray

(6) http://ripostelaique.com/marine-le-...

(7) http://blog.pascalolivier.fr/post/2...

mercredi 22 juin 2011

Ne pas laisser aux seuls chamanes de Sibérie l’âme de nos communards !

Les chamanes traumatisés par le récit de la Commune de Paris, tragédie de notre histoire abondamment transmise par les soviétiques, s’attellent à placer l’âme des communards au fond du lac Baïkal.

Que fait la «gauche» parisienne ? En 2001 la «gauche» reprend la mairie de Paris après plus d'un siècle d’absence. Quel fut le premier geste symbolique de Bertrand Delanoë ? Se recueillir devant le Mur des Fédérés, débaptiser l’avenue de Versailles pour la transformer en avenue de la Commune de Paris ? Rien de cela, son premier geste dans son discours inaugural fut de mettre sa main sur le cœur «comme on le fait de l’autre côté de la Méditerranée» selon ses propres mots. Son Institut des Cultures d’Islam est un scandale, une insulte à la mémoire de la Commune de Paris qui 34 ans avant la loi de 1905 avait décrété la séparation du temporel et du spirituel. Bertrand Delanoë s’est comporté en dhimmi et a été poignardé en dhimmi par un musulman hostile à la démocratie et aux homosexuels. Qu’on ait considéré l’agresseur déséquilibré ne change rien à l’affaire. Des «rappeurs» mahométans lui reprochent également son orientation sexuelle se conformant ainsi aux prescriptions de leur dieu législateur.

Nous avions le 4 septembre dernier célébré le 140e anniversaire de la troisième République. L’avant veille du 4 septembre, le 2 septembre 1870, est un jour triste et sans gloire. Pour la première fois la France est vaincue par un seul pays, là où il fallait auparavant l’Europe coalisée. Le peuple qui ne s’accommode guère des défaites reprend son destin en main en proclamant la République le 4 septembre 1870. Si Napoléon III ne s’était pas laissé embarquer par les britanniques dans cette honteuse guerre de Crimée, la Russie aurait rendu à l’Europe l’une de ses plus glorieuses capitales, Constantinople, la Russie nous aurait prêté main forte contre les Prussiens en 1870 et nous aurions probablement évité les deux affreuses guerres du XXe siècle. Le Mitterrand de 1990 (guerre du Golfe), Chirac (Bosnie et Kossovo), Jospin ( kossovo) et Sarkozy n'ont rien inventé en participant à des guerres qui ne sont pas les nôtres, contraires à nos intérêts et favorables à l'islam ainsi qu’aux thalassocraties anglo-saxones, jadis l’Angleterre, aujourd’hui les Etats-Unis. La guerre de Crimée en est la préfiguration.

La Commune de Paris est la suite patriotique du 4 septembre 1870. Le peuple ne s'accommode pas des défaites parce qu’il sait pertinemment qu’il paiera le plus lourd tribut aux armistices et redditions comme c’est le cas aujourd’hui dans les territoires perdus de la République. Les monarchistes des provinces, majoritaires à l’Assemblée nationale, sont favorables à l’armistice comme notre oligarchie est aujourd’hui favorable à l’islam. Le 18 janvier 1871 est proclamé l'Empire allemand dans la galerie des Glaces du château de Versailles. La Commune de Paris commence le 18 mars 1871 quand le peuple et la Garde nationale reprennent possession de leurs canons. Elle se termine le 28 mai 1871, dernier jour de la semaine sanglante.

Aujourd’hui 18 juin, 71e anniversaire de l’appel du Général de Gaulle mais aussi 140e anniversaire de la répression de la Commune de Paris, ayons une pensée pour nos communards. Nous chanterons Le temps des cerises et Christine Tasin ne les oubliera pas dans son discours.

Pascal Olivier (Publié le 18 juin 2011 dans Riposte laïque)

Il n’y aura pas de loi pour réprimer la négation du génocide des Arméniens, c’est normal ils sont chrétiens !

Le 4 mai dernier le Sénat a opposé l’exception d’irrecevabilité à la proposition de loi votée par l’Assemblée nationale en 2006, loi réprimant la négation du génocide des Arméniens.

Contester la réalité de la Shoah, c’est à dire l’extermination des deux tiers des juifs d’Europe, est un délit, contester le génocide des Arméniens par les Turcs, c’est à dire l’extermination des deux tiers des Arméniens de l’Empire ottoman est licite.

Les négationnistes de la Shoah ont raison sur un point et seulement sur celui-là : la répression des crimes contre l’humanité et des génocides est une affaire de vainqueurs qui punissent des vaincus. Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie en est un exemple.

La Turquie bien que dans le camp des puissances centrales n’a pas subi le sort de son allié austro-hongrois en raison de la victoire des kémalistes contre les alliés et cela malgré l’épuration ethno-confessionnelle de l’Anatolie par le génocide des Arméniens, les massacres et les évictions des Grecs, des Syriaques, des Nestoriens et des Assyro-chaldéens. Cette liquidation de deux millénaires de christianisme dans ce berceau du christianisme constitue l’acte de naissance de la Turquie moderne.

La Turquie érige des mausolées aux génocideurs et les célèbre. N’ayant pas fait amende honorable, contrairement à l’Allemagne, elle persiste dans l’infamie : La partie Nord de Chypre est soumise depuis 1974 au joug impérial turc par une occupation militaire, une colonisation anatolienne et une épuration ethno-confessionnelle y compris du patrimoine architectural et artistique, l’Arménie après avoir échappé de peu à une invasion turque subit un blocus depuis 18 ans, les incursions turques dans le Nord de l’Irak sont fréquentes, la Grèce subit un continuel harcèlement de l’armée turque provoquant de nombreux engagements.

Donner des gages à la Turquie, non seulement n’est pas une garantie de paix, mais c’est plutôt risqué. Début 1996, le protocole d’Ankara qui supprime les barrières douanières entre l’Union européenne et la Turquie - ce qui correspond à l’entrée dans l’ancienne CEE et qui remplit la promesse faite à la Turquie - entre en vigueur. Immédiatement la Turquie s'autorise à revendiquer mille puis trois mille îles grecques remettant en cause le traité de Lausanne de 1923 et le traité de paix de Paris de 1947 et les Turcs envahissent l’îlot d’Imia, nous échappons de peu à une conflagration. De même le 17 décembre 2004 la Turquie salue à sa manière la décision du Conseil européen d’ouvrir des négociations d’adhésion avec elle, malgré son obstination à ne pas reconnaître Chypre, en survolant la Grèce continentale à basse altitude avec une armada de chasseurs et de bombardiers.

S’il y a donc une négation d’un génocide qu’il serait utile de combattre, ce serait bien celle organisée par l’Etat turc. On préfère s’acharner sur des Faurisson, «ça mange moins de pain» ! Au delà de la question de l’existence même des lois dites «mémorielles», pourquoi la loi Taubira s’interdit-elle d’aborder la question de la traite islamique, pourquoi la négation de tel génocide est-elle réprimée et pas telle autre ?

On peut faire un parallèle avec le maintien de l’ordre dans les territoires perdus de la République où s’opèrent des sécessions qui ne disent pas encore tout à fait leur nom. Nicolas Sarkozy s'en est pris aux Roms pour donner le change parce que les Roms (chrétiens) «ça ne mange pas beaucoup de pain» non plus, cela au moment même où force ne revenait pas à la loi à Grenoble : les policiers de la BAC ont dû être exfiltrés comme de vulgaires intrus en territoire étranger. Quand le maire de Sevran en appelle aux casques bleus et non pas à la police ou à l’armée, il confirme l’extra-territorialité de sa commune. Ni en 2005, ni en 2007 ni en 2010 n’ont été employés les moyens nécessaires pour soumettre à la République les hordes islamisées qui jouissent de facto de places de sûreté. En Egypte lorsque les coptes sont victimes de pogromes, la répression s'abat sur les plus faibles, les coptes. En France quand la puissance publique bat en retraite devant une zone islamisée et voyoucratisée on botte en touche en s'attaquant à beaucoup plus faible. La prudence du CFCM sur la question des Roms est révélatrice.

Dans un entretien recueilli par Régis Debray, Le génocide, l’incontestable et les valeurs, Pierre Vidal-Naquet raconte : « il y a eu un jugement du tribunal Russel accusant les États-Unis de génocide à l’égard des Vietnamiens. J’ai téléphoné à Laurent Schwartz, un des juges de ce tribunal, pour le supplier de ne pas admettre ça. Il n’a pas suivi mon conseil. Une fois ce jugement rendu, les Arméniens se sont aperçus qu’on ne les mentionnait pas dans l’historique qu’avait fait Sartre de la pratique du génocide. Pourquoi? Il y avait dans le tribunal un juge turc et un juge pakistanais qui contestaient le génocide en Arménie. Ils ont dit qu’ils ne signeraient pas ce document si on reconnaissait le génocide arménien. Ces juges, disait Sartre, étaient très sympathiques. J’ai trouvé ça scandaleux.»

Une levée de boucliers eut lieu lors de la discussion de la loi réprimant la négation du génocide des Arméniens à l’Assemblée nationale en 2005 et 2006 notamment avec la pétition Liberté pour l’histoire dont Pierre Vidal-Naquet est signataire. Cette contestation, toute légitime qu’elle puisse être, bat son plein comme par hasard au moment où «ça mange», encore une fois, «le moins de pain», c’est à dire non pas à l’occasion de loi Taubira ou de la loi Gayssot.

Maintenant que les principaux négationnistes de la Shoah ne se trouvent pas à la marge d’une folklorique extrême-droite mais parmi les colons qui refusent de partager notre sacré, il y a fort à parier que la répression de la négation de la Shoah tombera en désuétude.

Voici l’enregistrement vidéo de l’audition de la magnifique Anne-Marie Le Pourhiet par la Mission d’information sur les questions mémorielles à l’Assemblée nationale en octobre 2008.

http://www.youtube.com/watch?v=pRGG...

Les républicains que nous sommes ne peuvent que souscrire. Il ne faut aucune atteinte à la liberté d’expression. En outre le parlement n’a pas à produire des «neutrons législatifs», à savoir des dispositions qui ne sont pas des normes, qui ne créent pas d’obligations ni de droits nouveaux mais qui se bornent à reconnaître, à bavarder dira plus loin Anne-Marie Le Pourhiet.

Fort bien, mais on peut déplorer que cette prise de conscience n’advienne que dans les circonstances décrites plus haut. On peut aussi déplorer que la reconnaissance du génocide des Arméniens par la France n’ait pu avoir lieu que par la voie parlementaire. A ce propos lors de l'émission du 3 février dernier, Ce soir ou jamais sur France 3 dans laquelle était invité Jean Raspail, ce dernier fit part de son sentiment d'étonnement à propos de l'échouage, en février 2001, d'un navire rempli de réfugiés kurdes à l'endroit même où il avait écrit Le Camp des Saints en 1972, la plage de Boulouris. Il y a en effet de quoi être étonné de l'échouage, quelques jours après la reconnaissance par la France du génocide des Arméniens, de ce navire parti d'un port turc.

Pascal Olivier (Article publié dans Riposte laïque le 13 juin 2011)

dimanche 3 avril 2011

Commencer à instruire la question de l’interdiction du culte musulman en France ?

Oui, «l’islam est incompatible avec la République laïque» et «antinomique avec nos valeurs républicaines». Il est grand temps comme l’écrit notre ami Pascal Hilout de renvoyer Mahomet et le Coran au musée, tout près des grands gisants de l’Histoire.

En attendant ce jour salvateur, on pourrait, en même temps que la poursuite de la nécessaire critique de l’islam, répondre aux transgressions islamiques en commençant à instruire la question de l’interdiction du culte musulman en France.

La liberté de conscience, d'expression, de changer de religion, la séparation des Eglises et de l’Etat, l’égalité entre les sexes et bien d’autres choses ont été acceptés «sans restriction» le 28 janvier 2000 par les représentants des principaux courants de l’islam en France, signataires du texte issu la Consultation, consultation initiée par Jean-Pierre Chevènement . Cette adhésion et cette signature sont largement transgressées et trahies aujourd’hui. Voici un extrait de ce texte devenu entre-temps Principes et fondements juridiques régissant les rapports entre les pouvoirs publics et le culte musulman en France :

"Les groupements et associations de musulmans adhérant à l’ensemble des principes juridiques rassemblés dans le présent texte confirment solennellement leur attachement aux principes fondamentaux de la République française et notamment aux articles 10 et 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen relatifs à la liberté de pensée et à la liberté de religion, à l’article 1er de la Constitution affirmant le caractère laïque de la République et le respect par celle-ci de toutes les croyances, et enfin aux dispositions de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat.

Ils adhèrent également au principe rappelé par le préambule de la Constitution et défini par l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen selon lequel tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. C’est pourquoi, toute discrimination fondée sur le sexe, la religion, l’appartenance ethnique, les mœurs, l’état de santé ou le handicap est contraire à ce principe et pénalement répréhensible.

Ces dispositions relatives à la liberté de pensée, de conscience et de religion ont par ailleurs été confirmées par la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950, ratifiée par la France le 31 décembre 1973. Ces dispositions sont également reconnues sans restriction par les groupements et associations adhérant au présent texte."

On ne peut pas dire comme on le lit ici et là, y compris dans Riposte Laïque, que les musulmans jouissent légalement en France d'un statut séparé sur la question de l'apostasie, c'est tout le contraire. Les articles de la Déclaration de 1789 et de la loi de 1905 sont sans aucune ambiguïté et les principaux courants de l’islam y ont adhéré "sans restriction" en signant le texte. Qu’il y ait une ambiguïté d’interprétation possible de l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ne change rien à l’affaire.

Il est même dangereux de prétendre, comme le font beaucoup, que les musulmans ont l'interdiction légale d'apostasier en France. Cela ne fait qu'encourager ceux qui l'interdisent de fait dans leur pratique sociale. Il faut au contraire rappeler qu'ils se sont engagés par écrit à respecter la liberté de conscience et l’ensemble de nos valeurs républicaines. C'est à cette condition qu'ils peuvent pratiquer leur culte. L’ampleur de l’offensive et des transgressions islamiques doit nous conduire à relever chaque entorse au texte signé afin d’instruire la question de l'interdiction du culte musulman même s’il n’est toutefois pas exclu de lui donner une dernière chance en faisant réitérer les premiers engagements avec des précisions (des points sur les i) comme avait commencé à le faire (sans succès) Jean-Pierre Chevènement avec la mention sur l'apostasie, ou comme l'avait fait Napoléon avec le grand Sanhédrin en posant une série de questions précises. On pourrait par exemple aborder la question de l’union des musulmanes avec des non musulmans ou demander des condamnations explicites de passages du Coran, de la Sira, etc.

La demande d’un moratoire pour suspendre la loi de 1905 par Dalil Boubakeur, premier signataire du texte issu de la Consultation, en dit long sur la sincérité de sa signature. A propos de cette question de l’insincérité des signataires, Jean-Pierre Chevènement avait naguère répondu, à raison probablement, que son rôle n’était pas de sonder les reins et les cœurs. Aujourd’hui nous savons. Les collabos qui nous gouvernent le savent également. Comme on ne peut pas compter sur eux pour instruire ce dossier, il incombe, en attendant des jours meilleurs, aux instances de la Résistance de commencer à s’atteler à cette tâche.

Pascal Olivier
(Publié le 1er avril 2011 dans Riposte laïque)

mardi 15 juin 2010

Le dernier carré de la gauche

Contribution présentée par Pascal Olivier pour le congrès national du MRC - Paris 26 et 27 juin 2010

L’oligarchie mondialisée semble préférer Dominique Strauss-Kahn à Nicolas Sarkozy. Le PCF ne veut plus du mot « nationalisation », trop de relents nationalistes ! Bientôt ce sera fasciste de vouloir des services publics.

« Aiguillon républicain » d’une gauche finissante, est-ce un rôle à la hauteur de l’enjeu ? Le dernier carré de la gauche, le MRC, seul espoir qui reste pour ressusciter la gauche, est-il en train de gâcher ses chances ?

De la question islamique en France

Sur la question du voile intégral « nous avons été au-dessous du niveau de la mer » pour reprendre une expression célèbre d’Elisabeth Badinter sur le traitement  de la polygamie par la gauche au pouvoir. Le MRC qui devrait être en première ligne pour rejeter la « judiciarisation » du débat politique s’est comporté comme une antichambre du Conseil d’Etat. Ce n’est pas son rôle. Si interdire le voile intégral est anticonstitutionnel on demande au souverain de se prononcer par référendum, si c’est contraire à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, on demande un protocole additionnel et cela d’autant plus aisément que son article 9 est un dévoiement, entre autres à force de précisions rajoutées, de l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

La question islamique devient centrale en France, autant que la crise, le peuple le sent bien. Nos lacunes, nos carences et nos fautes sur cette question font nous confondre avec la fausse gauche. C’est dommage parce que sur le reste les événements nous donnent raison. Qui d’autre mieux que nous a le devoir impérieux de critiquer et de s’opposer au droitier et gauchicide islam, loi et doctrine politique figées, érigées en dogme et sacralisées, à la spiritualité toute relative mais avec un liant fort qui cimente la oumma ?

Il va falloir remettre en cause beaucoup de certitudes, penser et repenser. « Face à la question islamique, la laïcité n’est d’aucun secours » prévient Pascal Hilout, né Mouhamad, d’une mère intégralement voilée, et rédacteur à Riposte laïque. Il commence ainsi sa conférence : « A mon sens, la laïcité, telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, est un pays de Cocagne pour le communautarisme à base de religion islamique. » http://www.ripostelaique.com/Face-a-la-question-islamique-la.html

De la question turque

Comme pour nous confondre encore plus avec la fausse gauche, notre Programme de Salut public par son article 10 fait sien le sophisme de Michel Rocard : celui qui consiste à prétendre que l’Europe, ayant renoncé à la puissance politique n’est plus qu’une vaste zone de libre-échange, et que dans ce cas, l’adhésion de la Turquie ne pose pas de problème.

La Turquie, quant à elle, n’a pas renoncé à la puissance politique. Recep Erdogan tente de mettre en application sa déclaration du 5 octobre dernier « Restaurer la grandeur de l’Empire ottoman », notamment par son action téléguidée aux confins des eaux territoriales de Gaza sous blocus et des eaux internationales. L’Empire turc ne peut pas « restaurer la grandeur de l’Empire ottoman », coincé entre l’Empire russe et l’Empire perse. Il a besoin de la profondeur européenne pour se faire. La lui offrir est une faute politique, stratégique et historique.

L’Europe a renoncé à la puissance pour se mettre sous le parapluie de l’OTAN. Les Etats-Unis s’empressent par ailleurs d’y faire entrer tout candidat à l’Union européenne avant son adhésion. Il faut que la carte de l’Union européenne colle avec celle de l’OTAN. Les Etats-Unis pèsent de tout leur poids pour nous imposer l’adhésion de la Turquie avec ses 800 000 hommes sous les drapeaux, deuxième armée de l’OTAN. Brzezinski et Huntington préconisaient un nouveau rideau de fer après la chute du mur de Berlin pour séparer le monde orthodoxe slave du reste de l’Europe. La Turquie est une carte maîtresse des Etats-Unis pour empêcher que le protectorat Ouest-Européen ne devienne un acteur stratégique indépendant en opérant la naturelle jonction avec la Russie. La géopolitique étasunienne coïncide avec celle de la Turquie en Asie centrale, dans le Caucase et dans les Balkans. Le récent rapprochement russo-turc n’est que de circonstance, dû à la démonstration de force de la Russie en août 2008. Cela n’empêche pas que La Turquie en Europe serait le meilleur moyen de nous éloigner, voire plus de la Russie.

Si cet article 10 est maintenu tel quel, il y aura donc unanimité sur le sujet, de l’extrême-gauche au centre-gauche, à l’exception peut-être de Laurent Fabius, en total décalage avec le peuple et contre ses intérêts.

Oui à une politique méditerranéenne intégrant la question turque ; mais sans perdre de vue que nous avons à faire à une Turquie très peu respectueuse des souverainetés : incursions militaires fréquentes en Irak, blocus de l’Arménie depuis 15 ans, occupation et colonisation de Chypre, refus de reconnaissance de Chypre pourtant membre de l’Union européenne, refus d’étendre le protocole d’Ankara à Chypre, harcèlement militaire permanent de la Grèce provocant des engagements fréquents.

Donner des gages à la Turquie n’est pas une garantie de paix, c’est même plutôt risqué. Souvenons-nous début 1996, juste après l’entrée en vigueur du protocole d’Ankara qui supprimait les barrières douanières entre l’Union européenne et la Turquie - ce qui correspond à l’entrée dans l’ancienne CEE - la Turquie s'autorise à revendiquer mille puis trois mille îles grecques remettant en cause le traité de Lausanne de 1923 et le traité de paix de Paris de 1947. Les turcs envahissent l’îlot d’Imia et nous échappons de peu à une conflagration. Le 17 décembre 2004 la Turquie salue à sa manière la décision du Conseil européen d’ouvrir des négociations d’adhésion avec elle, malgré son obstination à ne pas reconnaître Chypre, en survolant la Grèce continentale à basse altitude avec une armada de chasseurs et de bombardiers.

Du dialogue des civilisations

« Vœux pieux, exorcisme, mantra, exutoire » (Régis Debray) ou « moulin à prière » (Hubert Védrine) que cet improbable « dialogue des civilisations ». Les civilisations ne dialoguent pas ! Evitons le mièvre et le ridicule. Ce serait dommage que le MRC, rare parti qui verse dans la production théorique de qualité s’abaisse à des considérations de patronage.

Il n’y a pas affrontement entre l’Occident et le monde musulman mais plutôt alliance pour assujettir les peuples. L’Occident a jadis favorisé le jihad en Afghanistan, le favorise en Asie Centrale, dans le Caucase, dans les Balkans et ailleurs. Les Etats-Unis en envahissant l’Irak se sont attaqués à un des Etat les plus séculier du monde musulman. Ils ne se sont justement pas attaqués à l’Arabie Saoudite ou au Pakistan. En Irak comme dans les Balkans et ailleurs, on favorise l’émergence de satrapies islamiques. Ce sont les descendants des passagers du Mayflower qui ont réemburqiné les afghanes qu’avait libérées l’Armée rouge. Ce sont les mêmes qui ont favorisé l’islam contre la gauche arabe, ultime tentative des chrétiens d’Orient à travers les partis laïques, panarabes et progressistes pour devenir des citoyens à part entière. Et que dire du massacre de 500 000 communistes, encouragé par l’oncle Sam dans une Indonésie qui bascule aujourd’hui dans l’obscurantisme. Il s’agirait donc d’en finir avec les souverainetés, les nations, la démocratie et la solidarité pour une « gouvernance mondiale » ! Et si l’islam était l’instrument rêvé ? Quoi de mieux qu’une loi à prétention universelle profondément inégalitaire, ségrégationniste et coercitive ? Obama-Caracalla ou l’un de ses successeurs pourrait bien se transformer en Obama-Constantin et organiser l’islam en fer de lance religieux de l’Empire. Voilà qui aiderait bigrement les Etats-Unis dans leur volonté de continuer à diriger seuls le reste du monde. Oussama Ben Laden pourra à nouveau déclarer comme il le fit dans les années 90 au directeur des cahiers de l’Orient, Antoine Sfeir : « les Etats-Unis sont un don du ciel ». La diplomatie américaine semble déjà avoir choisi son camp en France, elle est présente lors de l’inauguration de mosquées comme à Saint-Etienne en compagnie d’un ministre algérien connu pour faire la chasse aux chrétiens dans son pays.

De la nostalgie en guise de conclusion

« La nostalgie n’est pas de mise » peut-on lire à la fin de notre Programme de Salut public.

Pourtant la nostalgie est le seul sentiment authentiquement révolutionnaire. En 1792 il y a une volonté de retour à un idéal civique antique, en 1848 il y a la nostalgie de 1792, derrière Marcos il y a Bolivar.

« Et si la République, qui est d'hier, revenait demain ? Ce ne serait pas la première pirouette de l'opéra-planète qui n'a jamais cessé de suivre en son for intérieur le mot d'ordre de Giuseppe Verdi : « Tournons-nous vers le passé, ce sera un progrès ». Pour être résolument modernes, osons être archaïques. C'est en ressuscitant l'Antiquité gréco-romaine que les hommes de la liberté, ces grands nostalgiques, enjambant le XVIIIème vers l'arrière, ont devancé tous leurs contemporains. Nous oublions trop que l'Ancien Régime, c'était leur modernité à eux. Ne la trouvant pas assez moderne, ils vainquirent l'ancien par l'antique : le style Louis XV par la rhétorique Brutus, Boucher par David. L'invention du futur a de ces ruses, comme si l'histoire, parfois, devait reculer pour mieux sauter. » Extrait de Etes vous démocrate ou républicain ? de Régis Debray dans le Nouvel Observateur du 30 novembre 1989.

Nous avons une lourde responsabilité devant l’Histoire. Si nous n’arrivons pas à sauver la gauche, les républicains et les patriotes de l’autre rive auront fort à faire avec la multitude des princes Salina sans foi ni loi dont la droite est truffée, et qui changeront tout pour que tout demeure, quitte à passer à l’islam. On reconnaît un conservateur au fait qu’il n’a aucune nostalgie constate Régis Debray. Soyons révolutionnaires, ayons de la nostalgie. De nous dépend que l’oppression ne demeure plus.

mercredi 17 mars 2010

Jean-Luc Mélenchon a délibérément choisi l’islam contre la République

« Nous qui entendons la grande roue de l’histoire de nouveau faire entendre sa musique, quand les peuples cherchent de tous côtés comment sortir de l’impasse dans lesquelles on veut les enfermer, nous voyons, le mufle de l’ennemi de nouveau, souffler, ses humeurs fétides, regarder quelle est la solution, le problème c’est l’autre, le danger c’est le voisin, celui qui n’a pas la bonne couleur de peau, qui n’a pas la bonne religion ; la religion, la revoilà. Eh bien nous, nous avons un slogan, pas de religion en politique, pas de religion en politique, pas de religion en politique ! La religion est une affaire qui est dans le cœur de certains, et que comme telle nous respectons, mais elle n’a rien à faire dans l’arène politique, misérable qui l’a ramené, misérable qui a inventé des querelles grotesques sur ce qu’on sert dans un restaurant ou pas, comme si la laïcité avait à voir avec le hamburger, la laïcité c’est une institution de l’Etat, ça ne concerne pas les victuailles. Mais nous voyons bien ce qu’on veut faire, c’est faire prendre comme ils l’ont fait avant-guerre de manière infâme et jusqu’au meurtre de masse, contre les juifs, faire la même chose, la figure du bouc émissaire, avec tous ceux qui sont de religion musulmane ou supposés tels. Et ça nous les laïques nous ne le laisserons pas faire. » Extrait du discours de JLM le 1er mars 2010 à la Mutualité. (Les fautes de français et de syntaxe appartiennent à leur auteur, JLM)

Cette fois-ci la messe est dite. Adieu le JLM touché par la grâce républicaine lors de la campagne sur le référendum de 2005 ; envolée la joie suscitée par sa prise de position sur le voile intégral. Adieu les espoirs que JLM pouvait encore susciter. On voulait y croire, malgré les doutes, les interrogations et les inquiétudes maintes fois exprimés par Christine Tasin, Jeanne Bourdillon et d’autres.

JLM est loin d’être un imbécile ou un ignare, il sait pertinemment que l’islam est une loi, une doctrine politique figée, érigée en dogme et sacralisée, à la spiritualité toute relative mais avec un liant fort qui cimente toute la oumma. JLM n’est pas un "idiot utile", il est un guerrier qui a choisi son camp, celui de l’ennemi. Désormais il se servira de son vernis laïque et républicain pour enliser la riposte à l’obscurantisme islamique dans une guerre civile. Il a sciemment amalgamé cette lutte d’émancipation au massacre de masse et au génocide. Il est de l’engeance des parlementaires de la SFIO qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain. Il n’est plus à gauche, on ne peut se prétendre de gauche et soutenir ce qu’il a de plus de droitier et de plus gauchicide, l’islam.

« Nous avons les moyens de vous diviser » est une menace islamique proférée lors du débat autour de la commission Stasi. Les diviseurs n’avaient alors, en 2003-2004, que partiellement accompli leur œuvre. Ils trouvent aujourd’hui en JLM un architecte à la hauteur de leur espérance. JLM, maquignon des armées obscurantistes, les parera des atours de la gauche, de la République et de la laïcité pour mieux brouiller les pistes. De quoi disqualifier en les poussant vers l’extrême droite ceux qui n’en pourront mais. Ceux restés à gauche seront confortés dans l’idée que les opposants à l’islam sont des fachos et se solidariseront encore plus avec les travestis. La droite classique comme à l’accoutumée entérinera les rapports de force.

De la part d'ombre de JLM nous connaissions le zélateur de Maastricht. Le faussaire déclarait au Sénat le 9 juin 1992 : « Maastricht est un compromis de gauche » et inventait une nation hors sol, sans peuple, « la nation européenne ». En guise de « demos » nous avons eu un « cratos », une formidable oligarchie chausse-pied de la mondialisation libérale.

Moins connues sont les causes de l’échec des négociations entre le MRC de Jean-Pierre Chevènement et Le Front de gauche lors des dernières européennes de 2009. Elles attestent que le chemin de Damas de JLM sur la construction européenne est une chimère et que JLM n’est ni le républicain ni le patriote qu’il prétend être. Pour le Front de Gauche les mots « République » ou « républicain » sentaient le soufre et même le mot « nationalisations » était trop connoté !

« La discussion a achoppé sur quatre points dont l’un est évidemment essentiel : la souveraineté nationale parce qu’elle donne un point d’appui pour redresser la construction européenne. Les autres points (1. refus d’employer le mot « croissance » même assorti des épithètes « social et écologique » ; 2. refus d’accepter l’expression « l’exigence républicaine » ; et enfin 3. exigence d’une régularisation de tous les sans papiers, en dehors de tout critère d’intégration et même « dans le cadre d’une stratégie de codéveloppement »), ont révélé que nos interlocuteurs n’avaient pas la volonté d’aboutir. Nous étions prêts à renoncer à l’expression « souveraineté nationale » à condition que fût pris en compte l’amendement suivant : « On ne construira pas l’Europe sans et à plus forte raison contre les nations qui sont le cadre privilégié (ou premier) de l’expression démocratique et de la solidarité ». Cette demande a été rejetée. Nos interlocuteurs ont allégué une « souveraineté européenne » qui n’existe pas, ou évoqué une « assemblée constituante européenne » dont la réunion n’est pas à l’ordre du jour. » Extrait de la déclaration de Jean-Pierre Chevènement du 24 mars 2009.

JLM n’est pas non plus l’internationaliste qu’il prétend être. Croire en la nation est un préalable. « Un peu d’internationalisme éloigne de la nation, beaucoup y ramène » (Jean Jaurès). Il est un européiste et un mondialiste. Y rajouter le préfixe « alter » ne change rien à l’affaire.

Adieu Jean-Luc Mélenchon !

Pascal Olivier

jeudi 14 janvier 2010

Comment on doit gouverner les États ou principautés qui, avant la conquête, vivaient sous leurs propres lois

Quand les États conquis sont, comme je l’ai dit, accoutumés à vivre libres sous leurs propres lois, le conquérant peut s’y prendre de trois manières pour s’y maintenir : la première est de les détruire ; la seconde, d’aller y résider en personne ; la troisième, de leur laisser leurs lois, se bornant à exiger un tribut, et à y établir un gouvernement peu nombreux qui les contiendra dans l’obéissance et la fidélité : ce qu’un tel gouvernement fera sans doute ; car, tenant toute son existence du conquérant, il sait qu’il ne peut la conserver sans son appui et sans sa protection ; d’ailleurs, un État accoutumé à la liberté est plus aisément gouverné par ses propres citoyens que par d’autres.

Les Spartiates et les Romains peuvent ici nous servir d’exemple.

Les Spartiates se maintinrent dans Athènes et dans Thèbes, en n’y confiant le pouvoir qu’à un petit nombre de personnes ; néanmoins ils les perdirent par la suite. Les Romains, pour rester maîtres de Capoue, de Carthage et de Numance, les détruisirent et ne les perdirent point. Ils voulurent en user dans la Grèce, comme les Spartiates ils lui rendirent la liberté, et lui laissèrent ses propres lois mais cela ne leur réussit point. Il fallut, pour conserver cette contrée, qu’ils y détruisissent un grand nombre de cités ; ce qui était le seul moyen sûr de posséder. Et, au fait, quiconque ayant conquis un État accoutumé à vivre libre, ne le détruit point, doit s’attendre à en être détruit. Dans un tel État, la rébellion est sans cesse excitée par le nom de la liberté et par le souvenir des anciennes institutions, que ne peuvent jamais effacer de sa mémoire ni la longueur du temps ni les bienfaits d’un nouveau maître. Quelque précaution que l’on prenne, quelque chose que l’on fasse, si l’on ne dissout point l’État, si l’on n’en disperse les habitants, on les verra, à la première occasion, rappeler, invoquer leur liberté, leurs institutions perdues, et s’efforcer de les ressaisir. C’est ainsi qu’après plus de cent années d’esclavage Pise brisa le joug des Florentins.

Mais il en est bien autrement pour les pays accoutumés à vivre sous un prince. Si la race de ce prince est une fois éteinte, les habitants, déjà façonnés à l’obéissance, ne pouvant s’accorder dans le choix d’un nouveau maître, et ne sachant point vivre libres, sont peu empressés de prendre les armes ; en sorte que le conquérant peut sans difficulté ou les gagner ou s’assurer d’eux.

Dans les républiques, au contraire, il existe un principe de vie bien plus actif, une haine bien plus profonde, un désir de vengeance bien plus ardent, qui ne laisse ni ne peut laisser un moment en repos le souvenir de l’antique liberté : il ne reste alors au conquérant d’autre parti que de détruire ces États ou de venir les habiter.

Chapitre 5 du Prince de Nicolas Machiavel

lundi 9 novembre 2009

Du prétendu débat sur l'identité nationale

Eric Besson ne rate pas une occasion de citer Ernest Renan dans le cadre du prétendu débat qu'il a initié sur l'identité nationale. C'est pourtant Ernest Renan lui-même qui est censuré. Voici le commentaire que j'ai posté le 5 novembre dernier sur le site officiel sensé accueillir ce débat, commentaire qui a fait l'objet d'une censure :

Que penserait Renan s'il se retrouvait parmi nous aujourd'hui ? "Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, Messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements." in Qu'est-ce qu'une nation ? Conférence donnée en Sorbonne en 1882 par Ernest Renan.

Les maints soulèvements, petits ou grands, dans les territoires perdus de la République aux cris d'allah akbar, la revendication d'une parité politique en lieu et place de l’égalité, l’allégeance supranationale à la «oumma», la séparation avec le voile islamique et jusque dans la mort avec la revendication de cimetières musulmans ainsi que les mosquées, lieux politiques d'extra-territorialité, sont-ils compatibles avec cette définition de la nation ? C'est Ernest Renan lui même qui nous donne la réponse. "L'islamisme (à l'époque on n'avait pas inventé la très peu pertinente discrimination entre islam et islamisme) ne peut exister que comme religion officielle ; quand on le réduira à l'état de religion libre et individuelle, il périra. L'islamisme n'est pas seulement une religion d'État, comme l'a été le catholicisme en France, sous Louis XIV, comme il l'est encore en Espagne, c'est la religion excluant l'État... L'islam est la plus complète négation de l'Europe ; l'islam est le fanatisme, comme l'Espagne du temps de Philippe II et l'Italie du temps de Pie V l'ont à peine connu". Discours au Collège de France en 1862.

Pascal Olivier

vendredi 18 septembre 2009

Quand la gauche s'éveillera, l'islam tremblera

Bravo à l'ensemble de la gauche, et particulièrement à Henri Emmanuelli, qui s'est opposé à l'amendement introduit par le Sénat, soutenu par le Gouvernement et voté par une droite sans foi ni loi en dernière lecture à L'Assemblée nationale le 17 septembre dernier, amendement qui permet de modifier le Code civil pour l'adapter à la charia en matière fiduciaire. "On introduit le droit islamique dans le droit positif français", a déclaré Henri Emmanuelli. "Cela nous heurte profondément. C'est inacceptable. Vous faites n'importe quoi."

La gauche serait-elle sur le point de recouvrer la charge morale de la nation dont elle est historiquement la dépositaire depuis la Grande révolution ? Serions-nous sur le point de sortir du double brouillage gauche-droite introduit par l'exception gaullienne d'une part et par une contre-révolution déguisée en révolution, mai 68, d'autre part ? Si tel était le cas, nous éviterions, au moins en France, qu'une gauche finissante serve d’alibi, voire de supplétif, aux obscurantistes armées qui sourdent de partout en Europe, nous aurions gagné du temps et épargné de la peine, des larmes et du sang.

Nous pourrions même nous payer le luxe d'un bel affrontement idéologique gauche-droite, la droite faisant amende honorable en œuvrant pour la démigration, la gauche faisant amende honorable en œuvrant pour la désislamisation. Belle empoignade en perspective dont la France sortirait gagnante. Nonobstant la virulence du débat, les protagonistes auraient la même bienveillance pour leurs adversaires que celle dont font preuve les obscurantistes "modérés" vis à vis des obscurantistes "extrémistes" et vice et versa.

Le dénouement sous forme de dépassement pourrait être, inspiré de notre tradition révolutionnaire : "Tout apostat à l'islam dans le monde, assimilé à un combattant de la liberté, est français de plein droit".

Pascal Olivier

- page 1 de 2